Le petit Nicolas

Lire ebook Le petit Nicolas
Auteur: Sempé-Goscinny

Le petit Nicolas
 
Un souvenir qu’on va chérir
    Ce matin, nous sommes tous arrivés à l’école bien contents,
parce qu’on va prendre une photo de la classe qui sera pour nous un souvenir
que nous allons chérir toute notre vie, comme nous l’a dit la maîtresse. Elle
nous a dit aussi de venir bien propres et bien coiffés.
    C’est avec plein de brillantine sur la tête que je suis
entré dans la cour de récréation. Tous les copains étaient déjà là et la
maîtresse était en train de gronder Geoffroy qui était venu habillé en martien.
Geoffroy a un papa très riche qui lui achète tous les jouets qu’il veut.
Geoffroy disait à la maîtresse qu’il voulait absolument être photographié en
martien et que sinon il s’en irait.
    Le photographe était là, aussi, avec son appareil et la
maîtresse lui a dit qu’il fallait faire vite, sinon, nous allions rater notre
cours d’arithmétique. Agnan, qui est le premier de la classe et le chouchou de
la maîtresse, a dit que ce serait dommage de ne pas avoir arithmétique, parce
qu’il aimait ça et qu’il avait bien fait tous ses problèmes. Eudes, un copain
qui est très fort, voulait donner un coup de poing sur le nez d’Agnan, mais
Agnan a des lunettes et on ne peut pas taper sur lui aussi souvent qu’on le
voudrait. La maîtresse s’est mise à crier que nous étions insupportables et que
si ça continuait il n’y aurait pas de photo et qu’on irait en classe. Le
photographe, alors, a dit : « Allons, allons, allons, du calme, du
calme. Je sais comment il faut parler aux enfants, tout va se passer très
bien. »
    Le photographe a décidé que nous devions nous mettre sur
trois rangs ; le premier rang assis par terre, le deuxième, debout autour
de la maîtresse qui serait assise sur une chaise et le troisième, debout sur
des caisses. Il a vraiment des bonnes idées, le photographe.
    Les caisses, on est allés les chercher dans la cave de
l’école. On a bien rigolé, parce qu’il n’y avait pas beaucoup de lumière dans
la cave et Rufus s’était mis un vieux sac sur la tête et il criait
« Hou ! Je suis le fantôme. » Et puis, on a vu arriver la maîtresse.
Elle n’avait pas l’air contente, alors nous sommes vite partis avec les
caisses. Le seul qui est resté, c’est Rufus. Avec son sac, il ne voyait pas ce
qui se passait et il a continué à crier « Hou ! Je suis le
fantôme », et c’est la maîtresse qui lui a enlevé le sac. Il a été
drôlement étonné, Rufus.
    De retour dans la cour, la maîtresse a lâché l’oreille de
Rufus et elle s’est frappé le front avec la main. « Mais vous êtes tout
noirs », elle a dit. C’était vrai, en faisant les guignols dans la cave, on
s’était un peu salis. La maîtresse n’était pas contente, mais le photographe
lui a dit que ce n’était pas grave, on avait le temps de se laver pendant que
lui disposait les caisses et la chaise pour la photo. A part Agnan, le seul qui
avait la figure propre, c’était

Lire des autres livres

Relentless
Walking back to the cottage in the twilight, I learned why the town was named Smokeville. At certain conditions of temperature and humidity imbalance between the ocean and the shore, the sea gave up some of its substance, and the thirsty land drew the mist eastward so aggressively that it looked les... Puis...
En revanche, ils nous font l'honneur de nous haïr avec toute la cordialité possible. Fougeret de Montbron Le vent chassait le brouillard matinal et poussait les nuées vers l'est. Le soleil perçait peu à peu. Nicolas réfléchissait en suivant des yeux l'horizon d'un pays uni et déplaisant dont la régu... Puis...
Train D'Enfer Pour Ange Rouge
Au bout du fil, un bouledogue enragé, un clairon de chasse, un pétard de mariage. Le divisionnaire me roua de questions avant de m'ordonner de le rejoindre au 36 pour un point précis sur l'enquête. J'allais avoir des comptes à rendre... À présent, grâce au modem ADSL que m'avait fait installer Thoma... Puis...
Eternity's Wheel
The air left my lungs, stars exploding in the corners of my vision—but I could still make out the tip of that circuitry-bladed sword as it was leveled at my face. “I told you to leave her,” the boy who wasn’t Acacia snapped. All I could do was glare, half turned to protect Josephine with my body. “W... Puis...
I Am Number Four
Every kid with a bag of candy in his or her hand, with a mouth stuffed full of sweets. Kids dressed as cartoon characters, monsters, ghouls and ghosts. Every resident of Paradise must be at the park right now. And in the midst of all the madness I see Sarah, sitting alone, gently pushing herself on... Puis...