Vie et aventures de Nicolas Nickleby - Tome I

Lire ebook Vie et aventures de Nicolas Nickleby - Tome I
Auteur: Charles Dickens

Vie et aventures de Nicolas Nickleby - Tome I
détourna la tête, disant qu’il se sentait le besoin de
dormir.

Chapitre 2 M. Ralph Nickleby, son établissement et ses entreprises.
Grande compagnie par actions d’une vaste importance nationale.
     
    M. Ralph Nickleby n’était pas, à
proprement parler, comme qui dirait un négociant ; ce n’était
pas non plus un banquier, ni un procureur, ni un avocat consultant,
ni un notaire. Ce n’était certainement pas un marchand ; bien
moins encore aurait-il pu prendre le titre de quelque spécialité
professionnelle, car il eût été impossible de citer une profession
connue à laquelle il appartînt. Néanmoins, comme il habitait dans
Golden-square une maison spacieuse, ornée d’abord d’une plaque de
cuivre sur la porte de la rue, puis d’une autre deux fois plus
petite sur le guichet à gauche, juste au-dessus d’une petite main
de bronze traversée d’une brochette pour servir de marteau, et
qu’on y pouvait lire en grosses lettres le mot
bureau,
il
était clair que M. Ralph Nickleby faisait ou prétendait faire
des affaires de quelque nature. Et si l’on en voulait une preuve
plus irrécusable encore, on n’avait, pour dissiper ses doutes, qu’à
observer la scrupuleuse exactitude avec laquelle, tous les jours,
de neuf heures et demie à cinq heures, un homme à face blême, en
habit jadis noir, la plume à l’oreille, se tenait assis sur un
tabouret extrêmement dur dans une espèce d’office, au bout du
corridor, excepté quand il venait ouvrir la porte en entendant
sonner dehors.
    Quoiqu’il y ait autour de Golden-square
quelques maisons occupées par des professions graves, on ne peut
pas dire précisément que ce soit sur le chemin de personne, ni que
cela mène nulle part. C’est un des squares qui ont fini d’exister,
un quartier de la ville qui a disparu du monde et qui ne se compose
guère que de chambres garnies. Les premiers et les seconds étages y
sont presque tous loués meublés à des célibataires ; on y
prend des pensionnaires pour la table. C’est un grand rendez-vous
d’étrangers. Les hommes au teint basané, qui portent de larges
bagues au doigt, de longues et pesantes chaînes de montre, des
favoris touffus, et qui se rassemblent sous les colonnes de
l’Opéra, ou dans la saison autour du bureau de location, entre
quatre et cinq heures de l’après-midi, au moment où l’on délivre
les billets de faveur, demeurent tous à Golden-square ou dans une
des rues adjacentes ; il y a deux ou trois violons et une
flûte qui y font leur résidence. Ses pensions bourgeoises sont
toutes musicales, et les notes qui s’échappent des pianos et des
harpes voltigent la nuit autour de la statue lugubre, le génie du
lieu, qui semble avoir sous sa garde un petit désert d’arbres
nains, au centre de la place. Par une nuit d’été, le passant peut
voir les fenêtres toutes grandes ouvertes, garnies d’hommes à
moustaches, au teint bistreux, flânant à la croisée, et fumant à
faire trembler. Des

Lire des autres livres

L'Evangile selon Pilate
À chaque instant, j’invente une nouvelle raison expliquant le retard de mes soldats : je calcule les distances, les heures de marche, la fatigue des chevaux, les repas et repos nécessaires. Mais l’impatience est une soif qu’aucune justification n’étanche : je voudrais sauter du fort Antonia, m’élanc... Puis...
La Girafe, Le Pelican Et Moi
Je brûlais d’envie de l’explorer mais la porte restait toujours fermée. En jetant un coup d’œil par la fenêtre, je voyais que c’était sale et tout noir, à l’intérieur. Le rez-de-chaussée était une boutique car on distinguait encore ces lettres, sur la façade : AUX GOURMANDISES DE… Ma mère m’a dit qu... Puis...
Le Chateau De Lord Valentin
Ils étaient cinq, deux adultes, peut-être un mâle et une femelle, et trois plus jeunes. C’étaient des êtres au corps fluet et anguleux et aux longues jambes, avec quelque chose de frêle et d’immatériel dans l’apparence. Les plus âgés étaient plus grands que lui. Ils avaient la peau d’une teinte verd... Puis...
Les yeux d'émeraude
Il avait déjà subi des revers de fortune. Personne ne peut gagner à tous les coups mais, par le passé, sa chance n'avait jamais tardé à refaire surface. Cette fois, c'était différent. Tout ce qu'il entreprenait tournait mal. Sa chance ne se satisfaisait pas de l'abandonner : elle faisait son possibl... Puis...
Les Piliers de la Création
Après quelques minutes, elle s’avisa qu’elle ne connaissait même pas le nom de sa nouvelle amie. Mais ça n’avait aucune importance. Ayant chacune aimé et perdu leur mère, elles savaient ce que ça signifiait, et partageaient les mêmes sentiments. À présent que les dévotions étaient terminées, les mur... Puis...