Les-Belles-de-nuit ou Les Anges de la famille - Tome II

Lire ebook Les-Belles-de-nuit ou Les Anges de la famille - Tome II
Les-Belles-de-nuit ou Les Anges de la famille - Tome II
I. – TROIS GENTILSHOMMES.
    On avait vu s’établir, depuis six semaines ou deux mois, au grand hôtel des Quatre Parties du monde, situé rue de Valois-Batave, devant le Palais-Royal, une colonie composée d’étrangers assez marquants.
    Ils étaient trois hommes et deux femmes, sans compter les domestiques, et vivaient en famille, bien qu’ils portassent tous des noms différents.
    En 1820, les hôtels nombreux, groupés autour du Palais-Royal étaient encore habités presque exclusivement par ce peuple cosmopolite de joueurs et de viveurs qu’attiraient la roulette et la gloire européenne des déesses parquées dans les galeries.
    Le Palais-Royal était le centre des joyeux mystères ; les goutteux de province en parlaient avec onction à leurs coquins de neveux. Sa renommée était aussi brillante aux froides rives de la Néva qu’aux bords de la Tamise, ce brumeux Pactole qui roule des guinées, Vienne, Berlin, l’Italie, envoyaient à ce temple, ouvert à tous les désirs, d’innombrables dévots. Les sauvages de l’Amérique en racontaient les merveilles dans leurs wigwams, en buvant des petits verres d’eau-de-feu, et les bons musulmans de Turquie nourrissaient le secret espoir que c’était là précisément le paradis annoncé par le prophète.
    Dans ce monde bigarré qui se renouvelait sans cesse aux abords du Palais-Royal, il y avait presque autant de véritables grands seigneurs que d’aventuriers de bas lieu, et certes, il était bien difficile de reconnaître les uns d’avec les autres ; aussi ne se donnait-on point pour cela beaucoup de peine. Il y avait une sorte de mesure qui servait à tous indistinctement dans ce peuple de comtes et de barons, où l’égalité sainte, comme on dit au dessert des banquets politiques, était religieusement pratiquée.
    On ne divisait point les hommes en chrétiens et en païens, en royalistes et en libéraux, en nobles et en vilains ; il y avait seulement des bourses vides et des bourses pleines.
    Les bourses pleines constituaient les gens comme il faut ; les bourses vides donnaient droit au titre de polisson.
    Et comme le hasard régnait là en dieu unique et suprême, tout polisson pouvait devenir homme comme il faut en une heure, et réciproquement.
    Quant à la morale, on ne s’en occupait guère. Chez les maîtres d’hôtel, la rigueur la plus puritaine allait parfois jusqu’à exiger un passeport.
    C’était le comble. Il va sans dire qu’on n’avait point la folle idée de s’enquérir si M. le marquis un tel avait des parchemins vrais ou faux, ni de prendre le plus petit renseignement sur la question de savoir à quelle source abondante et cachée le prince ***ski puisait ses billets de banque.
    Dans une société, constituée sur ce pied de libérale tolérance, la petite colonie de l’hôtel des Quatre Parties du monde devait jouir d’une considération très-distinguée. Il y avait, en effet, de l’argent dans la caisse commune ; on menait bonne vie, on

Lire des autres livres

Le Livre du Voyage
Bien. Il faut tout d’abord te préparer au voyage. Nul besoin de valise, de passeport, de lunettes de soleil, de crème solaire, de maillots, mais comme pour décoller en avion il va te falloir choisir : une piste dégagée, et un instant propice.               Ton lieu de décollage     Le lieu où tu vas... Puis...
Le sang de l'hermine
par Barrière
Dès qu’il sentait le sommeil le gagner, il s’obligeait à penser à la suite de sa mission. Était-il censé y perdre la vie ? Et s’il laissait Léonard aux prises avec ses ennemis ? Ce serait non seulement justifié, mais aussi prudent. Qu’allait faire le roi de France d’un dépeceur de cadavres ? L’entho... Puis...
Bone by Bone
Judge Henry Hobbs dangled his feet from the wide stump of an ancient tree. He had the meadow all to himself. His housekeeper had been so distracted by the events of the morning, she had allowed him to sit here in the sun without a baseball cap to shelter his bald head, and now she had deserted him f... Puis...
Death Match
He stepped inside, his eye quickly scanning the headlines of local and national newspapers: the Kansas City Star, the Dallas Morning News, the Providence Journal, the Washington Post. He breathed a small sigh of relief on finding no stories detailing double suicides among happily married couples. Le... Puis...
La momie de la Butte-aux-cailles
Dépêché par la direction, un petit homme aussi rond que large, surmonté d’un gibus mité, les reconnut de loin à l’appareil à pied que Victor portait sur l’épaule et se démena avec des gestes frénétiques. — S’il se figure être un sémaphore, et nous, deux coques de noix dans la tempête, il est près d’... Puis...