Le Général de pierre - Livre I - Le Jardin

Lire ebook Le Général de pierre - Livre I - Le Jardin
Le Général de pierre - Livre I - Le Jardin
s’offrait des sortilèges détournant les attaques des envieux. Il ne pouvait rien contre de telles protections, car il s’était consacré à protéger ses pairs, non à apprendre comment leur nuire. Il ne désirait pas mettre fin à ses jours dans l’espoir de devenir un spectre vengeur. Il ne se sentait pas capable non plus de ne rien faire, et d’espérer que le temps lui apporterait la paix. Il en avait trop vu, des spectres qui n’avaient pas su oublier. Alors, que lui restait-il ?
    Il posa sa tasse, déplia ses jambes, remit ses bottes, et sortit dans la nuit, sans bruit. Il marcha dans les rues les plus sombres, où les lanternes étaient rares, et atteignit la porte du jardin. Il y avait déjà frappé, mais, dans la nuit, il n’osa la toucher : ses ors usés se discernaient à peine à la lueur des étoiles, sa peinture écaillée était invisible, mais elle l’inquiétait, comme un corps étranger fiché dans l’enceinte. Il posa une main sur le mur, caressa un instant le revêtement très doux, presque velouté, et laissa la chaleur envahir sa paume, son poignet, son bras. Il fit un pas de côté, appuya son front contre le mur, et pria le jardin de le laisser entrer. Il était prêt à plaider, à expliquer, à convaincre, mais il se sentit déplacé, car la paroi se moquait des mots, qui n’étaient que des traductions médiocres. Il laissa sortir sa douleur, sa révolte, son besoin d’agir, et entendit la porte écarter un battant.
    Il regarda avec une admiration craintive ce qu’était devenue la propriété, la splendeur des fleurs, des arbres, des étangs, et son cœur se serra. Lui, il n’avait qu’un modeste jardin presque dépouillé à offrir à Roseau Bleu, et le chagrin, l’impression d’être insuffisant, l’envahirent à nouveau. Il entendit à peine Verte Bruine s’approcher, mais sentit le parfum des fleurs devenir plus fort, s’enrichir d’une senteur qui le ravissait. Le lettré le laissa se reprendre, feignant d’admirer le chant d’un oiseau. Bleu Nuit s’inclina poliment :
    – Votre maison resplendit.
    – À quoi bon la beauté, quand elle ne ravit pas ?
    L’exorciste tenta de s’arracher un sourire, mais en fut incapable.
    – Parfois, la nuit s’attarde, cachée dans les cœurs. Le jour ne l’effraie pas, elle se sait inexpugnable.
    – Rien n’est inexpugnable. Je suis bien placé pour le savoir.
    – Et pourtant, il est des criminels qui dorment en souriant, qui se gavent, heureux ; qui jouissent de leurs femmes ; pendant que d’honnêtes hommes voient leur chair pure toute trouée de vers.
    Verte Bruine observa son visiteur, songeur. Sa souffrance était évidente, même pour Rouge Cerise qui leur apportait du thé. Mais le Seferneith voyait les émotions étalées autour de chacun comme la roue d’un paon, ou le crépuscule entourant le soleil, et le chagrin de Bleu Nuit s’étalait en vagues de sang sur un lavis bleu sombre qui se fondait dans un noir absolu. Son

Lire des autres livres

Birdman
par Mo Hayder
Nous avons fait connaissance au Dog & Bell l’autre jour. Un petit bruit, et le clapet par où le facteur glissait le courrier se releva une seconde sur une carte de police. —       Je vais vous passer quelques photographies par la boîte aux lettres. Je pense qu... Puis...
La naissance du roi Arthur
Il lui raconta ensuite ce qui était arrivé à Joseph d’Arimathie lorsqu’il avait recueilli le sang du Sauveur dans une coupe d’émeraude qu’on appelait le Graal. Il lui décrivit le périple de Joseph, de son fils Joséphé et de tous leurs compagnons à travers l’océan puis dans l’île de Bretagne. Il lui... Puis...
Faute De Preuves
  — Je l’ai lu. De quoi s’agit-il ?   — J’aimerais que vous vous reportiez à l’article dix-sept alinéa quatre à la page trois.   — D’accord.   Elle tourna les pages.   — C’est une référence au règlement strict concernant les rapports extraprofessionnels sur le lieu de travail.   Wendy suspendit son... Puis...
Sa direction était sud-ouest, et, en trois jours, il franchit les sept cent cinquante lieues qui séparent le groupe de La Pérouse de la pointe sud-est de la Papouasie. Le ler janvier 1863, de grand matin, Conseil me rejoignit sur la plate-forme. « Monsieur, me dit ce brave garçon, monsieur me perm... Puis...
Haven: A Trial of Blood and Steel Book Four
He stood off to the side of the road and kicked at a low wall until loose stones fell and rolled in the grass. Then, his feet undoubtedly sore, he roared obscenities to the sky. Damon sat astride his horse, and felt numb. The Army of Lenayin had paused in its descent down a long, rolling hill. The a... Puis...