Le Général de pierre - Livre II - Deux-Rivières

Lire ebook Le Général de pierre - Livre II - Deux-Rivières
I – Le Noir et le Blanc
     
    Sans Larmes se leva dès qu’il s’éveilla, comme tous les matins et tous les soirs. Il avait tant à faire qu’il lui eût paru indécent de rester couché. Si encore il faisait partie de ceux à qui le sommeil apportait l’inspiration ! Mais ce n’était pas le cas. À l’école déjà, il avait toujours dû réfléchir bien éveillé. Il avait été ravi que Monsieur Noir eût pu lui apprendre à ne dormir que huit demi-heures par jour. Il s’était étonné qu’il ne parlât pas de quatre heures, et son maître avait répondu que la nuit possédait huit yeux aveugles. Sans Larmes avait frissonné de plaisir : huit yeux aveugles trônant dans les ténèbres comme des tours sans fenêtres, des tours de marbre noir… c’était une vision assez sinistre pour le ravir.
    Le jeune homme repoussa sa couette, et l’étendit pour qu’elle séchât, car elle était trempée, comme chaque fois qu’il s’éveillait. Peu importait que ce fût le matin, le soir, l’été, l’hiver : il faisait humide dans sa chambre, et plus encore dans son lit. Il se leva, se servit un premier verre d’eau, ouvrit la petite fenêtre mansardée, et observa les toits de Deux-Rivières qui s’étendaient autour de lui. Les tuiles vernissées chatoyaient dans la lumière, une forêt de pinacles, de pignons, de toits pyramidaux, de tourelles, de flèches, abritait des nuées d’oiseaux dont le chant le ravissait. Ce n’était qu’à la nuit tombée, quand la plupart d’entre eux dormait, que Sans Larmes entendait vraiment le tintement des myriades de cloches privées, et parfois le chant grave, mais plus lointain, des cloches des temples, qui marquaient les heures. Chacun se piquait d’exactitude, et il fallait de longues minutes pour que les cloches se tussent enfin, les plus précoces laissant la place au peloton des consensuelles, puis aux attardées.
    Il regarda les bâtiments voisins, se remémorant les visages de leurs habitants. Madame Mioche qui Braille était une priorité absolue, car elle souriait sans discontinuer depuis quelques jours déjà. Un air béat avait remplacé une inquiétude dévorante depuis que son enfant s’était remis. Il soupira, car il était délicat de doser le poison quand il fallait que nul ne soupçonnât un empoisonnement. Si encore l’enfant avait pu manger des légumes moisis, c’eût été plus simple ! Mais non, cet imbécile tétait encore. Allez prétendre que le lait de sa mère fût toxique…
    Heureusement, Madame Vous prendrez bien quelques griffures ça leur fait si plaisir résidait près de l’heureuse mère, et possédait deux chats, dont l’un était un véritable fauve. Pour peu que celui-ci se retrouvât, presque par hasard, dans le berceau du nourrisson… ah ! Tout pouvait arriver, dans cette ville aux façades toutes décorées de corniches et surchargées de balcons. C’était un paradis pour chats. Pas étonnant donc qu’ils fissent également le

Lire des autres livres

Afraid of the Dark
For nearly two days, his phone calls to Chuck Mays had gone unanswered, and an unannounced visit seemed too confrontational. Finally, a secretary called from MLFC headquarters late Monday afternoon to say that Mr. May’s would be jet-lagged but expecting Jack at his house around nine P.M. Jack rang... Puis...
Nous n'irons plus au bois
La vue des deux cercueils au bas de l'autel l'avait comme hypnotisée. Elle les fixait, les yeux secs, apparemment insensible à la musique, aux prières, à l'homélie. Sarah avait dû prendre sa soeur par le coude pour lui rappeler de se lever ou de s'agenouiller. A la fin de la messe, au moment où Mgr... Puis...
Le passager noir
Elle avait été peinte en jaune pâle avec des moulures mauves, ce qui me faisait douter de mes goûts en matière de collègues. Quelques buissons à la coupe impeccable agrémentaient le jardin, ainsi qu’un parterre de cactus près de la porte d’entrée, et l’allée pavée était éclairée par une rangée de la... Puis...
Le prix du secret
Cependant, quelques vieux loups de mer savent à quels signes se fier. Toute une vie passée à les observer et à en dépendre produit ses effets. Lorsque quatre marins expérimentés sur six affirment la même chose, mieux vaut les écouter. Harvey et Sweetapple, chaudement vêtus pour se protéger du vent... Puis...
L'ennemi de Dieu
Mais Arthur secoua la tête. « L’armée d’Aelle est là, c’est bien vrai, mais cela ne veut pas dire qu’il va attaquer. Il va nous observer, mais s’il a un peu de bon sens, il va nous laisser moisir ici. — En ce cas, c’est nous qui pourrions l’attaquer. — Conduire une armée à travers les arbres et lui... Puis...