Madame de Montespan

Lire ebook Madame de Montespan
Madame de Montespan
 
    Son père était un peu paillard, sa mère un peu dévote.
    Un soir qu’il rentrait plus tard qu’à son ordinaire, sa femme qui l’attendait lui dit :
    D’où venez-vous ? Passerez-vous ainsi votre vie avec des diables ?
    À quoi M. de Mortemart répondit, avec l’esprit qui caractérisait sa dynastie et que louèrent Saint-Simon et Voltaire :
    Je ne sais d’où je viens, mais je sais que mes diables sont de meilleure humeur que votre bon ange !
    Cette scène de ménage qui nous est rapportée par l’indiscrète Mme de Caylus laisserait donc accroire que le commerce avec le diable était déjà pratiqué chez les Mortemart bien avant que la plus célèbre représentante de la famille ne soit éclaboussée par les poisons et noircie par les messes démoniaques.
    Il convient pourtant de se méfier des propos de Mme de Caylus, nièce à la mode de Bretagne de Mme de Maintenon et donc d’une objectivité relative. En réalité, le diable de M. de Mortemart était une diablesse : au teint d’ambre, à la chevelure longue et brune, aux yeux vert des mers du sud, elle était l’épouse d’un haut magistrat parisien, le président Tambonneau ; elle passait pour une des plus jolies femmes de son temps.
    Ce qui n’empêchait pas Gabriel de Rochechouart, marquis de Lussac et Vivonne, seigneur marquis de Mortemart et prince de Tonnay-Charente, d’aimer tendrement Diane de Grandseigne {1} son épouse. Ce qui ne l’empêcha pas de lui donner une belle nichée d’enfants. À commencer par un gros fils, Louis, né en 1636, qui deviendra duc de Vivonne, maréchal de France et sera même un temps vice-roi de Sicile, à suivre par une fille, Gabrielle, future marquise de Thianges ; par une autre fille, Françoise, demoiselle de Tonnay-Charente, que l’on saura un jour sous le nom d’Athénaïs de Montespan ; et par deux filles encore : Marie-Christine, qui n’aura pas d’histoire, et Marie-Madeleine, la benjamine, née en 1644, qui, devenue grande, présidera aux destinées de l’abbaye de Fontevrault.
    Mortemart, du nom d’un bourg situé à trois lieues de Bellac, Rochechouart, Lussac, Vivonne... autant de petites villes qui peuvent s’inscrire dans un triangle tracé entre Poitiers, Angoulême et Limoges, autant de noms qui fleurent bon le Poitou, la Saintonge et la Marche limousine, une douce région du royaume dans laquelle « on ne vit jamais de la noblesse si bien faite, des dames si civiles, des bourgeois si obligeants et d’où venaient les plus agréables airs et les plus jolis menuets... ».
    Mortemart : un nom prestigieux. Une grande histoire. Que l’on en juge ! En 1094, sous le règne de Philippe I er , on trouve déjà trace d’un seigneur « Abbon Ratier, du château de Mortemart ». Mais ce n’est qu’aux premières lueurs du XIII e siècle que la seigneurie de Mortemart passera aux mains des vicomtes de Rochechouart, avec l’union d’Aimery VII, vicomte de Rochechouart, et d’Alix de Mortemart.

Lire des autres livres

Les fables de sang
Son ampleur, sa hauteur, ses lignes épurées faisaient face aux parterres de Le Nôtre. La longue galerie centrale, orientée plein sud, était encadrée par deux galeries latérales situées sous les escaliers des Cent Marches. L’ensemble, éclairé de grandes fenêtres, enserrait le Parterre Bas comme dans... Puis...
Les escales du cauchemar
Peut-être les avons-nous créés afin d'expliquer notre peur de la nature, de la maladie, de la sécheresse et d'autres cata-strophes que nous sommes incapables de maîtriser. Peut-être les avons-nous créés afin de mieux comprendre la nature du bien et du mal. D'un autre côté, peut-être ne les avons-no... Puis...
la voix des ainés
Nolan se surprenait à dévisager malgré lui les Goranais les plus matinaux : artisans courageux, vieillards désœuvrés ou mendiants aux ventres vides… Plus de la moitié portaient des masques ; des masques tout à fait communs, mais qui rappelaient invariablement au novice les fantômes que les héritiers... Puis...
Ce n’était pas étonnant : la reine avait rendu Broussel et Blancmesnil au peuple. La reine n’avait réellement donc rien à craindre, puisque le peuple n’avait plus rien à demander. Son émotion était un reste d’agitation auquel il fallait laisser le temps de se calmer, comme après une tempête il faut... Puis...
25 ans dans les services secrets
Les mystérieux cahiers de Paul Touvier Avril 1988. La société française n'a toujours pas tourné la page de son passé collaborationniste. Les haines restent fortes. Le premier procès d'un Français, Paul Touvier, pour crime contre l'humanité se déroulera dans les années à venir, mais il demeure i... Puis...