Robinson Crusoé - Tome II

Lire ebook Robinson Crusoé - Tome II
Auteur: Daniel Defoe
LE VIEUX CAPITAINE PORTUGAIS
    Q uand j’arrivai en Angleterre, j’étais parfaitement étranger à tout le monde, comme si je n’y eusse jamais été connu. Ma bienfaitrice, ma fidèle intendante à qui j’avais laissé en dépôt mon argent, vivait encore, mais elle avait essuyé de grandes infortunes dans le monde ; et, devenue veuve pour la seconde fois, elle vivait chétivement. Je la mis à l’aise quant à ce qu’elle me devait, en lui donnant l’assurance que je ne la chagrinerais point. Bien au contraire, en reconnaissance de ses premiers soins et de sa fidélité envers moi, je l’assistai autant que le comportait mon petit avoir, qui pour lors, il est vrai, ne me permit pas de faire beaucoup pour elle. Mais je lui jurai que je garderais toujours souvenance de son ancienne amitié pour moi. Et vraiment je ne l’oubliai pas lorsque je fus en position de la secourir, comme on pourra le voir en son lieu.
    Je m’en allai ensuite dans le Yorkshire. Mon père et ma mère étaient morts et toute ma famille éteinte, hormis deux sœurs et deux enfants de l’un de mes frères. Comme depuis long-temps je passais pour mort, on ne m’avait rien réservé dans le partage. Bref je ne trouvai ni appui ni secours, et le petit capital que j’avais n’était pas suffisant pour fonder mon établissement dans le monde.
    A la vérité je reçus une marque de gratitude à laquelle je ne m’attendais pas : le capitaine que j’avais si heureusement délivré avec son navire et sa cargaison, ayant fait à ses armateurs un beau récit de la manière dont j’avais sauvé le bâtiment et l’équipage, ils m’invitèrent avec quelques autres marchands intéressés à les venir voir, et touts ensemble ils m’honorèrent d’un fort gracieux compliment à ce sujet et d’un présent d’environ deux cents livres sterling.
    Après beaucoup de réflexions, sur ma position, et sur le peu de moyens que j’avais de m’établir dans le monde, je résolus de m’en aller à Lisbonne, pour voir si je ne pourrais pas obtenir quelques informations sur l’état de ma plantation au Brésil, et sur ce qu’était devenu mon partner , qui, j’avais tout lieu de le supposer, avait dû depuis bien des années me mettre au rang des morts.
    Dans cette vue, je m’embarquai pour Lisbonne, où j’arrivai au mois d’avril suivant. Mon serviteur Vendredi m’accompagna avec beaucoup de dévouement dans toutes ces courses, et se montra le garçon le plus fidèle en toute occasion.
    Quand j’eus mis pied à terre à Lisbonne je trouvai après quelques recherches, et à ma toute particulière satisfaction, mon ancien ami le capitaine qui jadis m’avait accueilli en mer à la côte d’Afrique. Vieux alors, il avait abandonné la mer, après avoir laissé son navire à son fils, qui n’était plus un jeune homme, et qui continuait de commercer avec le Brésil. Le vieillard ne me reconnut pas, et au fait je le reconnaissais à peine ; mais je me rétablis dans

Lire des autres livres

Son grand-père maternel avait servi comme quarter-master-general dans la guerre de l’Indépendance, et La Fayette l’avait en haute estime et amitié. Celui-ci, lors de son dernier voyage aux Etats-Unis, voulut voir la veuve du général et lui témoigner sa gratitude pour les services que lui avait rendu... Puis...
Les hommes naissent tous le même jour - Crépuscule - Tome II
par Max Gallo
Après s’être engagé pour une durée de cinq ans dans la marine de guerre des États-Unis (1917-1922) a gagné sa vie comme marin à bord de paquebots transatlantiques, notamment sur le paquebot Providence. Allen Roy Gallway a toujours écrit. Son premier texte Le Chemin de Mama Caterina, publié en 1923 d... Puis...
Le puits de l'ascension
    — Ce n’est pas une bonne idée, Maîtresse. OreSeur, assis sur son arrière-train, regardait Vin déballer une grande boîte plate. — Elend pense que c’est le seul moyen, répondit-elle en ôtant le couvercle de la boîte. Elle y trouva la somptueuse robe bleue. Elle l’en sortit et nota sa relative légè... Puis...
J. Cherryh-CHAPTER 4 CHAPTER 4 They were not astir until broad day, when the servants arrived with a very late breakfast and an escort of Dragon Guard flung the heavy green draperies back on frost-rimmed windows. The Eagle banner on the gatehouse roof opposite flew straight out in the gusts and fell... Puis...
La Bande rouge - Tome I
Une longue bâtisse gauchement plantée sur le versant des Buttes-Montmartre qui regarde la plaine de Saint-Denis et une suite de cours entourées de murs blanchis à la chaux composaient le local et les attenances exploitées par le médecin démocrate. Ces constructions avaient été primitivement destinée... Puis...