Même pas juif

Lire ebook Même pas juif
Auteur: Jerry Spinelli

Même pas juif
3

    Il m’a mené aux autres. Nous étions dans une écurie. Les
    chevaux étaient là. D’ordinaire, ils auraient été dehors, dans les
    rues, mais ils étaient rentrés à la maison parce que les Bottes
    Noires boum-boumaient la ville, et que c’était trop dangereux
    pour les chevaux. Nous étions assis dans une stalle, au pied
    d’une bête grise au visage triste. Elle a fait caca. Deux des gars
    se sont levés pour rejoindre la stalle voisine, un autre animal.
    L’instant d’après, nous est parvenu un bruit d’eau martelant la
    paille. Les deux types sont revenus. L’un d’eux a dit :
    — Je vais enlever le crottin.
    — Où l’as-tu trouvé ? s’est enquis un garçon qui fumait une
    cigarette en me désignant.
    — Près de la rivière, a répondu Youri. Il avait piqué sa miche
    à une riche qui sortait de la boulange.
    — Pourquoi tu ne la lui as pas volée ? a demandé un autre
    gaillard.
    Celui-là fumait un cigare aussi long que sa figure.
    Youri m’a contemplé.
    — Je n’en sais rien.
    — C’est un minus, a lancé quelqu’un. Non mais regardez-le !
    — Debout ! m’a ordonné un autre.
    J’ai tourné les yeux vers Youri. Il a claqué des doigts. Je me
    suis levé.
    — Mets-toi là, a dit une voix.
    Un coup de pied aux fesses m’a propulsé vers le cheval.
    — Tu vois, a repris le fumeur de cigare, il n’arrive même pas
    à la moitié du trou du cul du canasson.
    Derrière moi, un ricanement éraillé :
    — Il pourrait lui chier dessus ! Ça lui ferait une nouvelle
    casquette !
    Tout le monde, même Youri, a hurlé de rire. De l’autre côté
    des murs, les explosions retentissaient.
    7

    Les garçons qui ne fumaient pas mangeaient. Dans un coin
    de la stalle, il y avait un tas aussi haut que moi. Des pains de
    toutes les formes, des saucisses de toutes les longueurs et de
    toutes les couleurs, des fruits et des sucreries. Seule la moitié du
    monceau était de la nourriture. Plein d’autres choses y
    scintillaient. J’ai reconnu des montres, des brosses, des rouges à
    lèvres de dames et des lunettes. J’ai vu la gueule plate et mince
    d’un renard qui regardait de sous la pile.
    — C’est quoi, son nom ? a demandé quelqu’un.
    Youri a hoché la tête dans ma direction.
    — Dis-leur.
    — Ovoleur, ai-je dit.
    — Mais c’est que ça cause ! a piaillé un des gars.
    La bande a ri de nouveau, et des bouffées de tabac se sont
    échappées des bouches.
    Un des types ne rigolait pas. Il avait une cigarette coincée
    derrière chacune de ses oreilles.
    — Pour moi, il est maboule, a-t-il décrété.
    Un autre gaillard s’est levé et s’est approché de moi. Il s’est
    penché. A reniflé. S’est pincé le nez.
    — Il pue, a-t-il annoncé en me crachant un nuage au visage.
    — Regardez ! s’est exclamée une voix. Même la fumée ne
    supporte pas son odeur. Elle devient toute verte.
    Ils ont ri.
    Le souffleur de fumée a reculé.
    — Alors, Ovoleur, t’es un maboule puant ?
    Je n’ai su

Lire des autres livres

Elles rappellent tout ce que les envoyés de Dieu ont révélé pour le développement spirituel des hommes au cours de ce cycle prophétique maintenant terminé. Elles sont aussi un appel d'amour vibrant, pressant, presque angoissé de la part de celui qui le lança, afin que les hommes se réveillent de leu... Puis...
Comment expliquer sinon qu'elle se soit fourvoyée avec les Ts'liches qui visaient l'extermination des humains, et avec les mercenaires du Chaos dont les desseins étaient encore plus sombres ? Elle voulait les manipuler, elle ne fut qu'un pion pour eux… Doume Fil' Battis, chroniqueur de l'Empire... Puis...
Syllogismes de l'amertume
  *   Sans l’impérialisme du concept, la musique aurait tenu lieu de philosophie : c’eût été le paradis de l’évidence inexprimable, une épidémie d’extases.   *   Beethoven a vicié la musique : il y a introduit les sautes d’humeur, il y a laissé entrer la colère. &nbsp... Puis...
Parmi ces dernières il faut citer les extraits publiés en 1726, dans la Bibliothèque françaised’Amsterdam ; ils nous ont conservé tout ce qui nous reste de deux opuscules de Montesquieu : le Traité des Devoirs,et les Réflexions sur la considération et la réputation.Ces fragments font désirer qu’on p... Puis...
Les Gardiens du Ponant
Personne ne se risqua à lui demander comment elle avait fait pour franchir des centaines de lieues en quelques heures. Tout de même, l’homme qui montait la garde en haut des remparts et qui l’accompagna à la chambre de la malade avait les yeux affolés de celui qui a vu une chose dont il préfère ne p... Puis...