Miles Vorkosigan

Lire ebook Miles Vorkosigan
Miles Vorkosigan
1
    — Je suis affecté à la flotte spatiale
! s’exclama dans un cri de joie l’enseigne qui se trouvait le quatrième avant Miles
dans la file d’attente. (Radieux, il parcourut à la hâte son ordre de mission, le
feuillet de plastique tremblant légèrement entre ses mains.) Je suis nommé officier
subalterne préposé à l’armement sur le croiseur impérial Commodore Vorhalas. Je dois me présenter immédiatement à l’astroport de la base de Tanery pour mon
transfert orbital.
    On le poussa doucement, et il s’écarta
d’un petit saut qui n’avait rien de militaire, pour laisser la place au suivant.
    — Enseigne Plause.
    Le sergent entre deux âges assis
derrière le bureau réussissait à arborer une mine à la fois blasée et supérieure
tandis qu’il brandissait posément, entre pouce et index, une nouvelle enveloppe.
Depuis combien de temps occupait-il ce poste à l’Ecole militaire impériale ? se
demanda Miles. Combien de centaines – de milliers – de jeunes officiers étaient
passés sous ses yeux indifférents à ce moment suprême de leur carrière ? Avaient-ils
commencé à se ressembler tous au bout de quelques années ? Les mêmes uniformes verts
impeccables. Les mêmes rectangles brillants de plastique bleu qui raidissaient les
cols d’une promotion flambant neuve. La même expression avide, les hardis diplômés
de la première école d’élite des armées impériales, avec des visions de destin militaire
dansant dans leur esprit : Nous ne marchons pas au-devant de l’avenir, nous y
courons au pas de charge.
    Plause sortit de la file, posa le
pouce sur le sceau à empreinte digitale et dézippa la glissière fermant l’enveloppe.
    — Eh bien ? demanda Ivan Vorpatril,
qui précédait immédiatement Miles. Ne nous laisse pas sur le gril.
    — Ecole des langues, répliqua Plause
qui lisait toujours.
    Plause connaissait déjà à la perfection
les quatre langues parlées à Barrayar.
    —    Comme étudiant
ou comme professeur ? questionna Miles.
    — Etudiant.
    — Ha ! Ha ! Alors, il s’agit de langues
galactiques. Les services de renseignements t’enrôleront ensuite. Tu es assuré de
quitter la planète, dit Miles.
    — Pas évident, rétorqua Plause, bien
qu’une lueur d’espoir illuminât ses yeux. On peut me coller dans un box de béton
pour programmer des ordinateurs-traducteurs jusqu’à ce que j’en perde la vue.
    Miles jugea plus charitable de ne
pas mentionner qu’aux services de renseignements on finissait toujours par travailler
pour Simon Illyan, le chef de la Sécurité impériale, l’homme qui avait une mémoire
d’éléphant. Peut-être qu’à son niveau Plause n’aurait pas affaire à l’acerbe Illyan.
    — Enseigne Lobachik.
    Parmi tous les hommes qu’avait côtoyés
Miles, Lobachik détenait le deuxième prix pour ce qui avait trait au zèle ; Miles
ne s’étonna donc pas quand Lobachik dézippa son enveloppe et lut d’une voix étranglée
:
    — Séclmp. Cours de

Lire des autres livres

L'ère du satisfacteur
Il y avait juste assez de lumière pour permettre à chacun de se trouver une place assise. La salle se remplissait rapidement et, bientôt, derrière eux, Forrester entendit les lourdes portes qui se refermaient. Quand à peu près les trois quarts des fauteuils furent remplis, un homme en noir monta sur... Puis...
Cybione
par Ayerdhal
Il commençait même à se dire qu’on pouvait lui trouver du charme. Mais de là à s’en fabriquer une habitude, il y avait un pas qu’il ne franchirait jamais ! Ce matin encore, il prit le relais des plantons alors que le jour s’insinuait à peine entre les cimes des immeubles. C’était son cinquième solei... Puis...
Nowhere to Run
Blackness was creeping in on all sides. She’d made it home. To her apartment. In her Accord, which was parked a bit cockeyed in the lot. And now . . . and now . . . the familiar panic from her youth was taking her over. “I can’t . . .” she whispered, shaking her head furiously. No, no, no! No. The p... Puis...
Les Anekphantes
Des petits groupements de cellules disparates s’étaient reformés au hasard des individus, mais avec un équilibre à peu près identique. Un souffle d’air pouvait les dissocier un instant, mais l’attraction naturelle les ramenait toujours dans une apparence semblable. Où allait-elle, cette troupe consc... Puis...
The First Family
par Mike Dash
ON THE AFTERNOON OF NOVEMBER 15, 1908, AT MUCH THE SAME time that Antonio Comito was boarding his ferry up the Hudson River to Highland, the men of Lieutenant Joseph Petrosino’s Italian Squad raided a Black Hand bomb-making factory concealed in the rear of a tenement in Little Italy. The squad made... Puis...