Le profit avant l'homme

Lire ebook Le profit avant l'homme
Auteur: Chomsky,Noam

Le profit avant l'homme
Introduction

par Robert W. McChesney
    Le néo-libéralisme est le paradigme économique et social de
notre temps – il définit les politiques et les processus grâce auxquels
une poignée d’intérêts privés acquièrent le droit de contrôler tout ce qui est
possible dans la vie sociale afin de maximiser leurs profits personnels. Au
départ associé à Ronald Reagan et Margaret Thatcher, il est, depuis une
vingtaine d’années, le courant économico-politique dominant dans le monde,
repris par tous les partis politiques, de droite, du centre et souvent de la
gauche traditionnelle. Ceux-ci représentent ainsi les intérêts immédiats
d’investisseurs extrêmement riches et de moins d’un millier de très grandes
sociétés.
    Pourtant, en dehors de certains cercles universitaires et
bien sûr des milieux d’affaires, ce terme demeure largement inconnu du grand
public, surtout aux États-Unis. Les initiatives néo-libérales y sont présentées
comme une politique de liberté des marchés qui encourage l’entreprise privée,
permet aux consommateurs de choisir librement, récompense la responsabilité
individuelle et l’esprit d’entreprise, tout en sapant l’action de gouvernements
incompétents, parasitaires et bureaucratiques, qui ne pourront jamais bien
faire même s’ils ont de bonnes intentions, ce qui est rarement le cas. Des
efforts de relations publiques menés pendant des générations, financés par les
grandes sociétés, sont parvenus à donner à ces termes et à ces idées une aura
presque sacrée. Il en résulte que de telles affirmations ont rarement besoin
d’être défendues et sont invoquées pour justifier tout et n’importe quoi, de la
baisse des impôts pour les riches à l’abandon des mesures de protection de
l’environnement et au démantèlement des programmes d’éducation et d’assistance
sociale. À dire vrai, toute activité qui pourrait gêner la domination des
grandes entreprises sur la société est automatiquement suspecte, car elle
perturbe le fonctionnement des marchés libres, dont on fait les seules
instances à même de répartir rationnellement, équitablement et démocratiquement
les biens et services. À entendre les partisans les plus éloquents du
néo-libéralisme, on pourrait croire qu’ils rendent d’énormes services aux
pauvres, et à tout le monde, quand ils appliquent leurs politiques en faveur
d’une minorité de privilégiés.
    Celles-ci ont eu à peu près partout les mêmes conséquences
économiques, qui n’avaient rien d’inattendu : aggravation massive des
inégalités sociales et économiques, privations accrues pour les plus pauvres
des nations et des peuples du monde, désastre pour l’environnement de la
planète, instabilité de l’économie mondiale, mais aussi véritable aubaine sans
précédent pour les plus riches. Confrontés à ces réalités, les défenseurs de
l’ordre néo-libéral affirment que la majorité de la population finira

Lire des autres livres

En quatre-vingt-quatre jours, il n’avait pas pris un poisson. Les quarante premiers jours, un jeune garçon l’accompagna ; mais au bout de ce temps, les parents du jeune garçon déclarèrent que le vieux était décidément et sans remède salao ce qui veut dire aussi guignard qu’on... Puis...
Black Widow
Her jaw was yellow, and there were finger-sized black bruises on the forearm that was holding the yelling baby against the front of her grubby, overstretched T-shirt.‘I don’t want you round here,’ said Kath, and her eyes darted left and right as if Jimmy might somehow be watching, and taking note.‘T... Puis...
Minuit en plein jour
- Je veux une voiture vide, expliqua-t-il. Pas de passagers à l'aller. Je payerai le supplément. Vous avez compris ? Je ne veux pas d'entourloupe. - D'accord, dit une voix de femme à l'autre bout du fil. Gardez votre calme. Est-ce qu'on peut faire autre chose pour vous ? Un chien qui bouge la tête s... Puis...
Maison hanté
Théodora, qui était assise juste de l'autre côté de ses orteils, rêvait en contemplant le feu et Éléonore se disait avec une profonde satisfaction que ses pieds étaient bien jolis dans ces sandales rouges. Quel personnage parfait et disparate je suis, se dit-elle, depuis la pointe de mes pieds rouge... Puis...
Les panzers de la mort
Il faut que Porta et toi vous alliez à l’écoute ; prends-en un autre si tu veux, mais ni Pluto, ni Stege : ceux-là je les garde en cas d’attaque. – Pas étonnant que tu sois devenu sous-off, grogna Porta. T’as jamais que des nouvelles comme ça, au petit déjeuner ! – Pas d’histoires, c’est pressé. Je... Puis...