Misery

Lire ebook Misery
Auteur: Stephen King
2
    ________
     
    Mais parfois les sons – comme la douleur – s’estompaient, et il n’y avait plus que le brouillard. Il se souvenait des ténèbres : ténèbres compactes qui avaient précédé la brume. Cela voulait-il dire qu’il faisait des progrès ? Que la lumière soit (même du genre brumeux) car la lumière était bonne et ainsi de suite. Ces sons avaient-ils existé dans les ténèbres ? Il ignorait la réponse à ces questions.
    Cela avait-il le moindre sens de les poser ? Même à cela il ne pouvait pas répondre.
    La douleur rôdait quelque part en dessous des sons. Elle gisait à l’est du soleil et au sud de ses oreilles. C’était là tout ce qu’il savait.
    Pendant une durée de temps qui lui parut très longue (et qui donc l’était car n’existaient rien d’autre que la souffrance et la tempête de brume) ces sons restèrent la seule réalité extérieure. Qui il était et où il se trouvait, il n’en avait aucune idée – et d’ailleurs il s’en moquait éperdument. Il aurait voulu être mort, mais dans le brouillard imbibé de douleur qui lui remplissait l’esprit comme une nuée d’orage d’été, il ignorait le désirer.
    Comme le temps passait, il devint conscient de périodes sans douleur revenant régulièrement. Et pour la première fois depuis qu’il avait émergé des ténèbres totales ayant précédé la brume, il lui vint une pensée autre que celles liées à sa situation actuelle, quelle qu’elle fût : l’image d’un poteau brisé qui dépassait autrefois du sol à Revere Beach. Son père et sa mère l’avaient souvent amené à cette plage lorsqu’il était enfant, et il avait toujours absolument tenu à ce que l’on étendît la couverture à un endroit précis, d’où il pouvait surveiller d’un œil ce poteau qui évoquait pour lui le croc unique de quelque monstre enterré. Il aimait à rester assis et à voir l’eau monter et recouvrir le poteau. Puis, des heures plus tard, une fois mangés les sandwichs et la salade de pommes de terre, une fois bues les dernières gouttes de Kool-Aid qui restaient au fond de la Thermos de son père, juste avant que sa mère ne dît qu’il était temps de plier bagage et de rentrer à la maison, le haut du poteau pourrissant réapparaissait – simple point éphémère entre deux vagues, au début, puis de plus en plus visible. Le temps de déposer les ordures dans le gros baril avec GARDONS NOTRE PLAGE PROPRE inscrit au pochoir dessus, de ramasser les jouets de plage dispersés par Paulie
    (c’est mon nom Paulie, je m’appelle Paulie et ce soir Maman mettra de la crème Johnson spécial bébé sur mes coups de soleil, pensa-t-il au milieu de l’orage dans lequel il vivait maintenant)
    et de replier la couverture, le poteau était presque entièrement découvert, sa surface noirâtre et gluante entourée de lambeaux d’une écume savonneuse. C’était la marée, avait tenté de lui expliquer son père, mais il avait toujours

Lire des autres livres

Les dragons de l'empereur noir
Elle ouvrit lentement les yeux et vit que la nuit était tombée. Elle était dans sa chambre de l’aile des Chevaliers. Avait-elle rêvé cette confrontation avec le sorcier ? Elle remua lentement la main, souleva son bras et glissa ses doigts dans ses cheveux courts en cherchant les blessures infligées... Puis...
L'Amour Aux Temps Du Cholera
L’inconvénient qu’elle fût mariée ne lui traversa pas l’esprit car il avait en même temps décrété la mort du docteur Juvenal Urbino, comme si elle ne dépendait que de lui. Il ne savait ni quand ni comment mais il l’établit comme un fait inéluctable qu’il était résolu à attendre sans hâte ni précipit... Puis...
Les Dieux S'amusent
La trêve Pendant la nuit, Priam a pris sa décision ; il en fait part, le lendemain matin, aux membres de sa famille : — Je ne puis laisser sans sépulture le corps de mon fils. J’irai moi-même trouver Achille et le supplierai de me le rendre. Hécube, sa femme, cherche à le dissuader : — Achille est u... Puis...
Falling for the Ghost of You
But as the movie opens with a pan of creepy house, I find myself barely paying attention.  I can't stop staring at Zane’s profile, trying to search for any flaws, but there really is none.  I marvel that it was just the luck of the draw that he was born with that perfect face. Well, that... Puis...
Vous devinez, à l’âge de mes habits, que je n’ai pas dix mille francs de rente. Mon père est un aubergiste ruiné par les chemins de fer. Il mange du pain dans les bonnes années, et des pommes de terre dans les mauvaises. Ajoutez que nous sommes six enfants, tous bien endentés. Le jour où j’obtins au... Puis...