Quatrevingt-treize

Lire ebook Quatrevingt-treize
Auteur: Victor Hugo
LIVRE I – LE BOIS DE LA SAUDRAIE
    D ans les derniers jours de mai 1793, un des bataillons parisiens amenés en Bretagne par Santerre fouillait le redoutable bois de la Saudraie en Astillé. On n’était pas plus de trois cents, car le bataillon était décimé par cette rude guerre. C’était l’époque où, après l’Argonne, Jemmapes et Valmy, du premier bataillon de Paris, qui était de six cents volontaires, il restait vingt-sept hommes, du deuxième trente-trois, et du troisième cinquante-sept. Temps des luttes épiques.
    Les bataillons envoyés de Paris en Vendée comptaient neuf cent douze hommes. Chaque bataillon avait trois pièces de canon. Ils avaient été rapidement mis sur pied. Le 25 avril, Gohier étant ministre de la justice et Bouchotte étant ministre de la guerre, la section du Bon-Conseil avait proposé d’envoyer des bataillons de volontaires en Vendée ; le membre de la commune Lubin avait fait le rapport ; le 1er mai, Santerre était prêt à faire partir douze mille soldats, trente pièces de campagne et un bataillon de canonniers. Ces bataillons, faits si vite, furent si bien faits, qu’ils servent aujourd’hui de modèles ; c’est d’après leur mode de composition qu’on forme les compagnies de ligne ; ils ont changé l’ancienne proportion entre le nombre des soldats et le nombre des sous-officiers.
    Le 28 avril, la commune de Paris avait donné aux volontaires de Santerre cette consigne :
Point de grâce, point de quartier
. A la fin de mai, sur les douze mille partis de Paris, huit mille étaient morts.
    Le bataillon engagé dans le bois de la Saudraie se tenait sur ses gardes. On ne se hâtait point. On regardait à la fois à droite et à gauche, devant soi et derrière soi ; Kléber a dit :
Le soldat a un œil dans le dos
. Il y avait longtemps qu’on marchait. Quelle heure pouvait-il être ? à quel moment du jour en était-on ? Il eût été difficile de le dire, car il y a toujours une sorte de soir dans de si sauvages halliers, et il ne fait jamais clair dans ce bois-là.
    Le bois de la Saudraie était tragique. C’était dans ce taillis que, dès le mois de novembre 1792, la guerre civile avait commencé ses crimes ; Mousqueton, le boiteux féroce, était sorti de ces épaisseurs funestes ; la quantité de meurtres qui s’étaient commis là faisait dresser les cheveux. Pas de lieu plus épouvantable. Les soldats s’y enfonçaient avec précaution. Tout était plein de fleurs ; on avait autour de soi une tremblante muraille de branches d’où tombait la charmante fraîcheur des feuilles ; des rayons de soleil trouaient çà et là ces ténèbres vertes ; à terre, le glaïeul, la flambe des marais, le narcisse des prés, la gênotte, cette petite fleur qui annonce le beau temps, le safran printanier, brodaient et passementaient un profond tapis de végétation où fourmillaient toutes les formes de la mousse, depuis celle qui ressemble à la chenille jusqu’à celle qui

Lire des autres livres

Or d'autant, m. que toute la difficulté de ce dessein consiste à ce que le pouvant executer avec facilité, vous jugiez qu'il soit à propos de l'entreprendre ; il est necessaire auparavant que de venir aux preceptes qui peuvent servir à cette execution, de vous deduire et expliquer les raisons qui do... Puis...
Rynaldo déclarait à Régina qu’il tuerait son fiancé, Karl le Rouge ! Elle lui dit, railleuse : – Comment le tuerais-tu, mon petit ? Avant que tu eusses trouvé le temps de le tuer tantôt, dans la bibliothèque, tu aurais eu dix gardes sur toi, sans compter qu’à lui tout seul... Puis...
Les 4 vies de Steve Jobs
Elle a quelque chose d’indigeste, de nauséabond. Has been… Star du passé. Tel est le couperet qui menace Jobs. Deux lignes dans les livres d’Histoire, peut-être même dans un paragraphe dédié à la fabuleuse réussite de Bill Gates. Ou, pire encore, faire l’objet d’une rapide citation dans le dictionna... Puis...
Les paysans s’avançaient, mais non si vite que l’avait dit Chupin. Deux de ces circonstances qui, fatalement, échappent aux prévisions humaines, devaient disloquer le plan de Lacheneur… Debout, au sommet de la lande, un peu en avant des siens, Lacheneur avait compté les feux qui répondaient à l’inc... Puis...
Endymion 2
Tout se passe de manière feutrée, à un peu moins de vingt-cinq gravités, et ne dure pas plus de trois heures. Bien installée dans sa crèche de résurrection capitonnée, Radamanthe Némès attend tranquillement que ce soit fini. Quand le vaisseau amorce son orbite autour de la planète, elle ouvre le cou... Puis...