Même pas juif

Lire ebook Même pas juif
Auteur: Jerry Spinelli

Même pas juif
égaillant dehors comme des cafards, et je
    courais avec Youri, et les explosions sourdes étaient plus
    bruyantes, et les nuages dans le ciel étaient bruns et noirs.
    Nous avons détalé dans les rues et les sentes jusqu’à
    l’arrière d’un petit bâtiment de brique. Youri a ouvert à la volée
    une trappe en bois, et nous avons plongé dans une cave obscure
    et fraîche. Youri a rabattu le panneau, coupant aussitôt la
    lumière du jour, puis il a lestement appuyé sur un interrupteur,
    et une ampoule nue s’est allumée au milieu des toiles d’araignée
    du plafond.
    Youri a tendu le doigt en l’air.
    — Au-dessus, c’est la boutique d’un barbier. Le gars est
    parti. Il a tout abandonné. Je te montrerai, demain.
    La cave était une maison. Des tapis jonchaient le plancher.
    Il y avait un lit, une chaise, une radio et une commode. Et même
    une glacière.
    — Ce soir, tu dormiras par terre, m’a dit Youri. Demain, je te
    trouverai un lit.
    Les explosions se sont tues, ou alors c’est seulement que je
    ne les percevais plus. Nous avons mangé du pain, du jambon et
    des tranches de viande salée.
    — Qu’est-ce que je vais déguster ? ai-je demandé.
    Il ne m’a pas regardé.
    — T’as entendu. Du baba aux fraises. Mange.

    12

4

    Lorsque je me suis réveillé, le lendemain matin, Youri n’était
    pas là. Il est revenu avec un matelas. Petit, environ la moitié du
    sien, mais largement suffisant pour moi.
    Je me suis allongé dessus. Il m’a brusquement remis sur
    mes pieds en aboyant :
    — Pas maintenant !
    Il m’a tiré dehors.
    Nous avons gagné le quartier commerçant, où se trouvaient
    les grands magasins. Sauf que certains n’étaient plus aussi
    grands. Les obus les avaient réduits en tas de briques, il y avait
    des trous là où les boutiques auraient dû se dresser. Comme une
    rangée de dents brisées. Nous avons contourné les magasins et
    rejoint des ruelles pleines de camions, de poubelles et de chats
    scrutateurs.
    — Attends ici, m’a ordonné Youri.
    Il a disparu dans un réseau de conduits d’aération,
    d’escaliers de secours et de portes. Quand il est réapparu, il
    avait les bras chargés de vêtements.
    — Pour toi, a-t-il dit.
    J’ai tendu la main.
    — Pas touche ! Viens.
    Il m’a emmené jusqu’à un immeuble bombardé dont seul le
    mur arrière restait debout. Nous avons escaladé un méli-mélo
    de briques, d’éclats de bois et de tuyaux tordus.
    — Attention au verre, m’a-t-il mis en garde.
    Je n’arrêtais pas de trébucher sur des têtes et des bras de
    mannequins. Nous avons atteint un escalier en partie cassé.
    Youri l’a testé.
    — Ça ira.
    Nous nous sommes enfoncés dans les gravats. Chaque fois
    qu’il croisait un robinet sur une canalisation, Youri le tournait.
    Certains crachaient de la vapeur, d’autres rien. Lorsque l’un
    13

    d’eux a donné de l’eau, nous nous sommes arrêtés.
    — Enlève-moi ces guenilles, m’a lancé Youri.
    J’ai retiré mes

Lire des autres livres

Catalyse 46. CatalyseL'autopsie réalisée par Thomas Noguchi occupe aujourd'hui encore une place de choix au cœur de l'énigme. Parce que les informations fournies par le rapport du médecin comme celles qui n'y figurent pas permettent d'approcher de la solution.Comme une catalyse le permet en science,... Puis...
Les Monologues Du Vagin
Bon an mal an, dans les pays où ces pratiques ont cours – pour la plupart des pays africains –, quelque deux millions de fillettes doivent s’attendre à ce qu’un couteau, un rasoir ou un morceau de verre leur sectionne le clitoris et que leurs lèvres… soit cousues – en p... Puis...
Fantôme
Un échange avec le Tout-Puissant ne peut avoir lieu qu’ici, et pas ailleurs. Je me trouve dans une vaste plaine verdoyante, entourée de nombreuses collines. Il fait nuit, mais le ciel est incroyablement lumineux : des centaines d’étoiles bleutées brillent au-dessus de moi. Au loin, un flot de gens s... Puis...
L'échiquier du mal
Washington, D.C., samedi 20 décembre 1980       Saul Laski resta immobile pendant vingt minutes à contempler la petite fille. Elle lui rendit son regard, immobile elle aussi, figée par le temps. Elle portait un chapeau de paille légèrement incliné sur sa tête et un tablier gris sur une robe blanche... Puis...
Le zappeur de mondes
La présence dans le ciel de satellites étrangers hostiles avait suscité une recrudescence des mesures, des formalités et des procédures de sécurité. Ceux qui étaient déjà à l’intérieur ne pouvaient plus sortir. Surley G. Febbs, à l’extérieur, ne pouvait entrer. Assis lugubrement dans un parc du cent... Puis...