Les Temps difficiles

Lire ebook Les Temps difficiles
Auteur: Charles Dickens
Chapitre 1 La seule chose nécessaire.
    O r, ce que je veux, ce sont des faits. Enseignez des faits à ces garçons et à ces filles, rien que des faits. Les faits sont la seule chose dont on ait besoin ici-bas. Ne plantez pas autre chose et déracinez-moi tout le reste. Ce n’est qu’au moyen des faits qu’on forme l’esprit d’un animal qui raisonne : le reste ne lui servira jamais de rien. C’est d’après ce principe que j’élève mes propres enfants, et c’est d’après ce principe que j’élève les enfants que voilà. Attachez-vous aux faits, monsieur ! »
    La scène se passe dans une salle d’école nue, monotone et sépulcrale, et le petit doigt carré de l’orateur donnait de l’énergie à ses observations en soulignant chaque sentence sur la manche du maître d’école. L’énergie était encore augmentée par le front imposant de l’orateur, mur carré qui avait les sourcils pour base, tandis que les yeux trouvaient un logement commode dans deux caves obscures, ombragées par le mur en question ; l’énergie était encore augmentée par la bouche large, mince et sévère de l’orateur ; l’énergie était encore augmentée par le ton inflexible, dur et dictatorial de l’orateur ; l’énergie était encore augmentée par les cheveux de l’orateur, lesquels se hérissaient sur les côtés de sa tête chauve, ainsi qu’une plantation de pins destinée à préserver du vent la surface luisante du crâne, couverte d’autant de bosses que la croûte d’un chausson de pommes, comme si cette tête eût à peine trouvé assez de place dans ses magasins pour loger tous les faits solides entassés à l’intérieur. L’allure obstinée, l’habit carré, les jambes carrées, les épaules carrée de l’orateur, voire même sa cravate, dressée à le prendre à la gorge avec une étreinte peu accommodante, comme un fait opiniâtre, tout contribuait à augmenter encore l’énergie.
    « Dans cette vie, nous n’avons besoin que de faits, monsieur, rien que de faits ! »
    L’orateur et le maître d’école, et le troisième personnage adulte qui se trouvait en scène, reculèrent un peu pour mieux envelopper dans un coup d’œil rapide le plan incliné où l’on voyait rangés en ordre les petits vases humains dans lesquels il n’y avait plus qu’à verser des faits jusqu’à ce qu’ils en fussent remplis à pleins bords.
    q

Chapitre 2 Le massacre des innocents.
    T homas Gradgrind, monsieur  ! L’homme des réalités ; l’homme des faits et des calculs ; l’homme qui procède d’après le principe que deux et deux font quatre et rien de plus, et qu’aucun raisonnement n’amènera jamais à concéder une fraction en sus ; Tho – mas Gradgrind, monsieur (appuyez sur le nom de baptême Thomas), Tho – mas Gradgrind ! Avec une règle et des balances, et une table de multiplication dans la poche, monsieur, toujours prêt à peser ou à mesurer le premier colis humain venu, et à vous en donner

Lire des autres livres

Rouletabille chez le Tsar
Il n’y avait plus de Maréchal de la Cour, ni d’officiers. Les trois hommes avaient disparu. Rouletabille voulut savoir tout de suite où ils étaient passés. Il s’avança rapidement jusqu’à la grille et vit disparaître, au bout de la route, la calèche du Maréchal de la Cour. Qua... Puis...
L'Amant Révélé
par Ward,J.R.
Ce doggen était vraiment dévoué. Butch lui avait demandé un service et le vieil homme s’était empressé d’accéder à sa demande, même si elle était inhabituelle. Une brise océane envahit la pièce. Le corps de Butch réagit immédiatement et de façon très visible. En se retournant, il veilla à ce que les... Puis...
Ice and Fire
He was sitting on the edge of his bed, Pearl Heart kneeling on the floor in front of him, dressing him, while Sweet Rose knelt on the bed, behind him, brushing and braiding his hair. The younger girl laughed softly. ‘Your hair’s so long, Li Yuan. Such good, strong hair. It doesn’t split easily.’ She... Puis...
À La Grâce De Marseille
On était début mai et Charging Elk, contemplant le store vert au-dessus du kiosque de fleuriste, se sentait encore rempli d’espoir et d’émerveillement. Ce qui attirait son attention, c’était l’inscription : NAISSANCES MARIAGES FUNÉRAILLES. Une femme était occupée à arranger un bouquet dans un vase d... Puis...
On criait : Vive le roi ! C’était encore l’usage alors. Une nuée de chevaux hennissants, dorés, couverts de pourpre, s’élança sur la chaussée : c’étaient les mousquetaires, les gendarmes et les Suisses à cheval. Puis un carrosse massif et magnifique apparut. Gilbert aperçut un cor... Puis...