Les saints innocents

Lire ebook Les saints innocents
Auteur: Sedley,Kate

Les saints innocents
quelques
minutes ; telle était du moins mon intention. Quand je les rouvris, le soleil
était très haut par-dessus l’horizon et la journée s’annonçait aussi chaude que
la précédente. Un homme qui traversait le pont, une hache sur l’épaule, me
sourit en me souhaitant le bonjour. Il était suivi de près par deux autres
bûcherons, dont le premier portait une serpe et le second une bêche qu’il
balançait d’une main vigoureuse. Nous étions en avril, me rappelai-je, et le
travail ne manquait pas dans les bois : abattre des arbres avant que le
sol soit trop meuble pour que les charretiers puissent les débarder, les
écorcer pour les tanneries et reboiser.
    Je sautai sur mes pieds et appelai le dernier homme qui
attendit, avec un rien d’impatience, me sembla-t-il, que je ramasse ma balle et
le rejoigne. Mais il avait un bon sourire, qui disparut quand je parlai des
hors-la-loi.
    — Misère de misère ! soupira-t-il avec amertume.
Tu parles si on les connaît ! Ça fait des mois qu’ils nous terrorisent par
ici. Le shérif et son posse [1] les cherchent depuis bien
avant Noël mais sans succès. Ils chassent de nuit et le jour ils se terrent.
Ils ont des refuges introuvables à moins de connaître les forêts sur le bout
des doigts. Ce qui, bien sûr, n’est le cas de personne. La plupart de nos
enclos sont situés à un ou deux miles de l’orée de la forêt. Je me demande
quelles fermes et quelles propriétés ils ont pillées la nuit dernière, ces
démons !
    — Pourquoi ne pas monter la garde la nuit ?
demandai-je.
    — Quelques imprudents s’y sont risqués, maître, fit-il
en haussant les épaules. Mais ces coquins sont trop nombreux et ce sont des
salauds de tueurs. Un homme qui les a bravés a été transpercé par sa propre
fourche, un autre a eu le bras coupé. Pis encore, ils ont tué deux enfants.
Depuis, on se cache la tête sous la couverture la nuit et on espère que, s’ils
attaquent nos biens, on ne les entendra pas. Mieux vaut être dépouillé de tout
et vivre pour raconter l’histoire que d’être un héros mort.
    J’opinai de la tête et prédis avec une jovialité
forcée :
    — La justice les attrapera un jour.
    — Peut-être bien, grommela l’homme, sceptique. Je crois
plutôt qu’ils vont se transporter dans une autre partie du comté et disparaître
aussi soudainement qu’ils sont arrivés. C’est compréhensible, je pense. Pas un
membre du posse ne veut risquer sa peau sans nécessité et ces sauvages
n’ont aucun scrupule à tuer. Tu as été encore plus avisé que tu ne pensais de
ne pas te frotter à eux. Même un grand gars comme toi, ils t’auraient haché
menu. Mais si tu vas à la ville, tu peux déclarer ce que tu as vu à un des
gardes, qui le dira au maire, qui passera l’information au shérif. Comme ça, tu
auras fait ton devoir.
    — Je le ferai, lui dis-je, et je lui souhaitai le
bonjour.
    Je n’étais pas à la moitié du pont qu’il me

Lire des autres livres

It never ceases to amaze me how much you do with so little.” That was Bunny’s comment following Tananda’s report on her last assignment. I had asked her to sit in to take notes, and I had to admit she had been extremely attentive while Tananda was speaking ... which was more than I managed to do. Fr... Puis...
L'Odyssée
par Homère
@page { margin-bottom: 5.000000pt; margin-top: 5.000000pt; } 15.   Et Pallas Athènè se rendit dans la grande Lakédaimôn, vers l'illustre fils du magnanime Odysseus, afin de l'avertir et de l'exciter au retour. Et elle trouva Tèlémakhos et l'illustre fils de Nestôr dormant sous le portique de la deme... Puis...
Jane Eyre ou Les mémoires d’une institutrice
Au bout de peu de temps, je fus assez bien pour rester levée toute la journée et me promener quelquefois ; je pouvais prendre part aux occupations de Diana et de Marie, causer avec elles autant qu'elles le désiraient, et les aider quand elles me le permettaient. Il y avait pour moi dans ce genr... Puis...
Le Serment des limbes
Auparavant, je devais régler un autre détail. Outre Sarrazin, une personne m’avait menti. Quelqu’un qui avait toujours connu la vérité sur Manon et qui m’avait laissé avancer dans la nuit : Marilyne, la missionnaire de Notre-Dame-de-Bienfaisance. J’entendais encore sa voix : « Sylvie a été pardonnée... Puis...
La Reine Sanglante
La douleur du roi était terrible, et, après s’être répandue en gestes extravagants s’était terminée par une violente crise de fureur. Louis, abattu, écoutait les conseils de ses familiers, et surtout de Valois, lesquels se résumaient en un seul : lever le siège ! « Sire, d... Puis...