Ordinator-Labyrinthus

Lire ebook Ordinator-Labyrinthus
Auteur: Caroff, André

Ordinator-Labyrinthus
LABYRINTHUS
    COLLECTION « ANTICIPATION »

    ÉDITIONS FLEUVE NOIR
    6 , rue Garancière — PARIS VI

    La loi du 11 mars 1957 n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’Article 41, d’une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées d une utilisation collective, et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite (alinéa 1" de l’Article 40).
    Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les Articles 425 et suivants du Code Pénal.
    © 1983, « Éditions Fleuve Noir », Paris.
    Reproduction et traduction, même partielles, interdites. Tous droits réservés pour tous pays, y compris l’U.R.S.S. et les pays scandinaves.
    ISBN 2-265412370-1

    CHAPITRE PREMIER
    Terre d’acier.
    Ciel de plomb.
    Sur une superficie approximative de 90 kilomètres carrés. Approximative car l’acier, les connexions, les terminaux, croissaient et embellissaient chaque jour sous l’action des logiciels aux centaines de milliards de codes secrets.
    Et tout cela avait commencé de nombreuses années auparavant, au xxe siècle, par rien du tout : 16 kilo-octets (ko) de mémoire vive, 26 ko de mémoire morte (dont 14 occupés par un basic intégré). Microprocesseur 16 bits (TMS 9900). Seize couleurs programmables, générateur de sons (5 octaves) et de huit bruits.
    Il y avait aussi des 8 ko de mémoire vive, 6 ko de mémoire morte. Microprocesseur 8 bits (6809). Huit couleurs, générateur musical (5 octaves).
    Une misère. Le néant.
    L’ordinateur des familles, le jouet sans aucun danger que l’on donnait aux enfants qui s’amusaient avec la Tortue. 500 000 micros en 1980. 1 million en 81.
    3 millions en 82. 20 millions en 88. 500 millions en 99. 2 milliards en 2110. Et 4 milliards en 2300 ! ! !
    Abel 6666.4bis avala un verre d’eau, brancha son TZO 88952 personnel. 10x10x5. Collier de cuir. Surnommé Babar par son utilisateur. L’écran clignota.
    Abel dit :
    — Bonsoir, Babar, ça va toujours ?

    — Ça va toujours mon pote et toi ? débita le TZO
    88952 d’un ton monocorde et donc indifférent.
    Abel 6666.4bis était allongé sur le ventre, à même le sol, dans sa cellule d’habitation au 65e niveau. De son poste, à travers la baie de velax, il apercevait le Monstre dans toute sa largeur. Pas dans toute sa longueur...
    — IL finira par nous bouffer, Babar, non ?
    — IL n’est pas programmé. Rectifie ta question mon pote.
    — Attila finira par nous bouffer, il est invincible maintenant, n’est-ce pas?
    Le TZO 88952 fonctionnait sans le moindre bruit. Sa
    « voix » n’était pas audible au-delà de deux mètres.
    C’était un micro microscopique mais il avait cette définition :

Lire des autres livres

Les intemporels
20"; panose-1: 2 7 7 4 7 5 5 2 3 3; mso-font-charset: 0; mso-generic-font-family: roman; mso-font-pitch: variable; mso-font-signature: 3 0 0 0 1 0 } @font-face { font-family: "Niagara Engraved"; panose-1: 4 2 5 2 7 7 3 3 2 2; mso-font-charset: 0; mso-generic-font-family: decorative; mso-font-pitch:... Puis...
Les Loups des étoiles
Les deux lunes, hautes dans le ciel, baignaient le paysage d’une lumière d’argent terni qui transformait les murs blancs, les colonnades et les statues en silhouettes irréelles. Cette illumination feutrée cachait l’état des ruines et masquait les murs écroulés ou les toitures effondrées. La brise ét... Puis...
Le visage de la peur
— Le vin non plus n’est pas mauvais. Je t’en ressers un verre ? — Non, j’en ai bu suffisamment. — Juste un petit… — Non. Il faut que je me mette au travail. — Zut ! — Je t’avais prévenue. Tu es venue en connaissance de cause. — J’essayais de te saouler. — Avec une seule bouteille de vin ? — Pour te... Puis...
La Déchirure
J’avais huit ans et j’accompagnais mon père au poste avancé de Coude-Frannier avec le caporal Pars. Levés avant l’aube pour le long trajet, nous avions enfin aperçu le pavillon qui flottait au-dessus de l’enceinte, au bord de la rivière, alors que le soleil arrivait au midi. Jadis fort militaire imp... Puis...
Corps manquants
Autrefois, ils auraient simplement pris celui qui les aurait conduits à destination ; mais depuis l’affaire du monstre du Connecticut, chacun d’eux s’était vu assigner un autobus spécifique, portant un numéro. Le chauffeur, disposant d’une liste de noms, avait reçu l’ordre de ne pas démarrer tant qu... Puis...