Même pas juif

Lire ebook Même pas juif
Auteur: Jerry Spinelli

Même pas juif
verras.
    Des soldats marchaient au pas, couraient, soufflaient dans
    des sifflets. Des hommes transbahutaient de grands sacs
    rebondis. Ils devaient être lourds, car une personne ne pouvait
    en porter qu’un à la fois, sur ses épaules. Ceux qui avaient une
    brouette réussissaient à en transporter trois.
    — Qu’est-ce qu’il y a, dans les sacs ?
    — Du sable.
    J’ai découvert à quoi servaient les sacs. On les entassait
    dans les porches des immeubles, devant des mitrailleuses, sur
    les toits et au bout des rues.
    Nous avons sauté sur un tramway bringuebalant qui passait
    par là. Une prise pour nos pieds à l’extérieur, nos mains
    agrippées aux montants des fenêtres. Le vent soufflait dans ma
    15

    nouvelle coiffure. Les passagers nous ont regardés d’un air
    mécontent.
    — Fichez le camp ! ont-ils protesté.
    — Regarde ! m’a dit Youri.
    Sur le trottoir, un garçon courait à la même vitesse que
    nous. C’était celui qui m’avait soufflé sa fumée au visage. Ses
    bras serraient une lampe en verre d’un blanc étincelant en
    forme de femme nue. L’abat-jour est tombé, mais il a continué à
    galoper, se faufilant à travers les passants. J’ai regardé derrière
    lui. Un homme le pourchassait en criant : « Arrêtez-le ! »
    Accroché au flanc du véhicule, Youri s’est penché en avant,
    comme une portière qui s’ouvre. Il a agité le bras.
    — Hé ! Kouba !
    Sans cesser de trotter, Kouba a levé les yeux.
    — Hé, Youri !
    C’est alors que quelqu’un lui a fait un croche-pied. Il s’est
    étalé par terre, et la femme nue à la blancheur éclatante s’est
    brisée en mille morceaux sur le trottoir. « Attrapez-le ! » a hurlé
    quelqu’un. Les gens ont convergé vers Kouba.
    — Ils ne l’auront pas, a décrété Youri.
    Tandis que le tramway poursuivait son chemin en
    tressautant, j’ai vu une jambe lancer un coup de pied, puis
    Kouba émerger de la foule et foncer de l’autre côté de la rue,
    poursuivi par les insultes ou les rires des passants.
    Youri a secoué la tête, lugubre.
    — L’imbécile ! L’imbécile ! Ils prennent tout. Juste pour le
    plaisir de prendre.
    Il m’a observé et, au milieu des cliquetis du tramway, a
    ajouté :
    — Ne prends que ce dont tu as besoin. Tu m’entends ?
    Il m’a pincé le nez si fort que les larmes me sont montées
    aux yeux.
    — Oui ! ai-je braillé.
    Fascinés par l’incident, les passagers nous avaient oubliés.
    Ils se sont rappelés à notre bon souvenir.
    — Filez ! a grondé un homme en cravate gris argent. Ouste !
    Un garçonnet m’a tiré la langue. Puis une femme en étole de
    renard s’est approchée. Elle s’est penchée par-dessus les sièges
    16

    et a rabattu la fenêtre sur les mains de Youri. J’ai crié, pas lui.
    Les yeux du renard ressemblaient à de petites billes noires. La
    dame a ensuite voulu fermer ma fenêtre à moi, mais un gros
    bruit a interrompu son geste. Ce n’était pas les claquements du
    véhicule.

Lire des autres livres

Le signe du chaos
Je jetai mon dévolu sur un pantalon gris et une chemise ivoire en brocart surchargée de dentelles et de soutaches, puis j’époussetai une veste cramoisie sur laquelle j’avais placé un charme destiné à rendre celui qui la portait encore plus séduisant et brillant que de costume. C’était à mes yeux l’o... Puis...
Le seigneur des Steppes
Si Gengis s’était avancé presque à portée de leurs arcs avec une douzaine d’officiers, le gros de ses troupes était resté massé derrière le coude de la gorge. Finalement, il avait décidé de ne pas faire escalader les rochers par deux de ses hommes. Pour que le plan fonctionne, les défenseurs devaien... Puis...
Cette place forte, sur laquelle on avait eu l’idée désastreuse de s’appuyer, devenait une tentation funeste, l’abri qui s’offrait aux fuyards, le salut où se laissaient entraîner les plus braves, dans la démoralisation et la panique de tous. Derrière les remparts, là-bas, on s’imaginait qu’on échapp... Puis...
La Prisonnière des dunes
Le paysage de mort qui les entourait semblait s’étendre jusqu’aux limites de la terre. Le ciel était d’un bleu ahurissant. Seuls le soleil et la silhouette errante du faucon venaient rompre son uniformité. En ce lieu, le divin astre du jour devenait assassin. Les voyageurs avaient l’impression que s... Puis...
« Quoi ? vous osez, dit-elle, à mes yeux vous produire, Après que votre race a tâché de me nuire ! N’êtes-vous pas souris ? Parlez sans fiction. Oui, vous l’êtes, ou bien je ne suis pas belette. – Pardonnez-moi, dit la pauvrette, Ce n’est pas ma profession. Moi souris&n... Puis...