Les grandes espérances I

Lire ebook Les grandes espérances I
Auteur: Charles Dickens
I

    Le nom de famille de mon père étant
Pirrip, et mon nom de baptême Philip, ma langue enfantine ne
put jamais former de ces deux mots rien de plus long et de plus
explicite que Pip. C’est ainsi que je m’appelai moi-même
Pip, et que tout le monde m’appela Pip.
    Si je donne Pirrip comme le nom de famille de mon
père, c’est d’après l’autorité
de l’épitaphe de son tombeau, et l’attestation de
ma sœur, Mrs Joe Gargery, qui a épousé le
forgeron. N’ayant jamais vu ni mon père, ni ma mère,
même en portrait puisqu’ils vivaient bien avant les
photographes, la première idée que je me formai de leur
personne fut tirée, avec assez peu de raison, du reste, de
leurs pierres tumulaires. La forme des lettres tracées sur
celle de mon père me donna l’idée bizarre que
c’était un homme brun, fort, carré, ayant les
cheveux noirs et frisés. De la tournure et des caractères
de cette inscription : Et aussi Georgiana, épouse du
ci-dessus , je tirai la conclusion enfantine que ma mère
avait été une femme faible et maladive. Les cinq
petites losanges de pierre, d’environ un pied et demi de
longueur, qui étaient rangées avec soin à côté
de leur tombe, et dédiées à la mémoire de
cinq petits frères qui avaient quitté ce monde après
y être à peine entrés, firent naître en moi
une pensée que j’ai religieusement conservée
depuis, c’est qu’ils étaient venus en ce monde
couchés sur leurs dos, les mains dans les poches de leurs
pantalons, et qu’ils n’étaient jamais sortis de
cet état d’immobilité.
    Notre pays est une contrée marécageuse,
située à vingt milles de la mer, près de la
rivière qui y conduit en serpentant. La première
impression que j’éprouvai de l’existence des
choses extérieures semble m’être venue par une
mémorable après-midi, froide, tirant vers le soir. À
ce moment, je devinai que ce lieu glacé, envahi par les
orties, était le cimetière ; que Philip Pirrip,
décédé dans cette paroisse, et Georgiana, sa
femme, y étaient enterrés ; que Alexander,
Bartholomew, Abraham, Tobias et Roger, fils desdits, y étaient
également morts et enterrés ; que ce grand désert
plat, au-delà du cimetière, entrecoupé de
murailles, de fossés, et de portes, avec des bestiaux qui y
paissaient çà et là, se composait de marais ;
que cette petite ligne de plomb plus loin était la rivière,
et que cette vaste étendue, plus éloignée
encore, et d’où nous venait le vent, était la
mer ; et ce petit amas de chairs tremblantes effrayé de
tout cela et commençant à crier, était Pip.
    « Tais-toi ! s’écria
une voix terrible, au moment où un homme parut au milieu des
tombes, près du portail de l’église. Tiens-toi
tranquille, petit drôle, où je te coupe la gorge ! »
    C’était un homme effrayant à
voir, vêtu tout en gris, avec un anneau de fer à la
jambe ; un homme sans chapeau, avec des souliers usés et
troués, et une vieille loque autour de

Lire des autres livres

Entretien avec un vampire
par Anne Rice
Tir⁄ du Film. - Je vois..., dit le vampire d'un air pensif. Puis, lentement, il traversa la piËce pour aller se poster ... la fenatre. Il y resta un long moment sa silhouette se dÈcoupait sur la clartÈ diffuse qui Èmanait de Divisadero Street et sur les rayons de phares des automobiles. L'ameublem... Puis...
Les yeux de Leïlan
Sortant des brumes du sommeil, elle redressa la tête. Le soleil réchauffait déjà le sol détrempé. Elle était toujours dans les bras d’Axel. Un puissant glapissement la secoua : un de ses oiseaux éclaireurs était passé près de la petite ouverture. Elle se précipita vers celle-ci. Le mouvement réveill... Puis...
Jusqu’alors les fatigues l’avaient emporté sur les difficultés ; maintenant celles-ci allaient véritablement naître sous nos pas. Je n’avais point encore plongé mon regard dans ce puits insondable où j’allais m’engouffrer. Le moment était venu. Je pouvais encore ou prendre mon parti de l’entre... Puis...
Eugène Ionesco - La Cantatrice Chauve
© Lipnitzki - Viollet   Présentation par Nicolas Bataille, metteur en scène     Un soir, Monica Lovinesco, qui était depuis peu notre assistante à la mise en scène, m'apporta un manuscrit : "J'ai un ami qui a écrit une petite pièce. Tout le monde lui dit que c'est injouable. J'ai... Puis...
s’écria Marie Nicolaevna avec un sourire demi-confus, demi-moqueur. Elle releva d’une main le bout d’une de ses nattes, et attacha sur Sanine le regard de ses grands yeux gris et clairs. – Je ne vous savais pas encore ici. – Sanine Dmitri Pavlovitch, un ami d’enfance, dit Po... Puis...