Mangeclous

Lire ebook Mangeclous
Auteur: Albert Cohen

Mangeclous
I
    Le premier matin d’avril lançait ses souffles fleuris sur l’île grecque de Céphalonie. Des linges jaunes, blancs, verts, rouges, dansaient sur les ficelles tendues d’une maison à l’autre dans l’étroite ruelle d’Or, parfumée de chèvrefeuille et de brise marine.
    Sur le petit balcon filigrane d’une petite maison jaune et rouge, Salomon Solal, cireur de souliers en toutes saisons, vendeur d’eau d’abricot en été et de beignets chauds en hiver, apprenait à nager. Cet Israélite dodu et minuscule – il mesurait un mètre quarante-cinq – en avait assez d’être, pour son ignorance absolue de la natation, l’objet des moqueries de ses amis. Après avoir combiné d’acheter un scaphandre, il avait pensé qu’il serait plus rationnel et plus économique de faire de la natation à domicile et à sec.
    Debout devant une table, le petit bonhomme au nez retroussé et à la ronde face imberbe, constellée de taches de rousseur, était donc en train de tremper ses menottes grassouillettes dans une cuvette, dont il avait préalablement salé l’eau, et de leur faire faire expertement des mouvements de brasse. Il était mignon avec son ventre rondelet, sa courte veste jaune, ses culottes rouges bouffantes, ses mollets nus et ses quarante ans ingénus.
    — Une, deux ! Une, deux ! scandait-il énergiquement tandis que l’eczémateuse vieille d’en face, après force guets tragiques à droite et à gauche, lançait dans la rue le contenu d’un haut pot de chambre puis des imprécations contre le petit inconsidéré qui faisait de la gymnastique comme les marins anglais au lieu de gagner sa vie.
    De temps à autre, Salomon se reposait, reprenait son souffle et écartait ses bras, le dos au mur, ce qu’il appelait faire la planche. Insoucieux des sarcasmes de la vieille, il mettait à profit ces répits pour admirer sa chère rue dallée de pierres rondes, la mer lisse où tombaient des sources transparentes, la Montée des Jasmins qui menait à la grande forêt argentée d’oliviers, les cyprès qui montaient la garde autour de la citadelle des anciens podestats vénitiens et, sur la colline, le Dôme des Solal Aînés, princière demeure qui dominait la mer et veillait sur le grand ghetto de hautes maisons dartreuses que des chaînes séparaient de la douane et du port où se promenaient des Grecs rapiécés, des Albanais lents et des prêtres lustrés de crasse. Le ciel de fine porcelaine turquoise lui parut si beau et de si pures clartés souriaient qu’il mordit sa petite lèvre pour ne pas pleurer.
    — L’avril de Céphalonie, énonça le solitaire nageur, est plus beau et plus doux que le juillet de Berlin ! Sûrement. Mais pourquoi diable mettent-ils tous leurs capitales en des endroits de froidure et de tristesse et pourquoi les posent-ils tous sur des fleuves noirs ? Il me semble qu’ils ont tort. Enfin ils savent mieux que moi.
    Ceci dit, il se mit en devoir de balayer sa chambre tout en essayant de

Lire des autres livres

Duel de dames
287, le président Dacien menait une violente persécution contre les chrétiens. Georges de Cappadoce s’élança au milieu des martyrs et s’écria : « Tous vos dieux sont des démons, c’est le Seigneur qui a fait le ciel. » Dacien ordonna qu’il fût suspendu à un chevalet, où ses membres furent déchirés av... Puis...
Dregs
Edgar Bisjord had reported that he had finished work at the scene of the traffic accident at Vestfossen at 03.45 hours. The investigators had worked on the theory that he had been murdered between 04.00 and 04.15. Everyone who had given a statement to the police had been in bed asleep at that time.... Puis...
L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford
Cette maison, c’est celle de Jesse James, le célèbre bandit et meurtrier, abattu la semaine dernière par un de ses petits camarades, et tous ces gens sont des chasseurs de reliques. Sa poubelle et son décrottoir ont été mis aux enchères hier, son marteau de porte sera vendu cet après-midi avec un pr... Puis...
Return
Her hands were shaking and knots filled her stomach. “Mom … Tommy was asleep in his crib, and she didn’t want to wake him. Still, talking with Luke’s sister had knocked the wind out of her, and she could hardly walk around the apartment looking for her mother. She put the phone down on the kitchen t... Puis...
Artefact
Je crois tout simplement que c’est parce que je suis désormais ce que je ne cesse de devenir. Et ce que je deviens, vous pouvez vous dire que vous l’aurez bien cherché. Pas vous, je veux dire : pas vous exclusivement, messieurs des forces policières canadiennes, plutôt cette chose immonde dont vous... Puis...