Zombi

Lire ebook Zombi
Zombi
 Je m’appelle Q… P… & j’ai trente & un ans, trois mois.
     Taille 1,78 mètre, poids 67 kilos.
     Yeux marron, cheveux bruns. Corpulence moyenne. Quelques taches de rousseur sur les bras, le dos. Astigmate des deux yeux, port de verres correcteurs obligatoire pour conduire.
     Signes particuliers : néant.
     Sauf peut-être ces petites cicatrices en forme d’asticot sur les deux genoux. Un accident de vélo, il paraît, quand j’étais petit. Je ne dis pas non mais je ne me souviens pas.
     Je ne dis jamais non. Je suis d’accord avec vous quand vous prononcez vos paroles sages. En remuant votre trou du cul de bouche & je dis OUI MONSIEUR je dis NON MADAME. Le regard timide. Derrière mes lunettes à monture en plastique qui ont la couleur de la peau vue à travers le plastique.
     Une peau blanche, précisons. Des deux côtés de ma famille & depuis toujours autant que je sache.
     Mon QI au dernier test : 112. À un test précédent : 107. Au collège : 121.
     Né à Mont-Vernon, Michigan. Le 11 février 1963. École publique de Dale Springs. Baccalauréat à Dale Springs, en 1981. Q… P… a été classé quarante-quatrième sur cent dix-huit. N’a obtenu de bourse pour aucune université. Ne jouait dans aucune équipe sportive, ne participait à aucun journal scolaire, annuaire, etc. Meilleures notes en maths sauf en terminale où j’ai déconné.
     Je vois mon contrôleur judiciaire M. T… un mardi sur deux à 10 heures, à Mont-Vernon. . Mon thérapeute le docteur E… le lundi à 16 heures, au centre médical universitaire. La thérapie de groupe avec le docteur B…, c’est le mardi à 19 heures.
     Ça ne marche pas très bien, je pense. Ou juste moyen. Je sais qu’ils écrivent des rapports. Mais je n’ai pas le droit de voir. Si l’un d’eux était une femme, ça marcherait mieux, à mon avis. Elles vous croient, elles ne sont pas toujours en train de vous observer. LES CONTACTS VISUELS ONT ÉTÉ MA PERTE.
     M. T… pose des questions comme une bande qui se dévide. OUI MONSIEUR je lui réponds NON MONSIEUR. J’ai un travail. Régulier maintenant. Le docteur E…, c’est celui qui prescrit les médicaments. Qui me pose des questions pour me faire parler. Ma langue prend toute la place dans ma bouche. Le docteur B… lance une question comme il dit pour faire parler les types du groupe. Ce sont des pros du baratin. Je les admire. Je reste assis dans mes habits à fixer mes chaussures. Mon corps entier est une langue ankylosée.
     Je vais partout dans ma fourgonnette. C’est un modèle de 1987, couleur sable mouillé.

    Plus tout neuf mais fiable. Il passe dans votre champ de vision comme à travers un mur épais, invisible. Avec une décalcomanie de drapeau américain aussi grande qu’un vrai sur la vitre arrière.
     Sur mon pare-chocs il y a un autocollant JE FREINE POUR LES ANIMAUX. J’ai pensé que c’était une bonne idée d’avoir un autocollant.

 Le temps est-il au-dehors de moi. C’est ce

Lire des autres livres

From the Corner of His Eye
“Mrs. Lampion?” “That’s me.” His leonine head and bold features, framed by golden hair, should have conveyed strength, but the impression he might have made was compromised by a fringe of bangs that curled across his forehead, a style unfortunately reminiscent of effete emperors of ancient Rome. “I’... Puis...
Le Chevalier d'Eon
En réalité il se dirige vers Douvres où son beau-frère doit s’embarquer pour la France. Il s’agit de remettre en mains propres à Vergennes cette lettre incendiaire ainsi que d’autres papiers accablant Beaumarchais et de plaider sa cause auprès du ministre. Mais comme rien ne reste... Puis...
Predateur
Temps des luttes sociales, de l'alliance des partis de gauche, de l'afflux des immigrés juifs, des scandales financiers -et des assassinats politiques. Dans cette confusion, les intellectuels se mobilisent contre le fascisme, la Gestapo agit secrètement et des réseaux de résistance s'organisent en r... Puis...
Le Pavillon d'Or
par Mishima , Yukio
Sans argent, naturellement, elle avait écrit au prêtre qu'elle s'en remettait à son esprit de charité. Il avait acquiescé sa demande et m'avait informé de la chose. Cette nouvelle ne me plut pas. Si, jusqu'ici, j'ai évité de parler de ma mère, il y a à cela une raison : c'est que je ne me sens guère... Puis...
Un cheval dans la salle de bains
Reg soudain parut enveloppé d’ombres. Dirk, pour une des rares fois dans une vie d’une exubérante loquacité, restait sans voix. Ses yeux brillaient d’un émerveillement enfantin en examinant de nouveau le morne et pauvre mobilier de la pièce, les murs lambrissés, les tapis usés jusqu’à la corde. Ses... Puis...