Le N°13 de la rue Marlot

Lire ebook Le N°13 de la rue Marlot
Chapitre 1 LES LOCATAIRES DES EPOUX BERNIER
    L a rue Marlot, qui a changé de nom ou qui même a peut-être disparu depuis l’époque où s’y est passé le drame que nous allons raconter, était située dans le quartier le plus calme, le plus retiré du Marais, à deux pas de la place Royale, qu’on appelle la place des Vosges, comme au temps des immortels principes.
    Nos révolutions, en effet, qui semblent si bien destinées, c’est du moins ce qu’affirment ceux qui les font, à apporter dans nos lois et dans nos mœurs des réformes utiles, n’ont guère servi qu’à réformer les noms de nos rues.
    Celle de ces rues parisiennes où nous prions nos lecteurs de nous suivre se composait alors d’une vingtaine de maisons, et celle de ces maisons qui portait le n° 13 était de la plus modeste apparence.
    Ses quatre étages étroits, éclairés chacun par trois fenêtres, atteignaient à peine la hauteur du second de deux gigantesques constructions qui, la flanquant orgueilleusement à droite et à gauche, semblaient lui disputer le peu d’espace qu’elle occupait.
    On eût dit un pauvre petit bourgeois fourvoyé entre deux gros financiers prêts à l’étouffer.
    En face, existait l’
Hôtel du Dauphin
, qui n’avait d’ordinaire pour clients que des provinciaux dont les parents habitaient dans le voisinage ou, par hasard, quelques étrangers peu soucieux du bruit et du tumulte des quartiers riches et populeux.
    Le fait est que la rue Marlot était fort tranquille. Les conducteurs d’omnibus l’ignoraient et il n’y passait pas dix voitures par jour.
    Dès neuf heures du soir, le silence y régnait si complètement qu’on aurait pu s’y croire dans la ville du Grand Roi, avant que les salons de Louvois fussent devenus les cabarets des citoyens représentants du 4 Septembre.
    On entrait au n° 13 par une petite porte bâtarde donnant sur un couloir étroit et assez obscur, où on rencontrait, immédiatement à droite, la loge du concierge.
    C’est là que, depuis plus de vingt ans, deux braves gens, les époux Bernier, veillaient sur les destinées de leur royaume. Le mari, vieux soldat tout rhumatisant, n’était plus fort ingambe, mais sa femme, quoiqu’elle approchât de la soixantaine, avaient encore bon pied, bon œil.
    Il est vrai que M me  Bernier n’avait que quatre locataires.
    Au premier, demeurait le capitaine Martin, qui avait perdu un bras et gagné sa croix en même temps que sa retraite à Sébastopol.
    Le matin, après son déjeuner, repas frugal que lui montait son concierge, le vieil officier sortait pour faire sa promenade hygiénique sur la place Royale. Le soir, il dînait dans un petit restaurant du quartier, puis, après une courte station au café voisin, en compagnie de quelques anciens frères d’armes, il rentrait invariablement à neuf heures.
    Au second, c’étaient M. et M me  Chapuzi, Philémon et Baucis ; à eux deux près d’un siècle et demi.
    Philémon Chapuzi s’était retiré

Lire des autres livres

Falling Awake
Leila asked. Startled, Isabel laughed. Leila frowned. “What’s so funny?” “Nothing really.” Isabel closed the Kyler Method instructor’s manual she had been studying. “I just realized that it’s been quite a while since anyone asked me that kind of question.” Leila’s brows rose. “What kind is that?... Puis...
La Gloire Et Les Périls
Le chemin à parcourir entre la première tranchée royale et les murailles de La Rochelle n’excédait pas cent cinquante toises[49], distance qu’on eût pu, en plein jour, franchir en quelques minutes, mais s’agissant de sentiers quadrillant irrégulièrement d’anciens marais salants devenus marécages, la... Puis...
Fifty Shades of Grey
“But what was he doing at Clayton’s?” Her curiosity oozes through the phone. I’m in the depths of the stockroom, trying to keep my voice casual. “He was in the area.” “I think that is one huge coincidence, Ana. You don’t think he was there to see you?” My heart lurches at the prospect, but it’s a sh... Puis...
Le Huit
L’événement : le procès de Louis XVI, roi de France. La charge retenue contre lui : la trahison. Le club des Jacobins était plein à craquer quand Jacques-Louis David fit son entrée. Quelques retardataires, postés dans les derniers rangs de la salle d’audience, lui tapotèrent l’épaule au passage. Des... Puis...
DE BALZAC. Si les Français ont autant de répugnance que les Anglais ont de propension pour les voyages, peut-être les Français et les Anglais ont-ils raison de part et d’autre. On trouve partout quelque chose de meilleur que l’Angleterre, tandis qu’il est excessivement difficile de retrouver loin de... Puis...