L'Hérétique et son commis

Lire ebook L'Hérétique et son commis
Auteur: Peters,Ellis

L'Hérétique et son commis
CHAPITRE UN
     
     
    Le dix-neuvième
jour de juin, date de l’arrivée de l’éminent visiteur, frère Cadfael se
trouvait dans le jardin de l’abbé où il s’activait à couper les roses mortes,
tâche qu’en temps ordinaire l’abbé Radulphe se réservait jalousement car il
était très fier de ses roses et savait apprécier les rares moments qu’il
passait en leur compagnie, mais d’ici trois jours, la maison célébrerait l’anniversaire
de la translation de sainte Winifred pour son autel, dans l’église, et les
préparations en vue de la venue annuelle des pèlerins l’accaparaient
entièrement, sans compter tous ses obédienciers. Frère Cadfael, qui n’avait pas
de fonction officielle, avait donc été chargé, pour une fois, de cette tâche
car aucun autre moine n’aurait pu se voir confier cette mission de confiance,
les fleurs en effet devant être d’une propreté immaculée, comme tout ce qui
était situé à l’intérieur de la clôture, pour la fête de la petite sainte.
    Cette année, il
n’y aurait pas de procession officielle depuis Saint-Gilles, à l’entrée de la
ville, comme cela avait été le cas deux ans auparavant, en 1141. C’est là qu’on
avait mis en attente ses reliques tandis qu’on se préparait à les recevoir
dignement et lors du grand jour, Cadfael s’en souvenait très bien, la pluie qui
menaçait était tombée sur toute la région sans toutefois qu’une seule goutte
n’atteignît le reliquaire, ni ceux qui le portaient, ni ne menaçât les cierges
aux flammes droites comme des lances qui l’entouraient. Même le vent s’était
abstenu de souffler. Ce genre de petits miracles accompagnait partout Winifred
tout comme les fleurs poussaient sous les pas d’Olwen le Gallois, s’il fallait
en croire la légende. Les grands miracles n’étaient pas aussi courants, mais
Winifred savait se manifester quand il le fallait. Tant à Gwytherin bien loin
d’ici, où elle avait exercé son ministère, que sur place, à Shrewsbury, on
avait d’excellentes raisons de le savoir. Cette année, on commémorerait
l’événement dans la clôture, mais les merveilles ne manqueraient pas, si
Winifred voulait s’en donner la peine.
    Déjà les pèlerins
arrivaient en si grand nombre que Cadfael ne leva pratiquement pas la tête ni
ne dressa l’oreille à cause de toute l’agitation qui régnait dans la grande
cour, autour de l’hôtellerie et du portail, des claquements de sabots sur les
pavés cependant que les palefreniers emmenaient les chevaux à l’écurie. Frère
Denis, l’hospitalier, aurait à nourrir et à loger une foule de gens avant que
la fête débute et que citadins et villageois à des milles à la ronde
envahissent l’abbaye pour prier.
    C’est seulement
quand il vit le prieur Robert tourner le coin du cloître aussi vite que le lui
permettait sa dignité et se diriger manifestement vers les appartements de
l’abbé que Cadfael s’arrêta de couper tranquillement les fleurs

Lire des autres livres

Maître du monde
XII – La crique de Black-Rock.   On sait combien la nature humaine est portée aux illusions. Certes, des chances existaient pour que l’appareil tant recherché ne fût plus à cette place… en admettant que ce fût lui dont Wells avait observé l’émersion dans l’après-midi du... Puis...
Je suis né un jour bleu
LA RENCONTRE DE KIM PEEK   Dans l’avalanche d’articles de journaux et d’interviews radio qui suivirent le succès de ma tentative de record, une grande chaîne de télévision britannique m’offrit de participer à un documentaire d’une heure autour de mon histoire. Le tournage aurait lieu aux États-Unis... Puis...
Tout s’apprêtait pour le départ, et le capitaine commençait à donner les ordres nécessaires ; de sorte que j’eus, en ma qualité d’amateur, le temps de faire connaissance avec l’équipage. Le capitaine était de Salerne, et me rappela, aux premiers ordres qu’il donna, que la ville où il était né... Puis...
L'Héritage De Shannara 2 - Le Druide De Shannara
Les seuls sons qu’on entendait dans le silence nocturne, à part le bourdonnement incessant des insectes, sortaient des gorges de proies que les chasseurs étouffaient entre leurs mâchoires. Par la plus moite des nuits, le drame de la vie et de la mort continuait sous le regard indifférent de la natur... Puis...
Puis deux coups discrets furent frappés à la porte. La marquise était sans voix, sans haleine, elle ne répondit pas. Elle espéra même que le hardi visiteur s’introduisant ainsi dans cette maison, qui semblait déserte et dont les serviteurs étaient allés on ne savait où, reculerait devant ce silence... Puis...