Même pas juif

Lire ebook Même pas juif
Auteur: Jerry Spinelli

Même pas juif
verras.
    Des soldats marchaient au pas, couraient, soufflaient dans
    des sifflets. Des hommes transbahutaient de grands sacs
    rebondis. Ils devaient être lourds, car une personne ne pouvait
    en porter qu’un à la fois, sur ses épaules. Ceux qui avaient une
    brouette réussissaient à en transporter trois.
    — Qu’est-ce qu’il y a, dans les sacs ?
    — Du sable.
    J’ai découvert à quoi servaient les sacs. On les entassait
    dans les porches des immeubles, devant des mitrailleuses, sur
    les toits et au bout des rues.
    Nous avons sauté sur un tramway bringuebalant qui passait
    par là. Une prise pour nos pieds à l’extérieur, nos mains
    agrippées aux montants des fenêtres. Le vent soufflait dans ma
    15

    nouvelle coiffure. Les passagers nous ont regardés d’un air
    mécontent.
    — Fichez le camp ! ont-ils protesté.
    — Regarde ! m’a dit Youri.
    Sur le trottoir, un garçon courait à la même vitesse que
    nous. C’était celui qui m’avait soufflé sa fumée au visage. Ses
    bras serraient une lampe en verre d’un blanc étincelant en
    forme de femme nue. L’abat-jour est tombé, mais il a continué à
    galoper, se faufilant à travers les passants. J’ai regardé derrière
    lui. Un homme le pourchassait en criant : « Arrêtez-le ! »
    Accroché au flanc du véhicule, Youri s’est penché en avant,
    comme une portière qui s’ouvre. Il a agité le bras.
    — Hé ! Kouba !
    Sans cesser de trotter, Kouba a levé les yeux.
    — Hé, Youri !
    C’est alors que quelqu’un lui a fait un croche-pied. Il s’est
    étalé par terre, et la femme nue à la blancheur éclatante s’est
    brisée en mille morceaux sur le trottoir. « Attrapez-le ! » a hurlé
    quelqu’un. Les gens ont convergé vers Kouba.
    — Ils ne l’auront pas, a décrété Youri.
    Tandis que le tramway poursuivait son chemin en
    tressautant, j’ai vu une jambe lancer un coup de pied, puis
    Kouba émerger de la foule et foncer de l’autre côté de la rue,
    poursuivi par les insultes ou les rires des passants.
    Youri a secoué la tête, lugubre.
    — L’imbécile ! L’imbécile ! Ils prennent tout. Juste pour le
    plaisir de prendre.
    Il m’a observé et, au milieu des cliquetis du tramway, a
    ajouté :
    — Ne prends que ce dont tu as besoin. Tu m’entends ?
    Il m’a pincé le nez si fort que les larmes me sont montées
    aux yeux.
    — Oui ! ai-je braillé.
    Fascinés par l’incident, les passagers nous avaient oubliés.
    Ils se sont rappelés à notre bon souvenir.
    — Filez ! a grondé un homme en cravate gris argent. Ouste !
    Un garçonnet m’a tiré la langue. Puis une femme en étole de
    renard s’est approchée. Elle s’est penchée par-dessus les sièges
    16

    et a rabattu la fenêtre sur les mains de Youri. J’ai crié, pas lui.
    Les yeux du renard ressemblaient à de petites billes noires. La
    dame a ensuite voulu fermer ma fenêtre à moi, mais un gros
    bruit a interrompu son geste. Ce n’était pas les claquements du
    véhicule.

Lire des autres livres

Micah
Micah se tenait à mon chevet ; les yeux baissés sur moi, il me souriait. À mon chevet ? Mon bras gauche était attaché à une sorte de planche, avec des aiguilles et des tubes plantés dedans. Mon bras droit était bandé comme celui d’une momie. Quelqu’un avait ouvert une échoppe de fleuriste dans le co... Puis...
De quoi se tordre
Je commençais d’ailleurs à l’être vraiment, mais pas pour les motifs que je donnais au Service des Egouts. Les feux rouges du camion de secours continuaient de clignoter pendant que je racontais ma mésaventure, celle d’un malheureux célibataire à moitié fou qui venait de perdre une bague ornée d’un... Puis...
Les Vaisseaux du Temps
— Manifestement, conclut-il, vous n’êtes pas le seul Voyageur transtemporel ! Le fortin mobile – si c’en était bien un – remontait laborieusement la rue en direction de mon domicile. Cette longue boîte plate surmontée d’un genre de couvercle était peinte de taches alternant le vert et le marron boue... Puis...
Il est un contributeur régulier de la New York of Books ainsi que du New York Times Magazine. Son premier livre, The Elusive Embrace, a rencontré un important succès critique ; publié à l’automne 2006 aux États-Unis, Les Disparus (The Lost) est en cours de traduction et de publication dans neuf pays... Puis...
When Christakos Meets His Match
He just hadn’t expected to see such a public display of it at her funeral. Her coffin was strewn with lone flowers and there were displays of wet eyes from a handful of men he’d never met before in his life. His father had stomped away with a glower on his face a short while before. He couldn’t exa... Puis...