Le dieu venu du Centaure

Lire ebook Le dieu venu du Centaure
Auteur: Dick,Philip K.

Le dieu venu du Centaure
à Barney qu’il aurait assez de sagesse pour l’admettre.
    Il en parlerait
tout de même à Anne Hawthorne. Elle trouverait peut-être la technique
appropriée pour lui venir en aide. Mais il était sceptique. Car un terrible
pressentiment s’imposait clairement à lui, qui peut-être le concernait en même
temps que tous ceux qui l’entouraient.
    Le salut n’était
pas un vain mot. Mais…
    Il n’était pas pour
tout le monde.
     
    En route pour la
Terre après l’échec de leur mission auprès de Barney Mayerson sur Mars, Leo
Bulero et son collaborateur Félix Blau entreprirent d’examiner la situation
sous tous les angles. Le plan à suivre leur semblait tout tracé maintenant.
    — Il se
déplace continuellement entre un satellite artificiel sur orbite autour de
Vénus et les autres planètes, sans parler de sa résidence sur la Lune, dit
Félix Blau pour résumer la conversation. Et tout le monde sait à quel point un
vaisseau est vulnérable une fois dans l’espace. Un tout petit trou, et… (Il fit
un geste éloquent.)
    — Nous ne
pouvons pas nous passer de la coopération des Nations Unies, dit Leo d’une voix
renfrognée.
    Tout ce que lui et
son organisation avaient le droit de posséder, c’étaient des armes
individuelles. Pas de quoi transpercer un vaisseau.
    — J’ai
quelques renseignements là-dessus, dit Blau en fouillant dans sa serviette. Mon
organisation, comme vous ne l’ignorez peut-être pas, a des ramifications jusque
dans l’entourage de Hepburn-Gilbert. Nous ne sommes pas en mesure de le forcer à faire quoi que ce soit, mais nous pouvons au moins discuter. (Il
exhiba un document.) Le secrétaire général s’est ému de la présence à peu près
constante de Palmer Eldritch dans chacun des univers hallucinatoires engendrés
par le K-Priss. Il n’est pas assez sot pour ne pas interpréter les conséquences
que cela implique. Si le phénomène doit continuer à se produire, il est
probable que nous pouvons nous attendre à une coopération accrue, officieuse au
moins, de sa part. Par exemple…
    — Permettez-moi
de vous poser une question, l’interrompit Leo. Depuis combien de temps
avez-vous une main artificielle ?
    Félix Blau baissa
les yeux et laissa échapper un grognement de surprise.
    — Mais vous
aussi, dit-il. Et vos dents ont un drôle d’aspect. Ouvrez la bouche, que je
puisse mieux les voir.
    Sans répondre, Leo
quitta son siège et se rendit aux toilettes pour s’examiner dans la glace.
    Il n’y avait aucun
doute. Même les yeux étaient touchés. Résigné, il regagna sa place à côté de
Félix Blau. Les deux hommes restèrent silencieux pendant un moment. D’une façon
mécanique, Félix se mit à remuer ses papiers (Dieu du ciel, se dit Leo, d’une
façon littéralement mécanique !) tandis que Leo ne le quittait des
yeux que pour scruter par le hublot, d’un regard hébété, l’obscurité étoilée du
vide interplanétaire.
    Félix déclara
finalement :
    — Ça fait

Lire des autres livres

Voyages et aventures du capitaine Hatteras
Mais le jeudi 5, le vent passa dans le sud-est, et fut accompagné de violents tourbillons de neige. Le thermomètre tomba dans la nuit précédente de vingt-trois degrés. Hatteras, sans se préoccuper des mauvaises dispositions de l’équipage, donna l’ordre d’appareiller. Depuis treize jours, c’est-à-dir... Puis...
Le ventre d'Apopis
La femme prit par les pattes le canard dont elle venait de tordre le cou et s’assit sur un tabouret bas pour plonger la volaille dans une grande marmite grise. Une odeur nauséabonde de plumes mouillées monta de l’eau bouillante. — Maintenant je suis seule, sans mari pour partager mes vieux jours, sa... Puis...
Le Château noir
par Glen Cook
J’ai froncé les sourcils avec colère. Qu’est-ce qu’il fichait en pleine rue ? Bœuf pouvait le reconnaître et percer notre manège. Manifestement, il avait quelque chose à me dire. Bœuf s’apprêtait à entrer dans un de ces innombrables bouges. « Faut que j’aille voir un type dans la ruelle à propos d’u... Puis...
L'Échelle de Darwin
par Bear,Greg
    Baltimore 15 avril   Les mains dans les poches, Mitch attendait dans le hall de l’immeuble. Il s’était rasé avec soin ce matin, les yeux fixés sur le miroir de la salle de bains commune du YMCA et, la semaine précédente, il était allé se faire couper les cheveux – enfin, dans la mesure du possib... Puis...
Le climat du Vexin, doux, presque tendre, enchantait ce cadre désuet, et donnait à ses hôtes le sentiment d’un bonheur plus accessible. De bon matin, Louis de Brézé suivait sa femme à travers bois, pour des courses roboratives. Comme dans les contes, sa monture était noire de charbon ; celle de Dian... Puis...