Le discours d’un roi

Lire ebook Le discours d’un roi
Le discours d’un roi
Introduction
    J’ai passé une grande partie de ma jeunesse, dans les années soixante-dix et quatre-vingt, en Belgique, où mon père, Antony, travaillait comme juriste au siège européen de Procter & Gamble. Au fil des ans, nous avons occupé différents logements en banlieue de Bruxelles, mais une chose ne changeait jamais : où que nous fussions, une série de photographies et de souvenirs finissait installée sur le manteau d’une cheminée ou le rebord d’une fenêtre.
    On y trouvait entre autres une photographie de mon père en uniforme des Scots Guards ; une autre de lui et de ma mère, Elizabeth, le jour de leur mariage en 1953, et un cliché de Lionel, mon grand-père paternel né en Australie, et de son épouse Myrtle. Mais aussi, ce qui me paraissait plus étrange, un portrait encadré du roi George VI, père de la reine actuelle, signé et daté du 12 mai 1937, date de son couronnement ; un autre de lui et de sa femme, Elizabeth, que ma génération a surtout connue comme la reine mère, et de leurs deux filles, la future reine Elizabeth, alors âgée de onze ans, et sa petite soeur, Margaret Rose ; et un troisième du couple royal, daté de 1928, quand ils n’étaient encore que le duc et la duchesse d’York, signé Elizabeth et Albert.
    On avait dû m’expliquer la raison de la présence de toutes ces photographies, mais quand j’étais petit, je n’étais que rarement très attentif. Je comprenais que Lionel était notre lien avec la royauté, mais pour moi, il était de l’histoire ancienne. Il était mort en 1953, douze ans avant ma naissance. Tout ce que je savais de mon grand-père, c’était qu’il avait été l’orthophoniste du roi – quoi que cela ait pu être – et je ne cherchais pas à en apprendre plus. Je ne posais jamais d’autres questions, pas plus que l’on ne me fournissait davantage d’informations. Je m’intéressais nettement plus à toutes les médailles et tous les boutons placés autour des photographies. J’adorais porter la ceinture et la casquette d’officier de mon père, et jouer à la guerre, les médailles fièrement épinglées sur ma chemise.
    Mais en grandissant, puis quand j’ai eu des enfants à mon tour, j’ai commencé à me demander qui avaient été mes ancêtres et d’où ils étaient venus. Ma curiosité fut encore attisée par l’intérêt croissant dont la généalogie s’était mise à faire l’objet. Étudiant l’arbre généalogique de la famille, j’ai découvert une arrière-grand-mère de Melbourne qui avait eu quatorze enfants, dont sept seulement avaient survécu au-delà de la petite enfance. J’appris également que mon arrière-arrière-grand-père avait quitté l’Irlande pour l’Australie en 1850 à bord du SS Boyne.
    Pour ce que j’en savais, mon grand-père n’était que l’un des membres d’une famille nombreuse éparpillée entre l’Australie, l’Irlande et la Grande-Bretagne. Vision qui était toujours la mienne, même

Lire des autres livres

Ensemble, c'est tout
Pas du tout. Bien au contraire... —  C'est incroyable, cette histoire... Et comment vous vous en êtes sorti en pension ? —   Grâce au Gaffiot. —   C'est qui ? —    Ce n'est personne, c'est un dictionnaire de latin très lourd que je glissais dans mon cartable et dont je me servais comme d'une fronde.... Puis...
Déluge
Les montagnes qui l’encadraient formaient une cuvette naturelle qui empêchait les vents de chasser la pollution, de sorte qu’un brouillard épais, visible à des kilomètres de distance, stagnait au-dessus en permanence. En se rapprochant, ils virent des colonnes de fumée blanche monter dans l’air cris... Puis...
The Confession
“I see that that’s news.” “I didn’t think they had died on the same day. I went to Somerset House.” “They didn’t. Fowler’s father died at the scene, and his mother two days later. Young Fowler himself was in hospital for six months, first with stab wounds, and then with infection. He passed his ne... Puis...
Le Singe
Dans cette fin de journée, qui est en même temps une fin de semaine, on sent déjà le dimanche arriver. Tout le long du faubourg, ce sont des cris, des appels, des poussées à la porte des cabarets. Parmi cette foule d'ouvriers qui déborde du trottoir et suit la grande chaussée en pente, une petite om... Puis...
La cérémonie des Obsèques étant terminée, la même flottille qui était arrivée formant sur les eaux du lac une pompe mélancolique et solennelle, se prépara à repartir bannières déployées et avec toutes les démonstrations de la joie et de la gaîté ; car on n’avait pas de temps à perdre pour céléb... Puis...