Remède pour un charlatan

Lire ebook Remède pour un charlatan
Auteur: Roe, Caroline

Remède pour un charlatan
CHAPITRE PREMIER
     
    18 août 1353
     
    — Combien y a-t-il ? murmura d’un air vague l’homme maigre, d’allure ascétique, comme si une telle préoccupation était indigne de lui.
    Il portait la sobre tunique noire d’un prêtre ou d’un lettré et ne semblait pas à sa place dans le cadre médiocre de cette taverne.
    — On a bien travaillé. Il est temps de s’en aller vers le sud.
    Dehors, Gérone vivait au ralenti et attendait patiemment la fraîcheur du soir. La salle était sombre et close, son atmosphère encore épaisse du souvenir du vin renversé et des buveurs partis depuis déjà longtemps. Pas un souffle d’air ne pénétrait par les volets : des mouches bourdonnaient paresseusement comme si elles n’avaient pas le cœur à l’ouvrage. Rodrigue, le tavernier, suait et somnolait dans un coin, indifférent à ses uniques clients.
    — Tu appelles cela bien travailler ? dit l’autre d’un air méprisant en agitant devant le visage de son compagnon une bourse emplie de pièces. Écoute, Guillem, mon pauvre ami. Un bon jour, tu rapportes assez pour une chambre et une assiette de soupe.
    — Ça n’a pas été aussi mauvais que tu le dis ! protesta Guillem.
    — Je te parle d’or, imbécile. D’or, oui. Assez pour vivre comme un seigneur.
    — Tu es fou, dit Guillem. Gérone regorge peut-être de marchands repus et d’épouses parées de soie, mais ils ne gaspillent pas leur or à des broutilles.
    — C’est vrai. En conséquence, il y en aura plus pour nous.
    — Et comment allons-nous mettre la main dessus ? fit-il en secouant la tête d’un air dubitatif.
    — Cela ne te regarde pas. Je sais qui en a et comment se le procurer.
    Guillem se pencha vers lui.
    — Tu es sérieux ? demanda-t-il, surpris.
    Il enchaîna sans laisser le temps à son compagnon de lui répondre.
    — Il y a quelque danger ?
    L’autre lui adressa un long regard oblique.
    — Ce n’est pas un crime que de voler ce qui a déjà été volé, dit-il.
    Le lettré se mordit la lèvre supérieure en un geste nerveux qui irrita son compagnon.
    — Comment allons-nous faire ? demanda-t-il enfin.
     
    Septembre
     
    — Maman ? appela Miriam.
    — Qu’est-ce que tu veux ? répliqua Judith, épouse d’Isaac le médecin.
    De nature, ce n’était pas une femme d’une patience à toute épreuve, et celle-ci était déjà bien entamée en cette matinée. L’été ne déclinait pas encore, et elle avait chaud sous son voile noir. Les passages ombragés et les ruelles voûtées du Call, le prospère quartier juif de Gérone, ressemblaient à une immense étuve réchauffée par le soleil qui tapait, implacable, sur les brumes nées de la rivière. En nage, elle haletait pour remonter la rue.
    Sa servante, Leah, s’était plainte de maux de tête et s’était mise au lit. Naomi, la cuisinière, était enfermée dans sa cuisine, brisant avec fureur pots et assiettes, et Miriam se traînait derrière sa mère en demandant qu’on

Lire des autres livres

double hélice
Le restaurant, situé au dernier étage de l’hôpital universitaire, offrait une vue splendide du parc, et proposait des réductions au personnel universitaire. Les deux médecins avaient ôté leurs blouses blanches mais la serveuse, reconnaissant au premier coup d’œil qu’elle n’avait pas affaire à des cl... Puis...
Le flux et le reflux
Le personnel y était un peu moins nombreux qu’avant la guerre, il n’y avait plus qu’un portier au lieu de deux, mais le service était toujours parfait. Une seule différence : le restaurant ne montait plus les repas, exception faite du petit déjeuner. L’appartement de Mrs Gordon Cloade était au trois... Puis...
The Name of the Wind
Anyone who has been without money for a long time will know what I’m talking about. My first investment was a good leather purse. I wore it underneath my clothes, tight against my skin. Next was a real breakfast. A plateful of hot eggs and a slice of ham. Bread that was fresh and soft, plenty of hon... Puis...
Magie Sauvage
Intrigues   Le Maître de Tomberoc, Aran Aranson, se tenait dans l’entrée de sa forge, la lune penchée sur son épaule tel un géant grimaçant à l’œil vengeur, et il contemplait avec incrédulité la morte qui se relevait. Devant lui, son deuxième fils, Fent, qui l’avait tuée quelques instants plus tôt,... Puis...
Les bras, la poitrine, l’abdomen, qui s’étaient trouvés exposés à l’action corrosive de la chaux, étaient fortement brûlés. Quant au visage, il était complètement méconnaissable. Le grenier à foin, converti en morgue provisoire, était gardé par un gendarme. L’aubergiste, qui conduisait le duc et son... Puis...