Paris et Londres en 1793 - Le Marquis de Saint-Évremont

Lire ebook Paris et Londres en 1793 - Le Marquis de Saint-Évremont
Auteur: Charles Dickens
Chapitre 1 En 1775.
    C ’était le meilleur et le pire de tous les temps, le siècle de la folie et celui de la sagesse ; une époque de foi et d’incrédulité ; une période de lumières et de ténèbres, d’espérance et de désespoir, où l’on avait devant soi l’horizon le plus brillant, la nuit la plus profonde ; où l’on allait droit au ciel et tout droit à l’enfer.
    Bref, c’était un siècle si différent du nôtre, que, suivant l’opinion des autorités les plus marquantes, on ne peut en parler qu’au superlatif, soit en bien, soit en mal.
    En ce temps-là, un roi pourvu d’une forte mâchoire, et une reine ayant un laid visage, régnaient en Angleterre, pendant qu’un roi pourvu d’une mâchoire non moins forte, et une reine ayant un beau visage, occupaient le trône de France.
    Dans l’un et dans l’autre pays, il était plus clair que le cristal, pour tous les grands de l’Etat, que le miracle de la multiplication des pains se renouvelait tous les jours, et que l’ordre des choses établi ne devait jamais changer.
    A cette époque favorisée du ciel, des révélations de l’autre monde étaient, comme aujourd’hui, concédées à la Grande-Bretagne.
    Un prophète, simple garde du corps, avait annoncé que le jour où mistress Southcott accomplirait sa vingt-cinquième année, un gouffre, déjà prêt à s’ouvrir, engloutirait Londres et Westminster ; et c’est tout au plus s’il y avait douze ans que l’esprit de Cock-Lane avait frappé ses messages, absolument comme les esprits de l’année dernière (entièrement dépourvus d’originalité) nous ont frappé les leurs.
    De simples nouvelles, d’un ordre beaucoup plus terrestre, étaient parvenues depuis peu en Angleterre, relativement à un congrès formé en Amérique par des sujets de la Grande-Bretagne ; nouvelles qui, chose étrange, acquirent plus d’importance pour les humains que toutes les communications transmises par la race des
médiums
.
    La France, moins favorisée en matière de spiritisme, roulait avec quiétude sur une pente d’une douceur infinie. Elle faisait du papier monnaie qu’elle se hâtait de dépenser ; et, sous la conduite de ses pasteurs chrétiens, se divertissait à des actes remplis d’humanité, par exemple, à brûler vif un jeune homme, après lui avoir coupé les mains et arraché la langue, pour ne pas s’être agenouillé, sous la pluie, en l’honneur d’une procession de moines crasseux, qui passait à cinquante mètres de l’endroit où il se trouvait.
    Le jour de ce martyre, il poussait dans les grands bois de France et de Norvège des arbres que le Destin, puissant bûcheron, avait déjà marqués pour être abattus, afin que de leurs madriers on pût construire un échafaudage mobile, pourvu d’un couteau et d’un sac, et dont l’histoire devait garder un terrible souvenir.
    Ce jour-là, sous les hangars de quelques-uns des laboureurs qui cultivaient les terres des environs de Paris,

Lire des autres livres

American Lightning
Darrow knew it the moment he walked into the apartment and saw the troubled look on his wife’s face. What? he asked. Ruby responded with a heavy, accusatory silence. At last she pointed toward the library. You have a visitor, she explained tersely. Without another word, she headed off in an angry ma... Puis...
Return to Mystic Lake
For the past three days they’d been chasing down people they couldn’t find. Jeff Maynard either had skipped town or was holed up with somebody they didn’t know about. According to his boss at Bledsoe’s, Jeff had called and asked for a few days off due to a bad case of the flu. Jackson suspected he... Puis...
Le testament des siècles
Le soleil dessinait de grandes rais blancs à travers les rideaux clairs. Dehors, on entendait le bruit lointain des rues parisiennes. C’était une grande et luxueuse chambre couleur de sable, meubles foncés et draperies ocre. Partout où mon regard se posait surgissaient des fleurs : dans les vases, s... Puis...
Le Monde des Non-A
Il plongea vivement vers le garde le plus proche et se releva l’arme au poing. Debout, tendu, il guettait le moindre signe de vie de la part des corps. Rien. Tous restaient parfaitement immobiles. En hâte, Gosseyn se mit à désarmer les gardes. Quelle que fût la raison de l’occasion qui se présentait... Puis...
L’HOMME QUI A VU LE DIABLE
– C’est vous qui l’aurez voulu !… Je m’étais laissé cet espoir suprême de mourir sans avoir à nouveau tenté l’infernale expérience… Ainsi, à l’heure de la mort, j’aurais pu m’imaginer être pardonné… Vous ne l’avez pas voulu !… que le di... Puis...