Une ombre sur la ville

Lire ebook Une ombre sur la ville
Une ombre sur la ville
1.
    Être
coincé dans le bus à New York, en temps normal, c’est déjà une épreuve.
    Mais
quand le véhicule appartient à la Tactical Assistance Response Unit, une
brigade d’intervention du NYPD, qu’il est garé devant un barrage noir de flics
et qu’on se trouve là parce qu’on est la seule personne au monde susceptible
d’empêcher plusieurs otages de se faire tuer, on peut dire adieu à son dîner.
    Ce
lundi-là, je n’avais pas prévu de sortir. Et heureusement…
    — Où
est mon fric, Bennett ? cracha une voix dans mon casque.
    Cette
voix, au bout de sept heures et demie, m’était devenue familière. C’était celle
d’un tueur de dix-neuf ans qui appartenait à un gang. Surnommé D-Ray, Kenneth
Robinson de son vrai nom, il était le principal suspect d’un triple meurtre lié
à une affaire de drogue. L’unique suspect, pour tout dire. Quand la police
était venue l’arrêter, le matin même, il s’était retranché dans un vieil
immeuble de Harlem, désormais cerné par les forces de l’ordre, menaçant
d’abattre cinq membres de sa propre famille.
    — L’argent
arrive, D-Ray, lui répondis-je d’un ton posé. Comme je te l’ai dit, j’ai
demandé à la Wells Fargo de nous envoyer un fourgon blindé depuis Brooklyn.
Cent mille dollars en billets de vingt non marqués, posés à l’avant.
    — Tu
dis ça chaque fois, mais je le vois pas, moi, le fourgon !
    — Ce
n’est pas aussi simple que ça en a l’air, mentis-je. Ils sont soumis à des
contraintes horaires qui dépendent des banques. On ne peut pas les appeler
comme on appellerait un taxi. De plus, pour transporter des sommes pareilles,
ils doivent passer par des procédures complexes. Et comme tout le monde, ils
sont retardés par la circulation.
    Face
à un preneur d’otages, il faut se montrer calme et mesuré, et je suis capable
de donner le change avec un certain talent. Sans ces dizaines d’hommes en tenue
d’assaut qui m’écoutaient, on aurait pu me prendre pour un prêtre en train de
recueillir une confession.
    En
fait, le fourgon de la Wells Fargo était arrivé deux bonnes heures plus tôt. Il
était garé quelques rues plus loin, à l’abri des regards, et je bataillais
ferme pour qu’il reste là-bas. S’il arrivait jusqu’ici, cela signifiait que
j’avais échoué.
    — Tu
veux m’embrouiller ? aboya D-Ray. Personne m’embrouille, le flic.
Tu crois peut-être que je sais pas que je vais prendre perpète, de toute
façon ? Qu’est-ce que je risque, si je tue quelqu’un d’autre ?
    — Je
sais bien que tu parles sérieusement, D-Ray. Moi aussi, je parle sérieusement.
Je n’ai aucune envie de t’embrouiller. L’argent va arriver. En attendant, as-tu
besoin d’autre chose ? Plus de pizzas, de boissons gazeuses, des trucs de
ce genre ? Vous devez crever de chaud, à l’intérieur. Tu ne veux pas qu’on
apporte des crèmes glacées pour ta nièce et ton neveu ?
    —  Des
crèmes glacées ? hurla-t-il avec

Lire des autres livres

2009-Scarpetta
Si l’on excluait les égratignures sur le cou et la discrète coupure au poignet, les seules blessures que détecta Scarpetta commençaient à mi-cuisse. Toutes étaient localisées sur la face antérieure. Il s’agissait de longs bleus étroits avec de nombreuses abrasions rectilignes, la plupart horizontale... Puis...
Les trois grimoires
demanda Althalus aux exarches le lendemain matin, alors qu’ils se réunissaient dans la salle à manger. — Plutôt bien, répondit Yeudon aux cheveux argentés, à l’exception d’un rêve assez étrange que j’ai fait et que je n’arrive pas à me sortir de la tête. — Laissez-moi deviner. Deux femmes de service... Puis...
La tête me tournait et me faisait mal. Je regardai le lit d’Elena : il était vide. En même temps, de la chambrette de droite, des bruits me parvinrent, comme si on frottait le plancher. Je sortis : Elena balayait, relevant d’une main sa robe élégante qu’elle n’avait pas encore ôtée depuis... Puis...
BURIDAN, LE HÉROS DE LA TOUR DE NESLE
À chaque étage, il s’était attendu à voir tomber sur lui une nuée de spadassins. Mais, soit que Marguerite fût assez terrorisée pour le laisser partir, soit qu’elle ne fût pas revenue au sentiment assez tôt pour donner l’ordre de lui courir sus, il atteignit le rez-de-chaussée sans... Puis...
Dragon
- Et c'est là que vous gagnez votre salaire. Pitt le vit venir mais pas tout à fait. - Vous allez m'envoyer au Japon pour plonger autour des îles, c'est ça ? - Perdu, dit Jordan avec un sourire supérieur que Pitt n'aimait pas. Vous allez en Allemagne vous plonger dans un bunker de la Luftwaffe ! 280... Puis...