Les 120 journées de Sodome

Lire ebook Les 120 journées de Sodome
Auteur: Jimmy Rougerie

Les 120 journées de Sodome
INTRODUCTION
    Les guerres considérables que Louis XIV eut à soutenir pendant le cours de son règne, en épuisant les finances de l'Etat et les facultés du peuple, trouvèrent pourtant le secret d'enrichir une énorme quantité de ces sangsues toujours à l'aff˚t des calamités publiques qu'ils font naître au lieu d'apaiser, et cela pour être à même d'en profiter avec plus d'avantages. La fin de ce règne, si sublime d'ailleurs, est peut-être une des époques de l'empire français o˘ l'on vit le plus de ces fortunes obscures qui n'éclatent que par un luxe et des débauches aussi sourdes qu'elles. C'était vers la fin de ce règne et peu avant que le Régent e˚t essayé, par ce fameux tribunal connu sous le nom de Chambre de Justice, de faire rendre gorge à cette multitude de traitants, que quatre d'entre eux imaginèrent la singulière partie de débauche dont nous allons rendre compte.
    Ce serait à tort que l'on imaginerait que la roture seule s'était occupée de cette maltôte; elle avait à sa tête de très grands seigneurs. Le duc de Blangis et son frère l'évêque de ..., qui tous deux y avaient fait des fortunes immenses, sont des preuves incontestables que la noblesse ne négligeait pas plus que les autres les moyens de s'enrichir par cette voie.
    Ces deux illustres personnages, intimement liés et de plaisirs et d'affaires avec le célèbre Durcet et le président de Curval, furent les premiers qui imaginèrent la débauche dont nous écrivons l'histoire, et l'ayant communiquée à ces deux amis, tous quatre composèrent les acteurs de ces fameuses orgies.
    Depuis plus de six ans ces quatre libertins, qu'unissait une conformité de richesses et de go˚ts, avaient imaginé de resserrer leurs liens par des alliances o˘ la débauche avait bien plus de part qu'aucun des autres motifs qui fondent ordinairement ces liens; et voilà quels avaient été leurs arrangements. Le duc de Blangis, veuf de trois femmes, de l'une desquelles il lui restait deux filles, ayant reconnu que le président de Curval avait quelque envie d'épouser l'aînée de ces filles, malgré les familiarités qu'il savait très bien que son père s'était permises avec elle, le duc, dis-je, imagina tout d'un coup cette triple alliance. "Vous voulez Julie pour épouse, dit-il à Curval; je vous la donne sans balancer et je ne mets qu'une condition: c'est que vous n'en serez point jaloux, qu'elle continuera, quoique votre femme, à avoir pour moi les mêmes complaisances qu'elle a toujours eues, et, de plus, que vous joindrez à moi pour déterminer notre ami commun Durcet de me donner sa fille Constance, pour laquelle je vous avoue que j'ai conçu à peu près les mêmes sentiments que vous avez formés pour Julie. -Mais, dit Curval, vous n'ignorez pas sans doute que Durcet, aussi libertin que vous... -Je sais tout ce qu'on peut savoir, reprit le duc. Est-ce à notre ‚ge et avec notre façon de penser que des choses comme cela arrêtent? Croyez-vous que

Lire des autres livres

Téranésie
par Egan,Greg
Prabir espérait trouver un accès jusque-là non détecté à travers le récif, mais, tandis qu’ils faisaient le tour de l’île au ralenti en scrutant l’écran sonar, les chances d’effectuer cette découverte s’amenuisaient, et finirent par se réduire à néant. Le chenal sud était si étroit que, vingt ans au... Puis...
La bicyclette bleue
Par de petites routes, ils arrivèrent tard dans la nuit dans un village de la Vienne, La Trimouille. Au fond de la voiture, le visage couvert d’une sueur froide, Camille délirait. Sur une place, près d’une rivière, des réfugiés allongés à même le sol dormaient. Dans une des rues, la porte d’un café... Puis...
Journal Extime
Ce vieux palace somptueux, luxueux et sombre domine le lac de Zurich. Je ne l’ai jamais habité, mais j’y suis allé par curiosité. Le pianiste de la salle de thé est toujours là et improvise obligatoirement chaque jour de 16 heures à 18 heures et de 21 heures à 23 heur... Puis...
La paix toujours présente
Et les plus grands sages de l’Inde paraissent se contredire, affirmant que tout est l’œuvre de la seule shakti (énergie divine) mais proposant une pratique personnelle qui met en jeu l’initiative individuelle. Il y a une approche relative : est-ce que je peux gagner en liberté intime ? Et... Puis...
LE MÉDECIN BLEU
Grâce à ses soins, Jean Brand était complètement rétabli. – Mam’zelle Sainte, dit-il un matin, je vais retrouver mes frères. Le secret de notre retraite fait toute notre sûreté, mais je me confie en vous comme si vous étiez ma fille ; voulez-vous venir avec moi ! –&n... Puis...