Une Vengeance Anglaise

Lire ebook Une Vengeance Anglaise
Auteur: Pierre Zaccone
Chapitre 1
    I l y a à Londres un quartier dont la physionomie n’a été qu’esquissée jusqu’ici et qui méritait cependant une mention spéciale dans les récits des romanciers modernes de la Grande-Bretagne. Nous voulons parler du quartier sur lequel se trouve située la prison de la Flotte, dont les limites ont conservé, comme on le sait peut-être, les privilèges et les franchises des anciens
asiles.
En donnant au prévôt de la Flotte des garanties pour le montant de la somme due à son incarcérateur, chaque prisonnier peut obtenir l’autorisation de résider aux environs de la prison, et jouir ainsi d’une liberté relative. Il résulte de cette tolérance que ce quartier est presque entièrement habité par une agglomération interlope de banqueroutiers maladroits et de débiteurs insolvables, auxquels se mêle une population flottante d’ivrognes fainéants et de filous actifs, de telle sorte que, passé une certaine heure de la nuit, il est bien rare d’y rencontrer une figure honnête.
    Cependant, le 25 novembre de l’année 1838, vers dix heures du soir, un homme qui n’était ni banqueroutier, ni débiteur insolvable, ni ivrogne, ni filou, parcourait à pas rapides et pressés l’une des rues étroites qui longent les prisons de la Flotte. Cet homme pouvait avoir une cinquantaine d’années ; il était petit, gros, replet, et sa physionomie, animée par deux yeux vifs et doux, annonçait une nature placide, que les soucis de la vie n’avaient jamais dû beaucoup inquiéter.
    Il allait et venait le long des murs, s’arrêtant parfois pour plonger son regard dans la salle enfumée de quelque cabaret borgne et reprenant bientôt sa course, jusqu’à ce qu’un nouveau sujet d’observation vînt la suspendre de nouveau.
    M. Gus-Brough était certainement le personnage le plus original des Trois-Royaumes. A toute heure du jour ou de la nuit on le rencontrait dans les endroits les plus différents de la capitale, et il était presque aussi connu des
pick-pockets
qui grouillent dans la Cité, que des gentlemen qui font la roue à Bond-street. M. Gus-Brough appartenait d’ailleurs à l’une des familles les plus honorables de Londres ; son oncle maternel avait été lord-maire, et son grand-père avait siégé avec honneur sur le banc de la Chambre des communes. Sa fortune était, disait-on, colossale ; mais il n’avait jamais voulu se marier, dans la crainte de rencontrer une femme dont le caractère ne sympathisât point avec le sien, ou dont l’esprit étroit eût pu gêner la passion secrète qui faisait depuis si longtemps le but unique de toute sa vie.
    Cette passion, le lecteur la connaîtra bientôt ; en parler plus longuement ici, serait retarder sans utilité ce récit. On nous permettra donc de continuer notre course à travers les rues sales et sombres qui entourent la prison de la Flotte, et d’y suivre l’honorable personnage que nous mettons en scène.
    M. Gus-Brough avançait avec une certaine

Lire des autres livres

Le sang de grâce
Plongée dans son maniaque inventaire quasi quotidien, elle ne découvrit la présence de l’apothicaire que lorsque cette dernière se signala d’un toussotement. La fournière se tourna d’un bloc et se renfrogna encore davantage. Annelette se fit la réflexion qu’elle était décidément disgracieuse, dans t... Puis...
LA DEMANDE DE BEAUREVERS XVII – OÙ CATHERINE SIGNE UN ORDRE À LA DEMANDE DE BEAUREVERS Beaurevers était parti tout pensif. Et comme l’après-midi était assez avancé, que la nuit tombait de plus en plus, il avait quitté le Louvre et, n’ayant rien à faire pour l’instant, il étai... Puis...
Au lecteur L’auteur avait d’abord songé à demander à l’un de nos hommes illustres de lui écrire une préface pour son livre. Mais il y en a trop, ça l’a découragé ; il n’a pas su lequel choisir. Il a craint aussi la concurrence. Si on ne lisait que la préface, sans lire le livre ? C’est pourquoi ce m... Puis...
Cent vingt mille hommes de troupes cosaques parurent sur les frontières de l'Ukraine. Ce n'était plus un parti insignifiant, un détachement venu dans l'espoir du butin, ou envoyé à la poursuite des Tatars. Non ; la nation entière s'était levée, car sa patience était à bout. Ils s'étaient levés... Puis...
APE17. L'Uraeus de la couronne
L'Uraeus de la couronne @page { margin-bottom: 5.000000pt; margin-top: 5.000000pt; } Chapitre 2 La brusque volteface d’Emerson m’avait prise de court mais, récupérant vite, je me hâtai à sa poursuite, les autres courant derrière moi. Le bruit du coup de feu me mit des ailes aux talons. Arrivant sur... Puis...