Les quatre livres des stratagèmes

Lire ebook Les quatre livres des stratagèmes
Les quatre livres des stratagèmes
NOTICE SUR FRONTIN ET SUR SES
ÉCRITS.
     
    Frontin
[Sextus Julius Frontinus]
était préteur à Rome
(pr
ætor urbanus)
l’an 70 de
l’ère chrétienne, sous le règne de Vespasien, 823 ans après la
fondation de la ville. Telle est, dans l’ordre chronologique, la
première donnée qui s’offre à nos recherches sur la vie de l’auteur
dont nous publions la traduction, et nous en sommes redevables à
Tacite. Toute la vie antérieure de Frontin reste ignorée, même la
date et le lieu de sa naissance. Sur la foi du titre manuscrit d’un
ouvrage qui lui a été attribué, des critiques ont été tentés de
croire qu’il était né en Sicile ; mais de pareils documents,
qui n’ont pas la moindre valeur historique, ne sauraient fixer un
instant l’attention. Un point qui a encore exercé les critiques,
est celui de savoir si Frontin, en vertu de son nom de
Julius,
appartenait à cette grande famille
Jvlia,
qui faisait remonter son origine jusqu’à Iule, petit-fils
d’Énée ; ou si, ne pouvant le rattacher à cette illustre race,
on serait du moins fondé à le comprendre dans les familles anoblies
par les empereurs. Le savant Poleni surtout, qui a commenté avec
tant de soin le
de Aqu
æductibus
de Frontin, paraît
tenir beaucoup à ce que son auteur ait été patricien.
Verum nil
tanti est,
dirons-nous avec Horace : nous nous
contenterons d’avancer, sur de valides témoignages, qu’il a été un
des hommes les plus distingués de son temps ; et nous le
reprendrons où nous l’avons d’abord trouvé, c’est-à-dire au moment
de sa préture.
    On ignore depuis combien de temps il exerçait
cette magistrature, lorsque, en l’absence des deux consuls T. Fl.
Vespasien et Titus César, il convoqua le sénat aux calendes de
janvier de l’an de Rome 823. Il abdiqua peu de temps après, mais à
une époque qu’on ne saurait préciser, et Domitien lui
succéda : « Calendis januariis in senatu, quem Julius
Frontinus, præetor urbanus, vocaverat, legatis exercitibusque ac
regibus, laudes gratesque decretæ… Et mox, ejurante Frontino, Cæsar
Domitianus præturam cepit [1] . »
Nous n’avons rien de certain sur les causes de cette abdication.
Les circonstances étaient difficiles les révoltes récentes des
Gaulois et des Bataves n’étaient point apaisées ; le parti des
Vitelliens remuait encore 
;
d’un autre côté, on
craignait l’ambition du proconsul Pison, qui, gouvernant en
Afrique, eût volontiers émancipé à son profit cette province, d’où
le peuple romain tirait une grande partie de son approvisionnement.
Frontin, sur qui pesait toute la responsabilité des affaires,
puisque les consuls étaient loin de Rome, a-t-il reculé devant
cette grave situation ? Ou bien a-t-il, dans le but de
complaire à Vespasien, résigné ses fonctions en faveur de Domitien,
second fils de l’empereur ? Ce dernier motif nous paraît le
plus probable. Il est même permis de conjecturer que Domitien
convoitait cette dignité :

Lire des autres livres

Wilde Ride
He pushes me up against the dresser and I feel the edge dig into my lower back. His lips leave heated trails down my jaw, behind my ear, ending at my collar bone. It’s so hot my brain can’t even function. It’s like I’m in a sex fog. I want desperately to maul him and rip his clothes off and have my... Puis...
par Anonymous
Commandeur des croyants, continua Baba-Abdalla, je suis né à Bagdad avec quelques biens dont je devais hériter de mon père et de ma mère, qui moururent tous deux à peu de jours près l’un de l’autre. Quoique je fusse dans un âge peu avancé, je n’en usai pas néanmoins en jeune homme qui les eût dissip... Puis...
Le ciel était très pur, le temps chaud continuait, après un gros orage qui l’avait inquiétée, la veille ; et elle cria joyeusement à Hubert, en train d’ouvrir les volets, au-dessous d’elle : – Père, père ! du soleil !. . . Ah ! que je suis contente, la procession sera belle ! Vite, elle s’habilla po... Puis...
Maurice Scève Dimanche 2 octobre 1774 Que signifiait ce rendez-vous inhabituel ? Il pouvait compter qu'elle lui ferait passer ce genre de fantaisie. Avait-on idée ! L'étage des domestiques offrait suffisamment d'occasions pour qu'il ne la contraignît point à des escapades nocturnes hors de propos. E... Puis...
Une seule chandelle brûlait, plantée au coin d'une table, près d'elle. Et les trains qui, depuis neuf heures, passaient là, à toute vitesse, dans l'ignorance de cette morte tiède encore, l'ébranlaient une seconde, sous la flamme vacillante de la chandelle. Tout de suite, Misard, pour... Puis...