Vie et aventures de Nicolas Nickleby - Tome I

Lire ebook Vie et aventures de Nicolas Nickleby - Tome I
Auteur: Charles Dickens
Chapitre 1 Introduction générale.
    I l y avait une fois, dans un coin du Devonshire, un digne gentleman du nom de Godefroy Nickleby, qui avait attendu un peu tard pour se décider à se marier. Comme il n’était ni assez jeune ni assez riche pour aspirer à la main de quelque héritière, il avait épousé, par pure affection, une vieille inclination. La dame, en le prenant, n’avait pas eu non plus d’autre motif. Ce n’est pas la première fois que l’on voit deux personnes, qui ne peuvent pas se permettre de jouer de l’argent, prendre néanmoins les cartes et se faire vis-à-vis pour jouer tranquillement ensemble une partie de pur agrément.
    Peut-être des esprits chagrins, qui se plaisent à tourner en ridicule la vie matrimoniale, me reprocheront-ils de n’avoir pas plutôt comparé ce couple modeste à deux champions de nos boxes anglaises qui, voyant les fonds bas et les souteneurs rares, aiment mieux, par un goût chevaleresque pour leur art, se mesurer ensemble, pour le seul plaisir de s’entretenir la main. Et je ne puis disconvenir que, sous un certain rapport, la comparaison ne s’appliquerait pas mal ici. Car, de même que les deux héros de la boxe font circuler, après la lutte, un chapeau à la ronde pour recevoir de la générosité des spectateurs le moyen d’aller se régaler ensemble, de même M. et Mme Godefroy Nickleby, une fois la lune de miel disparue, jetèrent autour d’eux un regard soucieux sur le monde, pour envisager les chances qu’il pourrait leur offrir d’ajouter quelque chose à leurs ressources, le revenu de M. Nickleby, au moment de son mariage, flottant entre quinze cents et deux mille francs de rente au plus.
    Il y a bien assez de monde sur la terre, bon Dieu ! Et particulièrement à Londres, où M. Nickleby faisait alors sa résidence, on n’entend guère se plaindre du défaut de population. Eh bien ! on ne saurait croire combien on peut regarder longtemps dans toute cette foule, sans y découvrir le visage d’un ami. Ce n’est pourtant que trop vrai. M. Nickleby en fit l’expérience. Il eut beau regarder, regarder tant, que ses yeux en devinrent aussi tristes que son cœur, pas un ami n’apparut, et lorsque, fatigué de chercher, il ramena ses regards sur son intérieur, il n’y trouva pas grande consolation à ses recherches infructueuses. Un peintre, qui a trop longtemps fixé la vue sur des couleurs éblouissantes, a la ressource de rafraîchir ses yeux troublés en les reportant sur quelque teinte plus foncée et plus sombre, mais, pour M. Nickleby, tous les objets qui s’offraient à ses regards étaient d’un noir si lugubre qu’il aurait été charmé d’y trouver plutôt, au risque d’en être ébloui, quelque contraste éclatant.
    Enfin, au bout de cinq ans, lorsque Mme Nickleby eut fait présent de deux fils à son époux, et que ce gentleman dans l’embarras, préoccupé de la nécessité de pourvoir à la subsistance de sa famille, songeait

Lire des autres livres

Le train de la mort
13 JUILLETLA FRONTIÈRE DE NOVÉANT Il pleut. 5 heures – wagon Helluy-Aubert-Villiers. Le panneau découpé dans la nuit vient d’être enfoncé. Deux, trois hommes crient ; — Évasion ? — Évasion ! Le convoi stoppe. Mitraillettes braquées sur le buste du docteur Helluy, à demi engagé dans le trou. L’o... Puis...
Le diable t'attend
Deux magasins se partageaient le rez-de-chaussée, le premier vendant des appareils photo et du matériel pour chambres noires, le deuxième du papier à lettres et des fournitures de bureau. La plaque de renseignements de l’immeuble parlait encore d’un fournisseur d’articles publicitaires et d’une revu... Puis...
Quick, Amanda
par Desire
He closed the door very firmly on Clare's horrified expression. * * * The horse was waiting in the courtyard. The howling wind and the crackle of lightning made the gelding restless. The beast pranced and danced on the stones until Gareth vaulted into the saddle. Once the gelding felt the firm hand... Puis...
After I'm Gone
“I can’t believe you’re having a shower.” She didn’t mean to. She had resolved not to mention the shower issue at all. The words were like toads, hopping out of her mouth in spite of her. She was like someone under a curse; she couldn’t stop saying the wrong thing. Worse, Michelle didn’t seem to re... Puis...
Le visage de la peur
— Le vin non plus n’est pas mauvais. Je t’en ressers un verre ? — Non, j’en ai bu suffisamment. — Juste un petit… — Non. Il faut que je me mette au travail. — Zut ! — Je t’avais prévenue. Tu es venue en connaissance de cause. — J’essayais de te saouler. — Avec une seule bouteille de vin ? — Pour te... Puis...