Lire ebooks par: Oeuvres complètes

Esope : Oeuvres complètes
Esope: Oeuvres complètes 257 – Les Voyageurs Et Le Platane En été, vers l'heure de midi, deux voyageurs, fatigués par l'ardeur du soleil, ayant aperçu un platane, se réfugièrent sous ses branches et, s'étendant à son ombre, se reposèrent. Or, ayant levé les yeux vers le platane, ils se dirent l'un à... Puis...
Emile Zola : Oeuvres complètes
Oui, j’ai pris un quart d’heure... Asseyez-vous, nous allons rattraper le temps perdu. (Grivet s’assoit à gauche, sur le devant ; derrière lui se place Laurent. Le fauteuil de madame Raquin est à droite ; Michaud se met derrière elle. Enfin, au fond, au milieu, Camille s’installe dans son fauteuil.... Puis...
Honoré de Balzac: oeuvres complètes
Honneur au génie des praticiens français ! Ils sont les doyens, les patrons, les saints, les dieux de l'art de faire une rapide fortune ; et, avec la sagacité qui leur attire tant de louanges ils répondent à la critique par cet argument plein de force : « Ce n'est pas notre faute si Thémis dont nous... Puis...
Héraclite : Oeuvres
Le feu brûle continuellement et sans interruption. Il consomme donc sans cesse du combustible et donne sans cesse naissance à de la fumée. Toute chose, ou bien monte pour servir de combustible, ou descend après avoir alimenté la flamme. Il s'en suit que l'ensemble de la réalité est pareil à un fleuv... Puis...
Guillaume Apollinaire : Oeuvres majeures
— Haydée et sa suivante. — Dans la grotte. — Haydée et son père. — Sommeil profond de Juan et troublé d'Haydée. — Premier entretien, premier repas. — Les visites à la grotte. — Le bain. — Promenades sentimentales. — Départ du vieux pirate. — Première nuit d'amour sur la grève. — Exploits du pirate.... Puis...
Oeuvres de lord Byron (Vol 1 à 13)
SCÈNE PREMIÈRE. (Salle d'un palais en ruines, auprès d'une petite tour, sur la frontière septentrionale de Silésie.--La nuit est orageuse.) WERNER et JOSÉPHINE, sa femme. JOSÉPHINE. Calme-toi, mon ami! WERNER. Je suis calme. JOSÉPHINE. Pour moi, oui, mais non pour toi-même: tes pas sont précipités,... Puis...
Alexandre Dumas : Oeuvres complètes Partie 2
Les conseils du chevalier de Montglat Le chevalier et Louis de Fontanieu firent quelques pas, appuyés au bras l’un de l’autre. Puis, voyant que son jeune compagnon gardait le silence et semblait hésiter à entamer la conversation : — Eh bien ? fit, en s’arrêtant et en le regardant en face, le cheval... Puis...
La Fontaine : Oeuvres complètes
A Mgr le Surintendant. Monseigneur, Comme je serai bientôt votre redevable, j’ai cru que la magnificence de ces jours passés était une occasion de m’acquitter et que je ne pouvais rien faire de mieux que de vous entretenir d’une si agréable matière. Je vous dirai donc que l’Entrée ne se passa point... Puis...
Comtesse de Ségur : Oeuvres complètes
de Nancé au moment où la voiture de ce dernier avançait au perron. M. de Nancé attendait seul et fut très surpris de voir Mme des Ormes et Christine descendre de leur voiture. MADAME DES ORMES. — Monsieur de Nancé, attendez un instant ; où est Isabelle ? Il faut que je lui parle. M. des Ormes a fai... Puis...
Oeuvres de Frédéric Bastiat
32.—À M. LE RÉDACTEUR EN CHEF DE LA PRESSE[39]. Monsieur, Que faut-il penser du nouveau tarif américain? Les journaux anglais le vantent comme très-libéral, se fondant sur ce qu'il a en vue le revenu public et non la protection.—C'est justement ce dont vous le blâmez, quand vous dites: «Il faut qu'i... Puis...
Musset
LE ROI. Vous avez là un grand jardin, cela est commode et gréable. MAÎTRE BERNARD. Oui, Sire, cela est commode, et, en effet... LE ROI. Où est votre fille ? MAÎTRE BERNARD. La voilà, Sire, devant Votre Majesté... LE ROI. Est-elle mariée ? MAÎTRE BERNARD. Non, Sire, pas encore,... c'est-à-... Puis...
Homère : Oeuvres complètes
Et un mur d'airain qu'on ne peut rompre entourait l'île entière, et une roche escarpée la bordait de toute part. Douze enfants étaient nés dans la maison royale d'Aiolos : six filles et six fils pleins de jeunesse. Et il unit ses filles à ses fils afin qu'elles fussent les femmes de ceux-ci, et tous... Puis...
Blaise Pascal : OEuvres complètes
MONSEIGNEUR, Si le public reçoit quelque utilité de l’invention que j’ai trouvée pour faire toutes sortes de règles d’arithmétique, par une manière aussi nouvelle que commode, il en aura plus d’obligation à votre grandeur qu’à mes petits efforts, puisque je ne saurais me vanter que de l’avoir conçue... Puis...
Virgile : oeuvres complètes
Illustre Pollion, soit que tu franchisses déjà les rochers du Timave, soit que tu côtoyes les rivages de la mer Illyrienne, ne viendra-t-il jamais ce jour, où il me sera permis de chanter tes hauts faits ? Me sera-t-il jamais permis de répandre dans le monde entier [10] tes vers, les seuls dignes du... Puis...
Shakespeare
— Dans l'intérieur de la ville. Entrent TALBOT, BEDFORD, LE DUC DE BOURGOGNE, UN CAPITAINE et autres. BEDFORD. Le jour commence à poindre, et la nuit, dont le manteau noir comme l'abîme recouvrait la terre, s'est enfuie. Sonnons ici la retraite, et cessons notre chaude poursuite. (La retraite son... Puis...
Voltaire : Oeuvres complètes
Que les Juifs et leurs livres furent très longtemps ignorés des autres peuples. Chapitre II. Que les Juifs ignorèrent longtemps le dogme de l’immortalité de l’âme. Chapitre III. Comment le platonisme pénétra chez les Juifs. Chapitre IV. Sectes des Juifs. Chapitre V. Superstitions juives. Chapit... Puis...
Spinoza
Démonstration : Cela résulte évidemment de la proposition 3 de cette deuxième partie. Nous y sommes arrivés, en effet, à cette conclusion, que Dieu peut former l'idée de son essence et de tout ce qui en découle nécessairement, par cela seul que Dieu est chose pensante, et non pas parce que Dieu est... Puis...
Jean-Jacques Rousseau : Oeuvres complètes
— Hé bien, monsieur, vous l’avez vu ? ROUSSEAU. — Hé bien, monsieur, vous l’avez lu ? LE FRANÇAIS. — Allons par ordre, je vous prie, et permettez que nous commencions par vous, qui fûtes le plus pressé. Je vous ai laissé tout le temps de bien étudier notre homme. Je sais que vous l’avez vu par vou... Puis...
Nietzsche
Révolutionnaires et propriétaires. Le seul remède contre le socialisme qui demeure entre vos mains, c’est de ne pas lui lancer de provocation, c’est-à-dire de vivre vous-même modestement et sobrement, d’empêcher, selon vos moyens, tout étalage d’opulence et d’aider l’État lorsqu’il veut imposer lou... Puis...
Jules Verne
Branican et de ses compagnons. Ce simoun, si fatal à la caravane, lui avait fourni l'occasion d'exécuter ses projets. Entraînant Jane, et suivi des noirs de l'escorte, il avait poussé devant lui les chameaux valides et entre autres ceux qui portaient la rançon du capitaine John. Len Burker se trouv... Puis...
Corneille : Oeuvres complètes
LYSE. Vous en voilà défaite et quitte à bon marché. Encore est-il traitable alors qu'il est fâché. Sa colère a pour vous une douce méthode, Et sur la remontrance il n'est pas incommode. MÉLISSE. Aussi qu'ai-je commis pour en donner sujet ? Me ranger à son choix sans savoir son projet, Deviner sa pe... Puis...
Sénèque
Que tout soit commun entre amis. — Futilité de la dialectique   La lettre que tu m'as envoyée pendant ton voyage, aussi longue que le voyage même, aura plus tard sa réponse. J'ai besoin de me recueillir et d'aviser à ce que je dois te conseiller. Toi-même qui consultes, tu as longtemps délibéré si t... Puis...
Montesquieu
Alexandre Ies avait-il tous subjugués, XXI, 8. Idolâtrie. Nous y sommes fort portés ; mais nous n’y sommes point attachés, XXV, 2. Est-il vrai que l’auteur ait dit que c’est par orgueil que les hommes l’ont quittée ? D. IIe partie, art. Erreurs particulières du critique. Ignominie. Était, à Lacédé... Puis...
Chateaubriand : Oeuvres complètes
− Quelle fut la bataille de Waterloo. Tout était dans la confusion quand je rentrai à Gand : on fermait les portes de la ville ; les guichets seuls demeuraient entre-baillés ; des bourgeois mal armés et quelques soldats de dépôt faisaient sentinelle. Je me rendis chez le Roi. Monsieur venait d'arr... Puis...
Baudelaire : Oeuvres complètes
Notre observateur est toujours exact à son poste, partout où coulent les désirs profonds et impétueux, les Orénoques du cœur humain, la guerre, l’amour, le jeu ; partout où s’agitent les fêtes et les fictions qui représentent ces grands éléments de bonheur et d’infortune. Mais il montre une prédilec... Puis...
Henri Bergson : Oeuvres complètes
Durée et intuition. — Nature de la connaissance intuitive. — En quel sens elle est claire. — Deux espèces de clarté. — L’intelligence. — Valeur de la connaissance intellectuelle. — Abstractions et métaphores. — La métaphysique et la science. — A quelle condition elles pourront s’entraider. — Du myst... Puis...
Marivaux
Vous n’aimez donc pas le jeu, Madame ? LUCILE Non Monsieur. DAMIS Je me sais bon gré de vous ressembler en cela. LUCILE Ce n’est là ni une vertu ni un défaut ; mais, Monsieur, puisqu’il y a compagnie, que n’y allez-vous ? Elle vous amuserait. DAMIS Je ne suis pas en humeur de chercher des amusem... Puis...
Rimbaud
Je trouve mon habillement aussi barbare que le leur. Mais je ne beurre pas ma chevelure. Les Gaulois étaient les écorcheurs de bêtes, les brûleurs d’herbes les plus ineptes de leur temps. D’eux, j’ai : l’idolâtrie et l’amour du sacrilège ; — oh ! tous les vices, colère, luxure, — magnifique, la lu... Puis...
Guy de Maupassant : Oeuvres complètes
Blérot était mon ami d’enfance, mon plus cher camarade ; nous n’avions rien de secret. Nous étions liés par une amitié profonde des cœurs et des esprits, une intimité fraternelle, une confiance absolue l’un dans l’autre. Il me disait ses plus délicates pensées, jusqu’à ces petites hontes de la consc... Puis...
Paul Verlaine
Le Monde dit que c’est infâme, Mais que me fait, ô mon vainqueur ! J’ai la tristesse et j’ai la joie, Et j’ai l’amour encore un coup, L’amour ricaneur qui larmoie, O toi, beau comme un petit loup ! Tu vins à moi, gamin farouche, C’est toi, joliesse et bagout, Rusé du corps et de la bouche, Qui me... Puis...
Alexandre Dumas : Oeuvres complètes Partie 3
Irza, évanouie, est portée sur un palanquin.   CHŒUR Princesse chérie, Puissions-nous Tous, Puissions-nous te rendre à la vie ! La rose Éclose Ne vit qu’un matin. Quel destin !   AZAN. Vous me promettez, Vous me jurez, Quoi qu’il arrive, Qu’Irza, morte ou vive, Me doit sa foi, Qu’elle est à moi... Puis...
Oeuvres de Jean Jaurès
Le souci de démêler la trame économique des faits, l’origine profonde des événements politiques et sociaux, y éclate à chaque ligne. Pour pouvoir atteindre avec quelque certitude le mouvement même de la réalité sociale, pour surprendre dans la continuité, dans la familiarité quotidienne de la vie de... Puis...
Molière
Léandre Monsieur, il y a longtemps que je vous attends, et je viens implorer votre assistance. Sganarelle, lui tâtant le pouls. Voilà un pouls qui est fort mauvais. Léandre Je ne suis point malade, Monsieur, et ce n'est pas pour cela que je viens à vous. Sganarelle Si vous n'êtes pas malade, que... Puis...
Alexandre Dumas : Oeuvres complètes Partie 1
L’étranger ne fit pas la moindre attention à eux. Alors Cropole, s’approchant de son hôte, lui glissa dans l’oreille avec un profond respect : — Monsieur, le diamant a été estimé. — Ah ! fit le voyageur. Eh bien ? — Eh bien ! monsieur, le joaillier de Son Altesse Royale en donne deux cent quatre-... Puis...
Racine
Monime, Phoedime Phoedime Quoi ? vous êtes ici quand Mithridate arrive, Quand, pour le recevoir, chacun court sur la rive? Que faites-vous, Madame ? et quel ressouvenir Tout à coup vous arrête, et vous fait revenir? N’offenserez-vous point un roi qui vous adore, Qui, presque votre époux… Monime Il... Puis...
Marcel Proust
Nous recherchons donc cette grande assemblée des morts, non pas seulement pour apprendre d'eux ce qui est vrai, mais surtout pour sentir avec eux ce qui est juste. Maintenant, pour sentir avec eux nous devons être pareils à eux, et aucun de nous ne peut devenir cela sans peine. Comme la vraie connai... Puis...
Flaubert : Oeuvres complètes
— Théâtre. — Dames dans l'église Saint-André, femme grecque de la campagne qui baise les images crasseuses avec un mouvement de reins de derviche. — M. Bertini, sa femme. — Départ par le vapeur. — À bord, M. Malézieux. ZANTE, feux. Au milieu de la nuit, Céphalonie. — Lune, nuages d'argent ronds.... Puis...
Rabelais
 C’est pourquoi, pour éviter la prolixité, je n’ai voulu en faire aucune mention. Ainsi seulement je certifierai, comme en passant, que ce sont des figures  aussi étranges qu’il s'en pourrait trouver par toute la terre, et je ne crois point que Panurge en ait jamais vues ni connues de plus admirable... Puis...