Robinson Crusoé - Tome I

Lire ebook Robinson Crusoé - Tome I
Auteur: Daniel Defoe
par ton père. »
    Nonobstant ce refus, comme je l’appris dans la suite, elle rapporta le tout à mon père, qui, profondément affecté, lui dit : en soupirant : – « Ce garçon pourrait être heureux s’il voulait demeurer à la maison ; mais, s’il va courir le monde, il sera la créature la plus misérable qui ait jamais été : je n’y consentirai jamais. »
    Ce ne fut environ qu’un an après ceci que je m’échappai, quoique cependant je continuasse obstinément à rester sourd à toutes propositions d’embrasser un état ; et quoique souvent je reprochasse à mon père et à ma mère leur inébranlable opposition, quand ils savaient très-bien que j’étais entraîné par mes inclinations. Un jour, me trouvant à Hull, où j’étais allé par hasard et sans aucun dessein prémédité, étant là, dis-je, un de mes compagnons prêt à se rendre par mer à Londres, sur un vaisseau de son père me pressa de partir, avec l’amorce ordinaire des marins, c’est-à-dire qu’il ne m’en coûterait rien pour ma traversée. Je ne consultai plus mes parents ; je ne leur envoyai aucun message ; mais, leur laissant à l’apprendre comme ils pourraient, sans demander la bénédiction de Dieu ou de mon père, sans aucune considération des circonstances et des conséquences, malheureusement, Dieu sait ! Le
1 er
septembre 1651,
j’allai à bord du vaisseau chargé pour Londres. Jamais infortunes de jeune aventurier, je pense, ne commencèrent plus tôt et ne durèrent plus long-temps que les miennes.
    Comme le vaisseau sortait à peine de l’Humber, le vent s’éleva et les vagues s’enflèrent effroyablement. Je n’étais jamais allé sur mer auparavant ; je fus, d’une façon indicible, malade de corps et épouvanté d’esprit. Je commençai alors à réfléchir sérieusement sur ce que j’avais fait et sur la justice divine qui frappait en moi un fils coupable. Touts les bons conseils de mes parents, les larmes de mon père, les paroles de ma mère, se présentèrent alors vivement en mon esprit ; et ma conscience, qui n’était point encore arrivée à ce point de dureté qu’elle atteignit plus tard, me reprocha mon mépris de la sagesse et la violation de mes devoirs envers Dieu et mon père.
    Pendant ce temps la tempête croissait, et la mer devint très-grosse, quoique ce ne fût rien en comparaison de ce que j’ai vu depuis, et même seulement quelques jours après, c’en fut assez pour affecter un novice tel que moi. A chaque vague je me croyais submergé, et chaque fois que le vaisseau s’abaissait entre deux lames, je le croyais englouti au fond de la mer. Dans cette agonie d’esprit, je fis plusieurs fois le projet et le vœu, s’il plaisait à Dieu de me sauver de ce voyage, et si je pouvais remettre le pied sur la terre ferme, de ne plus le remettre à bord d’un navire, de m’en aller tout droit chez mon père, de m’abandonner à ses conseils, et de ne plus me jeter dans de telles misères.

Lire des autres livres

Sourire en Coin
Ce n’était pas un petit déjeuner très sain, mais si j’attendais un jour de plus, il faudrait le jeter à la poubelle. De toute façon, j’avais fait mon jogging, neuf kilomètres sur le tapis de feuilles mortes détrempées du Heath. C’était une belle matinée d’octobre, froide, peut-être, mais lumineuse.... Puis...
En terre étrangère
« La suivante ! dit-il. — Je suis là, patron, répondit Myriam. — C’est pour le groupe « Expérience Vécue ». Spécifiez bien que la narratrice devra avoir une voix de contralto très sexy… — Je devrais peut-être me proposer ? — Non, pas sexy à ce point. Comme nom de plume… trouvez quelque chose dans la... Puis...
Les maîtres du hasard
- J'ai la preuve de ce que j'avance! dit-il assez~ fort pour couvrir le tumulte. Je peux prouver qu'on~ vous a menti ! que cet interrogatoire est truqué, qu les Maîtres du Hasard ont triché! Une nouvelle vague de réactions et de commen-'taires déferla à travers les gradins, que les gardes eurent cet... Puis...
Vie et aventures de Nicolas Nickleby - Tome II
  « Voilà les trois quarts passés, murmurait Newman Noggs en entendant la sonnerie d’une église voisine, et c’est à deux heures que je dîne. Il le fait exprès ; il y tient ; c’est bien là lui ! » C’était dans le petit trou qui lui servait de bureau et perché sur le haut... Puis...
Le Dernier Restaurant avant la Fin du Monde
Ses deux crânes se cognaient l’un contre l’autre et ses sourires apparaissaient à contretemps. Il se sentait désespérément heureux. — Zaphod, lança Ford, tant que tu es encore en état de parler, ça t’embêterait de m’expliquer ce qui est arrivé, nom d’un petit photon ? Où étais-tu passé ? Et où somme... Puis...