L'Iliade ou Le Poème de la force

Lire ebook L'Iliade ou Le Poème de la force
Auteur: Simone Weil

L'Iliade ou Le Poème de la force
La traduction des passages cités est nouvelle. Chaque ligne traduit un vers grec, les rejets et enjambements sont scrupuleusement reproduits ; l'ordre des mots grecs à l'intérieur de chaque vers est respecté autant que possible. (Note de S. Weil.)
    Le vrai héros, le vrai sujet, le centre de l'Iliade, c'est la force. La force qui est maniée par les hommes, la force qui soumet les hommes, la force devant quoi la chair des hommes se rétracte. L'âme humaine ne cesse pas d'y apparaître modifiée par ses rapports avec la force ; entraînée, aveuglée par la force dont elle croit disposer, courbée sous la contrainte de la force qu'elle subit. Ceux qui avaient rêvé que la force, grâce au progrès, appartenait désormais au passé, ont pu voir dans ce poème un document ; ceux qui savent discerner la force, aujourd'hui comme autrefois, au centre de toute histoire humaine, y trouvent le plus beau, le plus pur des miroirs.
    La force, c'est ce qui fait de quiconque lui est soumis une chose. Quand elle s'exerce jusqu'au bout, elle fait de l'homme une chose au sens le plus littéral, car elle en fait un cadavre. Il y avait quelqu'un, et, un instant plus tard, il n'y a personne. C'est un tableau que l'Iliade ne se lasse pas de nous présenter :
    … les chevaux
    Faisaient résonner les chars vides par les chemins de la guerre,
    En deuil de leurs conducteurs sans reproche. Eux sur terre
    Gisaient, aux vautours beaucoup plus chers qu'à leurs épouses.
    Le héros est une chose traînée derrière un char dans la poussière :
    … Tout autour, les cheveux
    Noirs étaient répandus, et la tête entière dans la poussière
    Gisait, naguère charmante ; à présent Zeus à ses ennemis
    Avait permis de l'avilir sur sa terre natale.
    L'amertume d'un tel tableau, nous la savourons pure, sans qu'aucune fiction réconfortante vienne l'altérer, aucune immortalité consolatrice, aucune fade auréole de gloire ou de patrie.
    Son âme hors de ses membres s'envola, s'en alla chez Hadès,
    Pleurant sur son destin, quittant sa virilité et sa jeunesse.
    Plus poignante encore, tant le contraste est douloureux, est l'évocation soudaine, aussitôt effacée, d'un autre monde, le monde lointain, précaire et touchant de la paix, de la famille, ce monde où chaque homme est pour ceux qui l'entourent ce qui compte le plus.
    Elle criait à ses servantes aux beaux cheveux par la demeure
    De mettre auprès du feu un grand trépied, afin qu'il y eût
    Pour Hector un bain chaud au retour du combat.
    La naïve ! Elle ne savait pas que bien loin des bains chauds
    Le bras d'Achille l'avait soumis, à cause d'Athèna aux yeux verts. ,
    Certes, il était loin des bains chauds, le malheureux. Il n'était pas le seul. Presque toute l'Iliade se passe loin des bains chauds. Presque toute la vie humaine s'est toujours passée loin des bains chauds.
    La force qui tue est une forme sommaire, grossière de la force. Combien plus variée en ses procédés, combien plus surprenante

Lire des autres livres

Montedidio
Les femmes à Naples ne mettent pas la paix entre les hommes. La plus vieille disait que mast’Errico a un tempérament de camorriste et à l’époque des journées de septembre contre les Allemands, il avait entraîné toute la ruelle pour les chasser de Naples. Une autre a dit que lorsqu’il y a un homme co... Puis...
Maudit Karma
Enfin, on me témoignait un peu de respect. « Je suis de la garde royale » devint ma phrase pré- férée, et je la disais même à des commandantes qui ne me regardaient pas de travers. Sauf que, bêtement, je l’ai dite une fois de trop : ─ Je suis de la garde royale. ─ Nous aussi. Je regardai la tête des... Puis...
Je me propose de reprendre ici cette histoire, de la compléter et de la considérer surtout sous un point de vue qu'a totalement négligé l'illustre observateur. Et tout d'abord, la tentation me vient de dire comment je fis connaissance avec cet Hyménoptère. C'était à mes premiers débuts dans l'ensei... Puis...
Deep storm
Malgré la fraîcheur qui régnait dans la cuisine, il transpirait comme un porc. Et il ne travaillait que depuis une demi-heure. La journée s'annonçait particulièrement mal. Il regarda la pendule murale : trois heures et demie. La folie du service de déjeuner était passée, la vaisselle faite, et la c... Puis...
Les hommes perdus
Car, ce 11 vendémiaire, parvenant vers six heures et demie à l’Étoile, il y fit une rencontre fort inattendue. Devant le cabaret accolé à l’un des pavillons d’octroi en forme de temples grecs, qui flanquaient la barrière, un homme du plus ordinaire aspect, banalement vêtu d’une lévite grise, coiffé... Puis...