L'Empire de Nyphron

Lire ebook L'Empire de Nyphron
L'Empire de Nyphron
laisse ici ? Je peux revenir plus tard, si vous préférez.
    — Cela ne sera pas nécessaire, mais je vous remercie.
    — Comme vous voudrez. Bonne nuit.
    Le cocher fit claquer les rênes et le véhicule s’éloigna. Il fit demi-tour dans un champ et repartit par où il était arrivé. Le conducteur leva les yeux vers le ciel à deux reprises, secouant la tête à chaque fois. Le carrosse et son équipage disparurent et le bruit des sabots se fit plus faible jusqu’à disparaître, remplacé par les rumeurs aiguës de la nuit.
    Arcadius, seul, observa ce qui l’entourait. Cela faisait longtemps que le vieux professeur ne s’était pas retrouvé ainsi au milieu de nulle part. Il avait oublié combien la nature était bruyante. Les trilles stridentes des criquets ponctuaient l’écho du chant des grenouilles qui s’élevait avec la régularité d’un cœur humain. Le vent soulevait un million de feuilles, imitant le chœur des vagues.
    Arcadius marcha le long de la route, suivant les ornières fraîches de la charrette. Ses pas résonnaient étonnamment fort sur la terre. Les ténèbres avaient un talent particulier pour attirer l’attention sur ce qui était d’ordinaire invisible, silencieux ou ignoré. C’était ce qui rendait les nuits si effrayantes. Sans la distraction de la lumière éveillant la vue, les autres sens voyaient un monde s’ouvrir à eux. Pour les enfants, le noir allait de pair avec des monstres tapis sous le lit. Pour les adultes, il évoquait un intrus. Pour les plus vieux, il revêtait les couleurs du valet de la mort.
    — Longue, difficile et rocailleuse, telle est la route que nous arpentons au cours de la vieillesse, marmonna-t-il en regardant ses pieds.
    Il s’arrêta en atteignant un poteau à un croisement. Il indiquait Ratibor sur la droite et Aquesta à gauche. Le magicien quitta la route pour se frayer un passage entre les hautes herbes, où il repéra un tronc coupé pour s’asseoir. Il fit passer la courroie de son sac au-dessus de sa tête et déposa le bagage. Il prit un petit gâteau au miel, l’un des trois qu’il avait subtilisés sur la table du repas à l’auberge. Il était âgé, mais avait toujours les mains étonnamment agiles. Royce aurait été fier… sauf s’il avait appris qu’Arcadius avait payé le repas qui comprenait les gâteaux. Mais le grand homme au teint cuivré qui s’était tenu près de lui les aurait empochés s’il ne les avait pas récupérés en premier. Il lui semblait maintenant que ces douceurs tombaient à point nommé, car il ignorait totalement quand…
    Il entendit le bruit de sabots avant de voir le cheval. Le son venait de la direction de Ratibor. Aussi inattendu que cela paraisse de croiser quelqu’un d’autre sur cette route à cette heure, le maître des Savoirs Anciens sentit son cœur s’accélérer jusqu’à ce que le cavalier sorte enfin du couvert des arbres. Une femme avançait, seule, vêtue d’une cape noire à capuche. Elle

Lire des autres livres

Gilles & Jeanne
Gilles escorté d’une poignée d’hommes sillonnait le pays en compagnie de Prélat. Habitué au silence des sacristies, à l’ombre des cabarets et aux parfums des boudoirs, le Florentin découvrait les marais de Brière, les grèves océanes, l’île d’Yeu. Il suffoquait dans les... Puis...
Water Sleeps: A Novel of the Black Company (Glittering Stone)
par Glen Cook
Roots had to be torn up. Ties had to be severed. Men had to abandon the lives they had created for themselves. Some just would not go. Some who did go would tell someone where they were headed. The nominal strength of the Company was somewhat over two hundred people, a third of whom did not live in... Puis...
L'Américain
quarante-sept ans, papa a déjà des cheveux de neige. Il me semble aussi vieux, parfois, que mes deux grands-pères. Mais, de plus en plus souvent, un bon sourire se glisse entre ses joues. Il s’est mis à peindre. Des paysages de Normandie. Des mares, des champs de pommiers, des ciels tumultueux. Ça l... Puis...
Le samouraï virtuel
Il sort Raison de l’annexe pour la hisser sur le pont de la péniche. Il l’ouvre et connecte son ordinateur portable à son bios. Raison redémarre sans problème. Il fallait s’y attendre, comme il faut s’attendre à ce que, plus tard, quand il en aura un besoin crucial, elle se plante à nouveau, comme e... Puis...
Fire and Ice
He was carrying a tray with three cups and one of those French press coffeepots where you have to lower a screened plunger through the hot water and squeeze the coffee grounds at the bottom of the pot. I prefer Mr. Coffee any day. “Oh, no,” he said. “Not Planning and Zoning again. It’s a very long... Puis...