Le deuil écarlate

Lire ebook Le deuil écarlate
Auteur: Pierre Grimbert

Le deuil écarlate
 
     
     
     
     
    Aucune d’entre nous n’avait choisi cette destinée – et pour cause. Nous ne savions même pas que de telles horreurs étaient possibles. Le secret sur l’existence réelle de Zuïa était bien gardé. Depuis des millénaires, au cœur des marais du Lus’an, les Judicateurs veillaient à préserver leurs privilèges en respectant chacune des traditions établies par leurs prédécesseurs. Garder leur maîtresse à l’écart de la fange des mortels faisait partie de ces obligations. Maintenir à sa disposition plusieurs dizaines d’adolescentes en était une autre.
    Je n’ai guère de souvenirs de ma prime enfance. Quelques images, tout au plus. Des fractions de vie, des instants anodins. Comme la course de deux lézards dans une petite cour, spectacle qui m’avait fascinée, alors que j’étais assise sur le perron de ce qui devait être ma maison. Ou la teinte bleutée d’une des robes de ma mère… mère dont le visage a malheureusement déserté ma mémoire depuis longtemps.
    En revanche, je me souviens très bien du jour où ils sont venus. Eux, les hommes en rouge, et le Judicateur qui les menait. Ils ont annoncé qu’ils allaient m’emmener, parce que j’avais été « choisie » et que j’étais en bonne santé. Je me rappelle avoir vu pleurer mon père. Quelques larmes seulement… avant qu’il ne laisse exploser sa colère. Les hommes en rouge m’ont alors fait sortir de la maison. Certains sont restés avec mes parents. Peu après, on n’entendait plus ni pleurs, ni cris. Seulement les supplications de ma mère ; elle-même bientôt réduite au silence.
    Je pense qu’ils auraient été tués, de toute façon. Même s’ils n’avaient montré aucune résistance. La loi de Zuïa ne permet pas que l’on remette en cause ses traditions. Par ailleurs, le démon ne voulait laisser aucun désir de vengeance ou de rébellion grandir dans les rangs de ses sujets. Les familles des fillettes enlevées étaient condamnées à disparaître, elles aussi. Cela pouvait être réglé le jour même, ou seulement quelques lunes après ; mais les messagers n’oubliaient jamais de porter le jugement du démon.
    Ainsi m’étais-je retrouvée avec une vingtaine d’autres pleurnichardes, la plupart âgées de trois ans à peine. Et, encadrées par des hommes qui portaient encore le sang de nos parents sur leurs lames, nous avions pris la route du Lus’an. À pied. Et même pieds nus, pour certaines dont je faisais partie.
    Les assassins nous traitaient sans ménagement aucun. Nous ne représentions, pour eux, qu’un troupeau semblable à ceux des années précédentes. Et sans doute avaient-ils pour consigne de procéder à un premier tri dans nos rangs… un cruel écrémage. Dans les quatre jours qu’il nous fallut pour rejoindre le sanctuaire secret de Zuïa, deux fillettes périrent de faim et d’épuisement. Deux autres furent abandonnées à une mort certaine, dans ces marais infestés de serpents

Lire des autres livres

L'Heure de l'Ange
par Rice,Anne
Ce n’est que progressivement que les formes et les couleurs de mon salon émergèrent de la brume dans laquelle j’avais sombré dès que Malchiah avait cessé de parler. Je revins à moi, assis sur le canapé, le regard droit devant. Et je le vis, avec une extrême clarté, debout devant la muraille de livre... Puis...
Le vagabond de l'espace
Je n’ai jamais gagné de concours. Si, par hasard, j’avais acheté une boîte de biscuits Machin, vous pouvez être sûr que ce serait justement celle qu’on aurait oublié de mettre sur la liste. Même à pile ou face, je perdais toujours. Si jamais je… — « La chance, cela n’existe pas », dit Papa. « Seule... Puis...
The Magician King
It was safe and musty inside, like a living room on wheels. Next to him, swaying loosely with the rocking of the carriage, sat Queen Julia. Across from them, their knees practically touching, was the admiral of the Fillorian navy. Quentin had decided that if he was going on a trip to the island at... Puis...
Le Trône du Dragon
par Inconnu
Binabik             Lorsque Simon releva enfin la tête en direction de la source de cette voix, ses yeux emplis de pleurs s’écarquillèrent de surprise. Un enfant s’avançait vers lui. Non, ce n’était pas un enfant, mais un homme si petit que le sommet de son crâne ne de... Puis...
Debout les morts
Il eut un court conciliabule avec son ancien patron avant de demander un entretien avec la jeune femme. Marc sortit de la grande pièce et en retira son parrain de force, afin de laisser Alexandra tranquille avec le petit inspecteur. Vandoosler déambula dans le jardin avec son filleul. — Sans son arr... Puis...