Mordoc

Lire ebook Mordoc
Mordoc
PATRICIA CORNWELL
    Mordoc
    ROMAN TRADUIT DE L'ANGLAIS PAR H…LENE NARBONNE
    CALMANN-L…vy
    Titre original:
    UNNATURAL EXPOSURE
    G. P Putnam's sons, New York, 1997
    Patricia Daniels Cornwell, 1997.
    Calmann-Lévy, 1998, pour la traduction française.
    A Esther Newberg
    Vision, nulle crainte
    " Puis vint vers moi un des sept anges qui tenaient les sept coupes remplies des sept derniers fléaux. .. "
    APOCALYPSE" 2 1-9
    La nuit était tombée sur Dublin, limpide et froide.
    Le mugissement du vent par-delà les murs de ma chambre ressemblait à l'écho de milliers de corne-muses, et les rafales qui secouaient les battants des vieilles fenêtres résonnaient comme une chevauchée de fantômes. J'arrangeai une nouvelle fois mes oreillers, puis me rallongeai sur le dos dans un enchevêtrement de draps de lin irlandais. Mais le sommeil me fuyait, et des images de la journée me revinrent. J'eus la vision de corps démembrés et décapités, et me redressai en sueur.
    J'allumai les lampes et me retrouvai soudain au Shelburne Hotel environnée par le chaud reflet de magnifiques vieilles boiseries et de tentures écossaises d'un rouge profond. J'enfilai une robe de chambre, et mon regard s'attarda sur le téléphone près du lit, dont les draps défaits témoignaient de mon sommeil agité. Il était presque deux heures du matin. Il y avait cinq heures de décalage horaire avec Richmond, en Virginie, et Pete Marino, commandant de la brigade criminelle de la police municipale, ne dormait probablement pas. Il devait regarder la télévision, en fumant ou en mangeant quelque chose de mauvais pour sa santé, à moins qu'il ne soit sur le terrain.
    Je composai son numéro, et il répondit immédiatement, comme s'il s'était trouvé juste à côté du combiné.
    -Des bonbons ou je me venge ! clama-t-il, prou-vant qu'il était en bonne voie pour la cuite.
    -C'est un peu tôt pour Halloween, rétorquaije, regrettant déjà mon coup de téléphone. Vous êtes en avance de deux semaines.
    -Doc ?
    Il s'interrompit, confus.
    -C'est vous ? Vous êtes rentrée à Richmond ?
    -Je suis toujours à Dublin. qu'est-ce que c'est que tout ce bazar ?
    -Oh, c'est juste moi et quelques types tellement laids qu'ils n'ont pas besoin de mettre des masques.
    C'est Halloween tous les jours, pour nous. Hé !
    Bubba bluffe ! hurla-t-il.
    -Tu crois toujours que tout le monde bluffe, répliqua une voix. C'est parce que ça fait trop longtemps que tu fourres ton nez de flic partout.
    -qu'est-ce que tu racontes ? Marino est même pas capable de détecter sa propre odeur !
    Des rires tonitruants résonnèrent en arrière-plan, tandis que continuaient les commentaires moqueurs et alcoolisés.
    - On joue au poker, m'informa Marino. Bon Dieu, quelle heure il est là-bas ?
    -Encore plus tard que vous ne pensez. J'ai des nouvelles préoccupantes, mais je crois que le moment est mal choisi pour en discuter.
    -Non, non, attendez, quittez pas. Je vais déplacer le téléphone. Merde, je déteste

Lire des autres livres

Let Me Love You Again (An Echoes of the Heart Novel Book 2)
Kristen Hemmings Beaumont said, bright and early the next morning. “We’ve really put you through your paces the last couple of months. Can you believe it’s almost summer?” “It’s really heating up outside.” Selena smiled at the six-foot-plus former college basketball star. Chandler Elementary’s much-... Puis...
Antidote à l'avarice
L’un après l’autre, ils quittèrent péniblement leurs minces matelas afin d’affronter cette nouvelle journée. Des bancs de nuages annonciateurs de pluie et de vent flottaient au-dessus du prieuré. Nul n’était effleuré par la tentation de paresser dans l’air glacial du dortoir bondé ou des cellules au... Puis...
Le lacrima Christi
Que veut l'homme ? Un jour avec son amour, le lendemain dans sa froide tombe... » Chaucer, « Le conte du Chevalier », Les Contes de Cantorbéry, 1387 Le cadavre était épouvantable. Naguère plaisant, le visage de la défunte était maintenant souillé de limon vert gluant et d'eau sale qui lui emplissaie... Puis...
Guerrier des Lunes
Constance et lui étaient allongés, camouflés au milieu d’un tapis de fougères à épier leur objectif. Il n’était pas prévu qu’ils se battent. L’assaut du camp restait réservé aux troupes de Bascom. La Phœnix était venue pour son enquête, Cellendhyll en tant qu’observateur. C’était un modeste campem... Puis...
Une si longue nuit
Ils vont sûre- ment l'hospitaliser avant la fin de la semaine, j'en suis certaine. » Elle se signa. «Au moins, le père de la petite est revenu. C'est déjà ça. » Elle renifla, trahissant le peu de confiance qu'elle accordait au neveu de son amie. Une fois Mme Nunez et les deux enfants par- tis, Corde... Puis...