Un cas de pratique médicale

Lire ebook Un cas de pratique médicale
UN CAS DE PRATIQUE MEDICALE
    U n télégramme, envoyé de l’usine des Liâlikov, priait le professeur de venir au plus vite.
    La fille d’une dame Liâlikov, apparemment la propriétaire de l’usine, était malade ; c’est tout ce que l’on pouvait démêler en un long télégramme, mal rédigé. Aussi le professeur ne se dérangea-t-il pas lui-même : il se contenta d’envoyer à sa place son interne, Koroliov.
    Il fallait descendre à la troisième station au delà de Moscou et faire ensuite quatre verstes en voiture. A la gare, un attelage à trois chevaux attendait l’interne. Le cocher avait un chapeau à plumes de paon [1] et répondait d’une voix vibrante, à toutes les questions, comme un soldat : « Pas du tout ! » ou « Exactement ça ! »
    C’était le samedi soir. Le soleil se couchait. De l’usine à la gare venaient des foules d’ouvriers qui saluaient la voiture amenant l’interne. La tombée du jour, les demeures seigneuriales et les villas d’été, aux deux côtés de la route, les bouleaux, et la calme impression qui se dégageait alentour, – alors que maintenant, à cette veille de repos, les champs, les bois et le soleil, s’apprêtaient, semblait-il, à chômer, et peut-être même à prier en même temps que les ouvriers, – tout cela ravissait Koroliov…
    Né et élevé à Moscou, l’interne ne connaissait pas la campagne et ne s’était jamais intéressé aux usines ; il n’en avait jamais visité aucune ; mais après ce qu’il avait lu à ce sujet, il lui était arrivé de se trouver chez des industriels et de causer avec eux. Et, quand il voyait de loin ou de près une fabrique, il pensait que, si, au dehors, tout y paraissait calme et paisible, il devait régner au dedans l’impénétrable ignorance et l’égoïsme obtus des propriétaires, le travail ennuyeux et malsain des ouvriers, et les intrigues, et la vodka, et la vermine…
    Et maintenant tandis que les ouvriers s’écartaient de la calèche avec respect et crainte, il lisait à leurs figures, à leurs casquettes, à leur démarche, la malpropreté, l’ivrognerie, l’énervement, l’ahurissement dans lesquels ils vivaient.
    On entra par le grand portail de l’usine. De chaque côté apparurent de petites maisons ouvrières, des figures de femmes, du linge et des couvertures sur les avant-portes. Le cocher, sans retenir ses chevaux, criait : « Attention ! »
    Dans une grande cour, nette de tout brin d’herbe, se développaient cinq vastes corps de bâtiments à hautes cheminées, espacés, avec des magasins et des baraquements, le tout baignant dans une sorte de buée grise, telle une fleur de poussière. Cà et là, comme des oasis dans le désert, s’éparpillaient de maigres jardinets et les toits verts et rouges des maisons de l’Administration. Le cocher, arrêtant tout à coup les chevaux, stoppa devant une maison nouvellement peinte en gris. Les lilas du jardinet étaient couverts de poussière, et le

Lire des autres livres

Suaire froid
— Nous les rencontrerons ce soir à 20 heures. — Après le coucher du soleil, dis-je. Je connais l’endroit. Je viens vous chercher ici ? — Oui. Je vais avoir besoin d’un peu de temps pour me préparer. — Moi aussi. Vers 19 heures. Je les saluai et me dirigeai vers la porte. Charity ne me répondit pas m... Puis...
La Contrebasse
Quelqu’un passe un disque, la Deuxième Symphonie de Brahms, et la fredonne en même temps. Bruits de pas qui s’éloignent et reviennent. Ce quelqu’un ouvre une bouteille et se verse de la bière. Attendez., ça va y être… Là ! Vous entendez ça ? Là ! Maintenant ! Vous entendez ? Ça va revenir une second... Puis...
Men of Anderas II: Dak the Protector
Any hope that he might actually sleep through the night was long gone. The flickering candle flame cast eerie shadows across the ceiling and walls. Normally, the softly shifting shapes worked better than a sleeping drug. Not tonight. Hell, not for the past week, if he were honest. Undulating figures... Puis...
Le dragon et le Georges (Corrigé 12-5-2011)
Deux hommes, semblait-il, discutaient à voix basse. Mais, de temps à autre, l’une ou l’autre de ces voix s’élevait, probablement un ton plus haut qu’on ne l’aurait voulu. Sans ouvrir les yeux, Jim identifia l’une d’elles comme appartenant à sir Brian ; l’autre trahissait l’aubergiste. Il écout... Puis...
Dans la tête,le venin
Le sang dégoulinait le long des cuisses du petit garçon. L’image s’obscurcit après que l’homme nu, dont le visage était dissimulé par une cagoule de latex noir, se fut étiré de satisfaction devant la caméra vidéo. Gros plan final sur un sexe repu. Durant plus d’une heure, il avait violé répétitiveme... Puis...