Le jour des barbares

Lire ebook Le jour des barbares
Le jour des barbares
PROLOGUE
    Ce livre raconte une bataille qui a changé l’histoire du
monde, mais qui n’est pas aussi célèbre que Waterloo ou Stalingrad ; beaucoup
de gens n’en ont même jamais entendu parler. C’est pourtant une bataille qui, selon
certains, marqua la fin de l’Antiquité et le début du Moyen Âge, car elle
déclencha toute une suite d’événements qui, un siècle plus tard, allaient
conduire à la chute de l’Empire romain d’Occident. Cette dernière correspond à
une date dont tout le monde se souvient, parce qu’on la trouve dans les manuels
scolaires et qu’elle fait depuis longtemps partie des connaissances communes :
la déposition de Romulus Augustule en 476 après Jésus-Christ. Mais ce ne fut
rien d’autre que l’aboutissement d’un processus qui avait commencé bien plus
tôt, et à cette date les jeux étaient faits depuis longtemps. L’empereur était
un fantoche sans aucun pouvoir effectif ; l’empire s’était déjà désagrégé
et perdait ses morceaux l’un après l’autre. Les barbares étaient maîtres du jeu
en Gaule, en Espagne, en Afrique, et même en Italie ; Rome avait été
saccagée, non pas une fois, mais deux, par les Goths en 410 et par les Vandales
en 455 ; bref, la dissolution de l’empire était déjà si avancée que la
déposition du dernier empereur n’avait plus d’importance. Un célèbre article d’Arnaldo
Momigliano, intitulé « La chute silencieuse d’un empire », démontre
précisément que le prétendu grand événement de 476, l’éviction de Romulus
Augustule, laissa les contemporains indifférents.
    Si on en était arrivé là, si l’Empire romain, en Occident, s’était
réduit à une coquille vide, qui pouvait être abolie par un chef barbare sans
que nul ne proteste, ce fut à cause d’une série de coups durs qui avait
commencé exactement un siècle plus tôt. En 376, un afflux soudain de réfugiés
aux frontières de l’empire, et l’incapacité des autorités romaines à gérer de
façon adéquate cette situation d’urgence, avaient donné lieu à un affrontement
dramatique, culminant avec la défaite la plus désastreuse pour les Romains
depuis celle qu’Hannibal leur avait infligée à Cannes (Italie du Sud) en l’an 216
avant Jésus-Christ.
    Nous raconterons donc dans ce livre la bataille d’Andrinople
( Hadrianopolis ), qui eut lieu le 9 août 378, dans ce qui
constitue aujourd’hui la partie européenne de la Turquie et qui était alors la
province romaine de Thrace. Nous raconterons la bataille, et nous essaierons de
montrer qu’elle marqua véritablement la fin d’une époque et le commencement d’une
autre : une époque où il allait être de plus en plus difficile pour Rome
de dominer les barbares par la force et de continuer à se croire la seule superpuissance
mondiale. Nous parlerons d’Antiquité et de Moyen Âge, de Romains et de barbares,
d’un monde multiethnique et d’un empire en mutation, et de bien d’autres

Lire des autres livres

La neige tombait à gros flocons depuis qu’ils avaient quitté l’abri du bunker, trois ou quatre heures plus tôt. Elle donnait aux ruines une uniformité blanche que brisait le vert vif des plantes grimpantes sur lesquelles elle semblait n’avoir aucune prise. Moram avait d’abord gardé un revolver à la... Puis...
Le Retour Aux étoiles
Ses centaines de fenêtres déversaient des flots de lumière douce, des bouffées de musique et le murmure de voix innombrables. Un grand bal était donné en l’honneur des dignitaires en visite. Une foule bigarrée s’amusait et buvait dans les immenses salles, foule venue de bien des mondes et où la plum... Puis...
Parmi ces dernières il faut citer les extraits publiés en 1726, dans la Bibliothèque françaised’Amsterdam ; ils nous ont conservé tout ce qui nous reste de deux opuscules de Montesquieu : le Traité des Devoirs,et les Réflexions sur la considération et la réputation.Ces fragments font désirer qu’on p... Puis...
J'ecoute l'univers
Puis, prenant une certaine assurance en se trouvant un centre de gravité approximatif, il déplaça tout son corps velu, sembla exécuter un quart de tour et posa l’autre patte.      Sandra, hallucinée, regardait venir le monstre…      L’ours, maintenant plus sûr de lui, fit un nouveau pas, se rapproch... Puis...
La Fin de Chéri
par Colette
La rue Raynouard à six heures, après la pluie, résonnait de cris d’oiseaux et d’appels d’enfants comme un jardin de pensionnat. Le vestibule à glaces épaisses, l’escalier poncé, le tapis bleu, la cage d’ascenseur fleurie d’autant de laque et d’or qu’une chaise à porteurs, il vit tout d’un œil froid... Puis...