Morts en eaux troubles

Lire ebook Morts en eaux troubles
Morts en eaux troubles
1
    En ce
dernier matin de l’année, la plus meurtrière de l’histoire
de la Virginie depuis la guerre de Sécession, j’allumai un feu dans la cheminée
et m’assis devant la fenêtre obscure, sachant que je ne découvrirais la mer
qu’au lever du soleil. Vêtue d’une robe de chambre, j’examinais à la lumière
d’une lampe le rapport statistique émanant de mon bureau sur les accidents de
voiture, les pendaisons, les coups et blessures, les fusillades, les blessures
à l’arme blanche, lorsque la sonnerie du téléphone résonna brutalement à cinq
heures et quart.
    — Merde,
marmonnai-je.
    Je
commençais à me sentir de moins en moins bien disposée envers les appels
destinés au docteur Mant.
    — J’arrive,
j’arrive.
    Son
cottage, battu par les intempéries, était blotti derrière une dune, à
Sandbridge, une zone côtière dénudée de Virginie située entre la base navale
Amphibie et la réserve naturelle de Back Bay. Mant était mon médecin légiste
assistant pour le district de Tidewater, et sa mère était, hélas, morte la
semaine précédente, la veille de Noël. En temps normal, son départ pour
Londres, où il devait régler les affaires familiales, n’aurait pas vraiment été
problématique pour le département de médecine légale de Virginie. Mais son
anatomopathologiste assistante était en congé de maternité, et le surveillant
général de la morgue venait de démissionner. Je décrochai. Au loin, derrière
les vitres, le vent giflait brutalement les silhouettes sombres des pins.
    — Résidence
du docteur Mant.
    — Je
suis l’officier Young, de la police de Chesapeake, annonça une voix, de toute
évidence celle d’un homme de race blanche né et élevé dans le Sud. Je cherche à
joindre le docteur Mant.
    — Il
est à l’étranger, répondis-je. Puis-je vous aider ?
    — Vous
êtes madame Mant ?
    — Je
suis le docteur Kay Scarpetta, le médecin expert général de l’État de Virginie.
Je remplace le docteur Mant.
    La voix
hésita avant de poursuivre :
    — Nous
avons eu un tuyau au sujet d’un décès. Un appel anonyme.
    — Avez-vous
une idée de l’endroit où cela s’est produit ? demandai-je en prenant des
notes.
    — A
l’ancien chantier naval, apparemment.
    Je levai
les yeux :
    — Je
vous demande pardon ?
    Il répéta
ce qu’il venait de me dire.
    — Attendez,
de qui s’agit-il au juste ? D’un plongeur de la Marine, un Seal ?
    J’étais
sidérée parce que j’avais cru comprendre que les Seals en manœuvre étaient les
seuls plongeurs autorisés à proximité des vieux bâtiments amarrés dans l’ancien
chantier naval.
    — Nous
ignorons son identité, mais c’est peut-être quelqu’un qui cherchait des
souvenirs de la guerre de Sécession.
    — En
pleine nuit ?
    — C’est
une zone interdite, madame, sauf si vous avez une autorisation spéciale. Mais,
jusqu’ici, ça n’a jamais empêché les gens d’être curieux. Ils se faufilent en
bateau, et

Lire des autres livres

La pale figure
Cinq années s'étaient écoulées depuis le jour de juin 1933 où, incapable de tolérer plus longtemps les purges qu'opérait Goering au sein de la police, j'avais renoncé à mon titre de Kriminalinspektor pour devenir le détective de l'hôtel Adlon. Quelques mois de plus et ma hiérarchie m'aurait, de tout... Puis...
Crébillon. – Xerxès. Antiochus Epiphanes est généralement considéré comme le Gog du prophète Ezéchiel. Cet honneur toutefois revient plus naturellement à Cambyse, le fils de Cyrus. Et d’ailleurs, le caractère du monarque syrien n’a vraiment aucun besoin d’enjolivures supplémentaires. Son avèn... Puis...
The Big Four
Since we had come into contact with the Big Four, they had committed two murders, abducted Halliday, and had been within an ace of killing Poirot and myself; whereas so far we had hardly scored a point in the game. Poirot treated my complaints lightly. “So far, Hastings,” he said, "they laugh. Tha... Puis...
Tous droits réservés pour tous pays.           1                    Les circonstances qui entourèrent la mort de la duchesse douairière de la Rable du Puy furent si singulières qu’elles frappèrent les esprits du faubourg Sain... Puis...
Il voulut se marier ; mais il ne se souciait pas d’avoir une belle princesse, il voulait seulement qu’elle eût beaucoup d’argent, et qu’elle fût plus avare que lui. Il en trouva une, telle qu’il la souhaitait. Elle eut un fils qu’on nomma Tity, et une autre année, elle eut encore un autre fils, qu’o... Puis...