LE SIGNALEUR

Lire ebook LE SIGNALEUR
Auteur: Charles Dickens

LE SIGNALEUR
harpe !
    Nous prêtâmes l'oreille en silence pendant quelques instants, puis il répliqua que j'avais beau dire, qu'il savait fort bien à quoi s'en tenir sur le vent et les fils télégraphiques, lui qui passait souvent toute la nuit dans cet endroit, en plein hiver, seul, et sans dormir. Et il se permit de me faire remarquer qu'il n'avait pas fini son récit.
    Je m'excusai de l'avoir interrompu ; il me mit alors la main sur le bras, et ajouta ces mots, d'une voix lente :
    – Moins de six heures après l'apparition, un mémorable accident eut lieu sur la ligne, et moins de quatre heures plus tard, on apporta par le tunnel les corps des blessés et des morts ; et ils durent franchir l'endroit précis où j'avais vu cet homme.
    Un pénible frisson me parcourut le corps. Je me ressaisis de mon mieux.
    – On ne peut nier, dis-je alors, qu'il y ait là une coïncidence remarquable et de nature à vous laisser une impression profonde. Mais il est également incontestable que des coïncidences tout aussi remarquables surviennent couramment, et il importe de s'en souvenir quand on examine un cas de ce genre. Bien entendu, je reconnais volontiers, ajoutai-je, croyant prévenir l'objection qu'il semblait prêt à m'opposer, que les gens les plus sensés ne tiennent guère compte de ces coïncidences dans leurs prévisions pour la vie courante.
    Derechef il se permit de me faire remarquer qu'il n'avait pas fini son récit.
    Derechef je lui demandai pardon de m'être laissé aller à l'interrompre.
    – Ces événements, dit-il en me mettant de nouveau la main sur le bras, et après avoir jeté derrière lui un regard de ses yeux caves, se passaient il y a tout juste un an. Six ou sept mois s'écoulèrent, et j'étais remis de mon émotion et de ma surprise, quand, un matin au point du jour, me trouvant devant cette porte, je dirigeai mon regard vers le feu et revis le spectre.
    Il se tut et me regarda fixement.
    – Est-ce qu'il criait ?
    – Non. Il resta silencieux.
    – Agita-t-il le bras ?
    – Non. Il était appuyé contre le support du signal, et il se cachait le visage avec les deux mains. Comme ceci.
    Pour la seconde fois, je suivis des yeux sa pantomime. C'était une pantomime funèbre. J'ai vu des tombeaux ornés de statues auxquelles le sculpteur avait donné la même attitude.
    – Êtes-vous allé vers lui ?
    – Je suis rentré ici, et me suis assis, en partie pour reprendre mon sang-froid, en partie parce que cette vision m'avait presque fait défaillir. Quand je suis ressorti, le jour était levé et le fantôme avait disparu.
    – Et il ne s'est rien produit d'autre ? Aucun événement n'a suivi ?
    Il me toucha les bras deux ou trois fois de son index en inclinant chaque fois la tête d'un air lugubre :
    – Le jour même, un train sortit du tunnel ; au moment où il passait devant moi, je vis confusément un grand nombre de têtes et de bras rassemblés à la portière d'un wagon ; je remarquai que ces voyageurs agitaient

Lire des autres livres

Les héritiers
Mais tu sais, je ne le crois pas. L’armée française a fusillé des centaines et des centaines de ses soldats. Ils affichaient pourtant une bravoure remarquable. D’un autre côté, l’armée australienne n’a fusillé personne de toute la guerre. Ses membres se sont montrés tout aussi courageux. Les exécuti... Puis...
La passagère du France
Après de longues recherches dans ces coursives qui n’en finissaient pas, elle retrouva le salon et en ouvrit la porte, le coeur battant, espérant le trouver dans un large fauteuil, endormi peut-être, jambes allongées sur le tapis de laine jaune d’or. Hélas, il n’y était pas. Le petit salon était dés... Puis...
Operation Hades
Partout o˘ elle allait, elle apprenait une langue supplémentaire. Elle en parlait sept couramment. C'est à Columbia que la CIA l'avait recrutée. Elle était faite pour ça - la classe et les contacts de l'Ivy League ajoutés à son tempérament de baroudeur. Mais elle s'était révélée un opérateur nonchal... Puis...
037 – Sans foi ni loi
Le soleil de cette fin d'après-midi filtrait à travers les grands peupliers qui ombrageaient la place. Un bûcheron donna une tape sur la tête de son âne pour l'obliger à s'écarter du chemin des deux gringos, et une vieille femme tira par le bras la jeune fille qui l'accompagnait pour la soustraire a... Puis...
LES COUPS D’ÉPÉE DE M. DE LA GUERCHE
DE LA GUERCHE XXVIIICONFESSIONS ET PETITS PROJETS Peu d’instants après, Armand-Louis et Renaud se trouvaient ensemble sous la même tente, devant un jambon que Magnus avait servi noblement entre deux honnêtes flacons de vins de France. – Encore des compatriotes, et non pas les moins aimables ! dit Re... Puis...