LE SIGNALEUR

Lire ebook LE SIGNALEUR
Auteur: Charles Dickens

LE SIGNALEUR
travail une heure ou deux après le lever du soleil, et le reprendre à la tombée de la nuit. Je lui avais annoncé que je reviendrais à ce moment-là.
    Le lendemain soir, il faisait un temps délicieux et je sortis de bonne heure pour en profiter. Le soleil n'avait pas encore complètement disparu quand je traversai un chemin de terre tout proche de la grande tranchée. Je me dis que j'allais poursuivre ma promenade pendant une demi-heure encore ; il me faudrait une demi-heure pour revenir, ce qui ferait une heure en tout, et il serait temps alors de descendre jusqu'à la cabine de mon signaleur.
    Avant de continuer ma route, je m'avançai au bord de la tranchée et je jetai un regard machinal vers le fond, me trouvant au même endroit que le jour où je l'avais aperçu pour la première fois. Je ne saurais décrire le frémissement qui me saisit quand je vis, à l'entrée du tunnel, une apparition à forme humaine, qui avait le bras gauche devant les yeux et qui agitait le bras droit avec véhémence.
    L'indicible horreur qui s'était emparée de moi fut de courte durée, car je me rendis compte au bout d'un instant que cette apparition à forme humaine était bel et bien un homme, et qu'il y avait un petit groupe d'autres hommes à quelques pas de lui ; j'eus l'impression qu'il répétait son geste pour le montrer à ces derniers. Le signal rouge avertisseur n'était pas encore allumé. Au-dessous on avait dressé une sorte de petite tente très basse à l'aide de quelques piquets et d'une bâche ; cette tente ne paraissait guère plus grande qu'un lit, et c'était la première fois que je la voyais en cet endroit.
    Avec le pressentiment irrésistible de quelque accident, avec la crainte instantanée et mêlée de remords d'avoir causé un malheur irréparable en laissant le signaleur à son poste, et en négligeant de faire surveiller ses gestes et contrôler son travail, je descendis le plus vite possible par le sentier en lacets.
    – Que se passe-t-il ? demandai-je aux hommes qui se trouvaient là.
    – C'est le signaleur qui a été tué ce matin, monsieur.
    – Celui qui travaillait dans cette cabine-là ?
    – Oui, monsieur.
    – Celui que je connaissais ?
    – Si vous le connaissez, vous allez pouvoir le reconnaître, me dit l'homme qui avait pris l'initiative de répondre à mes questions, en se découvrant avec recueillement pour soulever un coin de la bâche, sa figure n'est pas changée.
    – Oh ! Comment... Comment cela s'est-il produit ? demandai-je en regardant ces hommes tour à tour, tandis que la bâche retombait.
    – Il a été renversé par une locomotive, monsieur. Il connaissait son métier comme pas un. Mais il était resté trop près des rails. Ça s'est passé juste au lever du jour. Il venait d'éteindre le signal et il avait la lampe à la main. Quand la machine est sortie du tunnel, il lui tournait le dos, et il a été projeté en avant. C'est ce gars-là qui conduisait la loco, et justement il nous

Lire des autres livres

As The Crow Flies
painted over the awning, a thousand questions went through my mind. Then I saw Posh Porky or, to be accurate, I thought it must be her, because if it was, during my absence she’d changed into a woman. What had happened to that flat chest, those spindly legs, not to mention the spotty face? If it had... Puis...
Avis de tempête
La détresse absolue ? Vous n’êtes jamais resté dans le noir en sachant au plus profond de votre âme que rien n’allait s’arranger ? Plus jamais ? Que vous aviez perdu quelque chose pour l’éternité ? Voilà ce que je ressentais en m’éloignant de La Cafétéria. Quand je n’arrive pas à réfléchir, que j’ai... Puis...
La Seconde
par Colette
À chaque incident, Fanny constatait sans fièvre :   – C’est comme pour Atalante. C’est le même coup que pour Le Raisin volé…   Mais Farou, oublieux et sensible, dégouté de son texte ressassé, s’indignait de bonne foi :   – Où a-t-on vu une pagaïe pareille ? Où ? Allez voir à Berlin, allez voir à Lon... Puis...
Crystal Flame
If he found it odd to be asked to officiate at what was, after all, merely a trade marriage, he was too diplomatic to say so. He could content himself and his curiosity with the fat fee Trade Baron Quintel was paying. But a few other details about this wedding bothered the advisor. The bride, for ex... Puis...
Till Death Do Us Purl
. . what did I tell you?” Edie Steiber slapped the newspaper down on the counter in front of Lucy, practically sticking Lucy’s nose in it . . . in her usual, subtle manner. Lucy had dropped in at the Schooner on her way home to the cottage for an extra dose of caffeine. She needed a boos... Puis...