Sous l'oeil d'Horus

Lire ebook Sous l'oeil d'Horus
Auteur: Haney,Lauren

Sous l'oeil d'Horus
Sechou.
    — On pourrait en dire autant de moi, dit Neboua avec un
large sourire. Mais ça ne m’a pas empêché de sortir du rang.
    — Peu importe qu’il ait ou non l’étoffe d’un monarque,
déclara Bak. Un beau jour, Menkheperrê Touthmosis montera sur le trône et sera
un excellent roi.
    — Détecterais-je un préjugé en sa faveur,
lieutenant ? dit Sechou en riant.
    — Voyez-vous ce que je vois ? gloussa Neboua.
Amonked tend sa main à Nefret pour l’inviter à monter sur le pont avec lui.
J’étais certain qu’il s’était lassé d’elle et s’apprêtait à la renvoyer chez
son père.
    — Peut-être lui a-t-il pardonné, dit Sechou, suivant
des yeux le navire de Sennefer qui sortait du port à son tour, ses bannières
aux couleurs vives claquant dans la brise. Depuis Askout, on ne l’a pas
entendue proférer une seule plainte.
    Bak songea à la jeune femme silencieuse et grave, qui
s’était montrée réservée depuis le jour où elle avait rejoint la caravane. Si
Amonked avait fait la paix avec elle, cela ne pouvait s’être passé qu’à Bouhen.
    — Elle ne m’a rien confié, mais, d’après Sennefer, la
mort de Thaneni l’a beaucoup affligée.
    — Comment en irait-il autrement ? remarqua Sechou
avec sincérité.
    — Je parie que l’épouse d’Ahmosé lui a enseigné
quelques petites vérités, dit Neboua. Les autres femmes et elle sont coincées
sur cette île, au milieu de nulle part.
    La grande barge de transport quittait en douceur son point
d’amarrage, grâce au capitaine du vaisseau appartenant à l’épouse d’Imsiba. En
maître d’équipage expérimenté, il lança des ordres, campé sur le château avant,
et la coque se détacha du quai. Amonked avait volontiers accepté son aide, se
rappelant l’arrivée peu gracieuse, voire périlleuse, de la barge à Bouhen.
    Le navire de l’inspecteur commençait à virer vers le nord
pour descendre le fleuve. Le tambour accélérait la cadence, les rameurs la
suivaient avec un chant plus rapide et sonore ponctué par leurs coups d’avirons.
Paouah traversa le pont en courant pour venir auprès de son maître et de la
concubine. Il agita la main à l’adresse du commandant Thouti et de sa suite,
sur le quai. Amonked tendit le doigt vers les remparts, d’où les officiers les
contemplaient. Le jeune garçon redoubla de vivacité pour dire au revoir à ses
amis. L’inspecteur l’imita.
    Tous trois restèrent longtemps à la rambarde, regardant la
forteresse comme s’ils répugnaient à la quitter des yeux, sachant qu’ils n’y
reviendraient sans doute jamais plus. Quand enfin ils se détournèrent,
minuscules silhouettes dans le lointain, Amonked passa un bras autour de la
taille mince de Nefret, et l’autre autour des frêles épaules de Paouah.
    Bak pria pour que leur affection subsiste tout au long de
l’éternité.
     
     
     
    FIN
    ----
    [1] Ouaouat : Basse-Nubie. (N.d.T.)
    [2] Royaume indépendant conquis au Nouvel Empire ;

Lire des autres livres

Les Conjurés De Pierre
L’église inachevée était encore un gigantesque chantier. L’aboiement d’un chien dans une ruelle avoisinante trouait sporadiquement le silence de la grand-place. Les odeurs pestilentielles, dispersées par les vents durant le jour, retombaient maintenant comme une chape de plomb sur le parvis. C’était... Puis...
Très estimé pour sa probité, appelé plusieurs fois par ses concitoyens à des fonctions municipales, c’était l’homme d’affaires le plus occupé de la ville. C’était lui qu’on chargeait de toutes les transactions délicates, de toutes les ventes de terrain importantes. Il était d’ailleurs, grâce à cette... Puis...
Les Murs de sang
– Prenez le temps de vous réchauffer. On vous raccompagnera à votre hôtel tout à l’heure. – Que s’est-il passé ici ? Le sergent Riquen m’a dit que Jack lui avait sauvé la vie. – On peut dire ça. – Excusez-moi ? – Vous ne connaissez pas votre mari, assena Mansel en croisant les bras, ou alors, vo... Puis...
La paix des dupes
En une occasion précise, toutefois, l’attitude défensive adoptée par les gardes du corps de FDR parut dépasser les limites du raisonnable. Le matin du 19, l’Iowa arriva en vue du quatrième groupe d’escorte, qui comprenait le croiseur léger Brooklyn et cinq destroyers, deux américains et trois britan... Puis...
Le Sang des elfes
LE TEMPS DE LA GUERRE Au moins, le feu avait pris. Il lui avait fallu un demi-écheveau d’étoupe largement arrosée d’alcool de genièvre pour allumer sa flambée, quelques instants seulement avant que le soleil se couche et qu’il n’y voie plus du tout. Être seul n’était rien. Léo de Grand en avait l’ha... Puis...