Trompe la mort

Lire ebook Trompe la mort
Auteur: Lawrence Block

Trompe la mort
1

     
    C’était une magnifique soirée d’été, le dernier lundi du
mois de juillet. Les Hollander arrivèrent au Lincoln Center entre six heures et
six heures et demie. Peut-être s’étaient-ils retrouvés quelque part, disons
devant la fontaine sur l’esplanade ou bien dans le hall, avant de monter
ensemble. Membre d’un cabinet d’avocats qui avait son siège à l’Empire State
Building, Byrne Hollander était peut-être venu directement du travail. La
grande majorité des hommes étant en costume trois-pièces, il n’aurait pas eu
besoin de se changer.
    Leur maison se trouvant dans la 74 e Ouest, entre
Columbus Avenue et Amsterdam Avenue, il avait quitté le bureau vers cinq heures
et donc eu le temps de rentrer chercher sa femme. Peut-être étaient-ils venus à
pied au Lincoln Center ; il y a moins d’un kilomètre, cela demande au
maximum un quart d’heure. C’est ce que nous avions fait, Elaine et moi, nous
étions venus à pied de notre appartement situé à l’angle de la 9 e Avenue et de la 77 e Rue, mais les Hollander résidaient un peu plus
loin, et ils n’avaient peut-être pas eu envie de faire de l’exercice. Rien ne
dit qu’ils n’aient pas pris un taxi ou un bus pour descendre Columbus.
    En tout cas ils étaient là ; ils étaient arrivés à
temps pour prendre un verre avant d’aller manger. L’homme était grand, un mètre
quatre-vingt-dix à deux centimètres près, quinquagénaire depuis deux ans, et
avait le front haut et la mâchoire puissante. Taillé en athlète dans sa
jeunesse, il faisait toujours régulièrement de la musculation dans une salle de
gymnastique du centre, mais s’était légèrement enrobé. S’il avait eu jadis
l’air d’un jeune homme famélique, maintenant il respirait la prospérité. Brun,
les tempes grisonnantes, il avait l’œil marron et aux aguets, comme on dit,
peut-être parce qu’il passait plus de temps à écouter qu’à parler.
    Guère bavarde elle non plus, c’était une jolie fille qui
était devenue une belle femme. Parsemés de mèches rouges, ses cheveux bruns
mi-longs et tirés en arrière lui dégageaient le visage. De six ans sa cadette,
elle mesurait quinze centimètres de moins que lui, ce qu’elle compensait en
portant des talons hauts. Elle avait pris quelques kilos en une vingtaine
d’années de mariage, mais aussi maigre qu’un mannequin au départ, elle était
restée très bien.
    Je l’imagine, debout au premier étage de l’Avery Fisher
Hall, un verre de vin blanc à la main, en train d’attraper un amuse-gueule posé
sur un plateau. A ce titre, il n’est pas impossible du tout que je les aie
vus – j’avais peut-être échangé un sourire et un signe de tête avec lui,
je l’avais peut-être remarquée, elle, comme on remarque une femme séduisante.
    Nous étions là, et eux aussi, en même temps que des
centaines d’autres gens. Plus tard, en les voyant en
photo, leurs têtes me dirent vaguement quelque chose. Mais cela ne

Lire des autres livres

Oblique
par Bear,Greg
Les derniers feux du couchant dessinent une frange jaune-vert sur le ventre des nuages, devant lesquels se découpe la silhouette des tours au sud. Elle s’est résignée à tout ce qu’implique cette sortie ; son esprit se partage entre l’autojustification et la méthode brevetée qu’elle a mise au point p... Puis...
Oh ! sans doute, elles avaient je ne sais quel besoin obscur de communication et d’expansion, et c’est là l’âme du son ; mais ce besoin même, comment l’auraient-elles connu, si elles ne s’étaient senties comme enveloppées d’influences amies, et si le premier souffle passant sur elles n’ava... Puis...
Oeuvres complètes
Degas s’est montré singulièrement chiche. Il s’est contenté d’exposer une vue de coulisses, un monsieur serrant de près une femme lui étreignant presque les jambes entre ses cuisses, derrière un portant illuminé par le rouge brasier de la salle qu’on entrevoit et quelques dessins et esquisses représ... Puis...
Book 03 - Cold Copper Tears
par Glen Cook
I woke up at noon and couldn’t get back to sleep. I should have been smug, the hero who had gone out to save the damsel and had succeeded, but I didn’t feel smug or heroic. I felt confused, angry, put upon, frustrated. Most of all I felt out of control. I’m not used to getting knocked around without... Puis...
Le dernier templier
Pour la durée de son séjour à New York, le diocèse avait organisé son hébergement dans l’austère foyer d’Oliver Street. Mais ce n’était pas si mal. Après tout, situé à quelques rues à peine à l’est de Fédéral Plaza, ce logement était pratique. Et, des étages supérieurs, la vue sur le pont de Brookly... Puis...