Le fils des Ténèbres

Lire ebook Le fils des Ténèbres
Auteur: Fabrice Colin

Le fils des Ténèbres
PRÉSAGES
    Le soir venu, lorsque les derniers lambeaux du jour s’enroulaient aux sommets d’Elsnör en traînées de grisaille ambrée et qu’au-delà des collines le soleil s’enfonçait dans la forêt tel un disque d’or fondu, il arrivait que la reine, au sortir d’un sommeil sans rêves, secoue les voiles de sa tristesse et, quittant les hauteurs de sa tour solitaire, descende en hâte les interminables marches du grand escalier de pierre blanche. Comme un fantôme retourne à la nuit, elle disparaissait sous la voûte frémissante des immenses sapins noirs, les épaules secouées de sanglots, sa traîne bleue ondulant sur un épais tapis d’aiguilles et de mousse.
    Elle ne pouvait se faire au souvenir de son enfant. La blessure était restée ouverte et son cœur débordait de chagrin : un fleuve d’amertume et de douleur charriant sans cesse les mêmes regrets. On la disait folle à la Cour. Les rumeurs proliféraient comme des insectes mauvais, fuyant dans le noir à son approche. Elle le savait bien sûr, mais elle n’en avait cure. La mort de son fils avait tout emporté.
    La nuit, cette fois, était tombée plus vite que d’habitude. L’hiver approchait et un vent glacé faisait ployer la cime des arbres, agitait les branches frêles. La reine rabattit sur elle les pans de son manteau et jeta un coup d’œil par-dessus son épaule. Le château d’Elsnör écrasait le paysage de son imposante majesté. Un géant de pierre surveillant la forêt : ses tours extraordinaires, brillant de mille feux, trouaient le ciel charbonneux de leurs flèches élancées.
    La reine frissonna. Tout ceci t’appartient, murmurait une voix dans le tréfonds de sa conscience. Cent fois, mille fois, elle avait répété ces mots. Mais c’était inutile. Fermant les yeux, la jeune femme prit une profonde inspiration et se remit en route.
    Ses petits souliers de vair n’étaient guère adaptés à une marche en forêt mais de cela aussi, la reine se moquait. Ses longs cheveux dénoués, elle marchait droit devant elle, le visage fermé, indifférente au froid et à la fatigue qui engourdissaient ses membres. Une heure durant, elle poursuivit son chemin sans plus penser à rien ; ses pieds semblaient frôler le sol plus qu’ils ne s’y enfonçaient et le vent continuait de souffler – de longs soupirs sinistres.
    L’obscurité était devenue presque totale lorsqu’elle déboucha sur une clairière semée d’herbes folles. Là gisait une mare d’eau croupie, flanquée d’une cahute branlante. L’endroit était lugubre. Ridée par la caresse du vent, la surface de l’étang reflétait le disque laiteux de Maan, la déesse de la lune à laquelle les sorcières d’Abagaï rendaient un culte presque exclusif. Dans le lointain, les tours d’Elsnör scintillaient au-dessus de l’océan de ténèbres.
    Après une brève hésitation, la reine s’approcha de la maisonnette et frappa trois coups. Elle entendit un pas traînant. La porte

Lire des autres livres

Quelque chose en nous de Michel Berger
Gainsbourg et moi n’avons pas eu le choix. Crois-moi, si on avait pu chanter nos chansons depuis le début, on l’aurait fait, mais il fallait manger. Mes chansons, je voulais les chanter moi-même. Ça me gonflait d’écrire pour les autres. Et quitte à le faire, ça n’est pas pour France que je l’aurais... Puis...
Le ciel était très pur, le temps chaud continuait, après un gros orage qui l’avait inquiétée, la veille ; et elle cria joyeusement à Hubert, en train d’ouvrir les volets, au-dessous d’elle : – Père, père ! du soleil !. . . Ah ! que je suis contente, la procession sera belle ! Vite, elle s’habilla po... Puis...
Le Réveil des Anciens Dieux
Notre Père le Sol étant instable par nature, les autres continents dérivent dans les vastes étendues de Notre Mère l’Eau, éternellement à la recherche d’un endroit où jeter l’ancre. Mais le Pays de Dhrall, est-il écrit, fut planté là où il est par la volonté des dieux de Dhrall, et il en sera ainsi... Puis...
Élevée en province, au fond de la Picardie, par une vieille tante qui l’avait mariée au comte d’Anglure avant qu’elle eût atteint sa seizième année, elle avait consolé la bonne compagnie de la grande éclipse de Mme de Gesvres en ouvrant son salon presque à là même heure où la marquise fermait le sie... Puis...
Abandonnons Villefort sur la route de Paris, où, grâce aux triples guides qu’il paie, il brûle le chemin et pénétrons à travers les deux ou trois salons qui le précèdent dans ce petit cabinet des Tuileries, à la fenêtre cintrée, si bien connu pour avoir été le cabinet favori de Napoléon et de Louis... Puis...