LE SIGNALEUR

Lire ebook LE SIGNALEUR
Auteur: Charles Dickens

LE SIGNALEUR
quelque chose. Je m'en aperçus juste à temps pour actionner le signal d'arrêt. Le mécanicien coupa la vapeur et freina, mais le train roula encore jusqu'à quelque cent cinquante mètres d'ici. Je courus derrière et, tout en courant, j'entendis des cris et des appels terrifiants. Une très belle jeune femme venait de mourir subitement dans son compartiment ; on apporta son corps ici, et on le posa sur le plancher, là, entre vous et moi.
    Je reculai involontairement ma chaise ; et je levai les yeux du coin de plancher qu'il me désignait pour regarder son visage.
    – Tout cela est vrai, monsieur. Tout cela est vrai. Je vous raconte ces événements exactement tels qu'ils se sont produits.
    Je ne trouvai rien à dire, rien d'approprié ; j'avais la gorge sèche. Le vent dans les fils télégraphiques commenta le récit par un long gémissement lamentable.
    Il reprit :
    – Et maintenant, monsieur, écoutez-moi bien, et vous allez voir à quel point j'ai l'esprit troublé. Le spectre est revenu il y a une semaine. Depuis lors il s'est montré irrégulièrement de temps à autre.
    – Près du feu rouge ?
    – Près du signal rouge avertisseur.
    – Quels mouvements fait-il ?
    Il reproduisit avec plus encore d'impatience et d'intensité, si possible, que la première fois le geste qui m'avait paru signifier : « Pour l'amour du ciel, écartez-vous ! »
    Puis il poursuivit :
    – Il ne me laisse plus aucun répit, plus aucune tranquillité. Il me crie, pendant des minutes entières, sur un ton angoissé : « Vous ! Là-bas ! Attention ! Attention ! » Il me fait des signes. Il actionne ma petite sonnerie.
    Saisissant l'occasion, je l'arrêtai aussitôt.
    – Avait-il actionné votre sonnerie hier soir pendant ma visite, quand vous vous êtes levé pour aller à la porte ?
    – Oui. Deux fois.
    – Eh bien ! lui dis-je, voyez à quel point votre imagination vous égare. J'avais les yeux fixés sur la sonnerie et l'oreille tendue. Or, aussi vrai que je suis ici devant vous, elle n'a pas retenti ces deux fois-là. Non. Ni à aucun autre moment, sauf quand elle était normalement mise en branle par la gare qui communique avec vous.
    Il hocha la tête.
    – Je ne m'y suis encore jamais trompé, monsieur. Je n'ai jamais confondu le coup de sonnette du spectre avec celui d'un employé. Le coup de sonnette du fantôme consiste en une vibration très particulière du timbre, qui n'est due à aucune autre cause ; je n'ai pas pu me rendre compte si le mouvement est perceptible à l'œil. Je ne suis pas surpris que vous n'ayez pas entendu cette vibration. Mais moi , je l'ai entendue.
    – Et vous avez eu l'impression que le spectre était là-bas, quand vous avez regardé dehors ?
    – Le spectre était là-bas.
    – Les deux fois ?
    Il répéta, d'un ton énergique :
    – Les deux fois.
    – Voulez-vous que nous allions ensemble jusqu'à la porte et que nous regardions s'il y est en ce moment ?
    Il se mordit la lèvre et parut

Lire des autres livres

Historiettes, Contes et Fabliaux
fiez-vous à moi, je veux les célébrer Si bien… que de vingt ans ils n’osent se montrer. C’était avec un regret mortel que le marquis d’Olincourt, colonel de dragons, plein d’esprit, de grâce et de vivacité, voyait passer Mlle de Téroze, sa belle-sœur, dans les bras d’un des plus épouvantables mortel... Puis...
Eragon
Il somnola un moment ; puis une pensée confuse émergea dans son esprit : « Comment suis-je arrivé ici ? » Perturbé, il tira les couvertures sur lui, et sentit quelque chose de dur contre son bras droit. Il tenta de remuer son poignet. La douleur le réveilla tout à fait. « Les Urgals ! » Il se redres... Puis...
Elric des dragons
Il regarda par les fentes de la palissade qui entourait la terrasse, sur le toit de sa maison (une maison à trois étages, la plus jolie de Dhoz-Kam). Son regard était dirigé vers le port où étaient mouillés les splendides navires qu’il avait pris. Tous les navires qui étaient entrés dans le port en... Puis...
Les grandes réceptions avaient lieu au rez-de-chaussée, mais la marquise habitait le premier étage de sa maison. La tenue d'un grand escalier magnifiquement orné, des appartements décorés dans le goût noble qui jadis respirait à Versailles, annonçaient une immense fortune. Quand le juge vit la porte... Puis...
AMPHITRYON 38
Jupiter en Amphitryon.   MERCURE Vous les avez entendus, Jupiter ? JUPITER Comment, Jupiter ? Je suis Amphitryon ! MERCURE Ne croyez pas m’y tromper, on devine le dieu à vingt pas. JUPITER C’est la copie exacte de ses vêtements. MERCURE Il s’agit bien de vêtemen... Puis...