Vie et aventures de Nicolas Nickleby - Tome I

Lire ebook Vie et aventures de Nicolas Nickleby - Tome I
Auteur: Charles Dickens

Vie et aventures de Nicolas Nickleby - Tome I
sérieusement à aller
prendre une assurance sur la vie pour le premier trimestre, et puis
à se laisser choir après cela par accident du haut de la fameuse
colonne, il reçut un matin par la poste une lette bordée de noir
qui l’informait que son oncle, M. Ralph Nickleby, venait de
mourir, et lui avait laissé en totalité son petit avoir, montant à
la somme de cent vingt-cinq mille francs.
    Jusque là le défunt n’avait guère donné signe
de vie à son neveu. Une fois cependant il lui avait envoyé pour son
fils aîné, que, par une prévoyance utile, le père avait décoré du
nom de baptême de son grand-oncle, une cuiller d’argent, dans un
étui de maroquin. Comme l’enfant n’avait pas grand’chose à manger
avec la cuiller, cela pouvait passer pour une moquerie détestable
de ce qu’il était né sans avoir seulement, à l’usage de sa bouche
affamée, cette pièce d’argenterie intéressante. Aussi
M. Nickleby, qui n’avait pas été gâté par la générosité du
cher oncle, en pouvait croire à peine ses yeux quand il lut la
lettre funèbre qui lui annonçait cette consolante nouvelle.
Cependant ses informations ne firent que la confirmer avec
exactitude. Le bon vieux gentleman avait eu d’abord, à ce qu’il
paraît, l’intention de laisser tout son bien à la
Société
royale d’humanité ;
il avait même fait un testament à cet
effet. Mais cette institution charitable ayant eu le malheur,
quelques mois avant, de sauver la vie à un pauvre parent des
Nickleby, auquel il servait une rente de dix-sept francs quarante
centimes par mois, il avait, dans un accès d’exaspération bien
naturelle, révoqué, dans un codicille, le legs fait à la Société,
en faveur de M. Godefroy Nickleby, et il n’avait pas manqué
d’y faire une mention spéciale de son indignation, non-seulement
contre la Société, qui avait eu la maladresse de sauver la vie à ce
malheureux, mais contre le malheureux lui-même qui s’était permis
de se laisser sauver la vie par la Société d’humanité.
    M. Godefroy Nickleby employa une partie
de cet héritage à l’acquisition d’une petite ferme près de Dawlish,
dans le Devonshire, et s’y retira avec sa femme et ses deux enfants
pour y vivre à la fois de l’intérêt le plus élevé que pourrait lui
rapporter le reste de son argent, et du petit produit qu’il
pourrait tirer de son domaine. Il y réussit si bien qu’à sa mort,
quelque quinze ans après cette époque, quelque cinq ans après la
perte de sa femme, il put laisser à son fils aîné Ralph
soixante-quinze mille francs écus, et à Nicola, son cadet,
vingt-cinq mille francs en sus de la ferme, qui constituait une
terre domaniale aussi petite qu’on pût le souhaiter.
    Ces deux frères avaient été élevés ensemble
dans une pension d’Exeter. Et, pendant leur sortie de chaque
semaine, ils avaient souvent recueilli, des lèvres de leur mère, le
long récit des souffrances qu’avait endurées leur père dans

Lire des autres livres

C'était de Gaulle, tome 3
« Les Anglais, c'est leur manie, ces fédérations à la gomme » GdG : « Regardez. Toutes les fédérations que fabriquent les Anglais ratent les unes après les autres : Fédération d'Aden, Fédération de l'Inde (avec le Cachemire, devenu pomme de discorde entre l'Inde et le Pakistan), Fédération de Rhodés... Puis...
La disparue de Noël
Peut-être devrions-nous agir chacune comme bon nous semble ? En ce qui me concerne, j’irai à Ballachulish, ou du moins je tâcherai de m’en rapprocher le plus possible. Comme vous l’avez sans doute remarqué, on n’a vu que très peu de neige pour l’instant. Isobel se mordit la lèvre et se détourn... Puis...
Le crépuscule d'une idole
par Onfray
Une psychobiographie de Freud prend donc acte de cette ambivalence entre l’attraction pour la philosophie dans sa jeunesse, puis la répulsion pendant une grande partie de son existence. Elle note également un genre d’Aufhebung lui permettant d’aimer à nouveau sans détester tout en ayant intégré la d... Puis...
OgreV9.pdf
OH GLUH SOXV W{W -·DL FRQILDQFH HQ YRXV 0DWKLOGH SOXV TXH YRXV QH SRXYH] LPDJLQHU &·pWDLW OD SUHPLqUH IRLV TXH 'RPIURQW DSSHODLW 0DWKLOGH SDU VRQ SUpQRP (OOH HQ WLUD XQH YUDLH ILHUWp /D ILHUWp XQ SHX HQIDQWLQH G·rWUH SULVH DX VpULHX[ /H OLHQ SDUWLFXOLHU TX·HOOH DYDLW UHVVHQWL GDQV OD VRLUpH VHPE... Puis...
LES CONTEMPLATIONS
– À Aug. V.   Et toi, son frère, sois le frère de mes fils. Cœur fier, qui du destin relèves les défis, Suis à côté de moi la voie inexorable. Que ta mère au front gris soit ma sœur vénérable ! Ton frère dort couché dans le sépulcre noir ; Nous, dans la nuit du sort, dans l&rsqu... Puis...