Le cri de l'oie blanche

Lire ebook Le cri de l'oie blanche
Le cri de l'oie blanche
pas voulu donner de pain aux gens qui
criaient devant les portes de son château et que les gens, furieux, lui avaient
coupé la tête. Son oncle Ovide racontait toutes les histoires qu’il lisait. Il
lisait beaucoup parce que dans ses poumons il y avait cette maladie terrible,
la tuberculose, qui l’empêchait de travailler aux champs. Son oncle connaissait
les réponses à tout.
    Félicité entraîna tous ses petits-enfants à sa
suite vers la maison. Ils entrèrent joyeusement, heureux de lui avoir fait une
si belle surprise. Ils laissèrent leurs chaussures près de la porte pour ne pas
salir le plancher de la cuisine d’été, presque neuve, que leur oncle Ti-Ton
avait construite deux ans plus tôt. Leur mère était dans la chambre de leur
grand-mère, essayant d’endormir Rolande.
    Les enfants furent invités à s’asseoir à table
et ils dévorèrent des yeux puis de la bouche tout ce qui fut placé devant eux.
Félicité les regarda s’empiffrer comme le faisaient des hommes au retour des
chantiers. Elle fronça davantage les sourcils. Ses yeux, couverts par les plis
de son front, cachaient bien leur humidité.
    Émilie vint enfin les trouver, Rolande dans
les bras. Elle ne voulait pas dormir.
    – Trop de changements, expliqua Émilie.
    Elle s’assit dans une berceuse mais se releva
aussitôt.
    – Si vous avez pas d’objection, madame
Pronovost, j’irais prendre une petite marche. Peut-être que ça va
l’endormir.
    Félicité l’encouragea à le faire. Émilie eut
un sourire triste et sortit, retenant la porte derrière elle pour l’empêcher de
claquer. Dehors, elle regarda le chemin qui menait au lac à la Perchaude. Elle
ne voulut pas s’y diriger, choisissant plutôt de marcher en direction de la
montée des Pointes. S’avançant d’un pas d’abord lent, elle accéléra au fur et à
mesure qu’elle se rapprochait de son objectif. Puis, tout à coup, elle
s’immobilisa. Son visage, de rouge qu’il était, passa rapidement au gris.
Devant elle, un trou, un immense trou bordé de pierres ! La maison !
Quelqu’un avait démoli la maison. Elle trouva une roche et s’assit. Elle déposa
Rolande sur l’herbe et l’enfant commença à s’animer sur ses genoux potelés.
    Émilie regardait le trou. « Mon
Dieu ! Ovila. Qu’est-ce qu’il reste de nous deux ? Un trou ? Un
vide ? Je ne sais même pas où tu es. Qui a démoli notre maison,
Ovila ? Ta mère nous avait dit que nous pourrions y revenir quand nous le
voudrions. » Émilie pleura son désespoir. Elle avait rêvé qu’Ovila
l’attendrait à la gare mais il n’avait pas été là. Elle avait ensuite cru, fort
naïvement peut-être, qu’ils se réinstalleraient tous dans la maison et que ses
enfants retourneraient à la petite école. Elle avait presque réussi à se
convaincre qu’Ovila ne boirait plus jamais et qu’ensemble ils reprendraient les
rênes de la vie. À regarder grandir les enfants. À vieillir, lentement,
doucement, comme tous

Lire des autres livres

Il sembla à tous qu’Henri III allait se révéler par un coup de force et l’écraser tandis qu’il le tenait. Les seigneurs se préparèrent donc et portèrent la main à leurs dagues ou à leurs rapières. De là cette agitation de l’acier qu’on s’apprête à sortir des fourreaux… Mayenne fit un pas en arrière... Puis...
Le Druidisme
On s’est longuement interrogé sur les causes de cette disparition et on en a donné des réponses multiples. La plus connue est celle de l’interdiction du druidisme par les autorités romaines. C’est une contre-vérité. Les Romains, sur le plan religieux, et sans doute parce qu’ils étaient fondamentalem... Puis...
Le livre de sable
Selon Leisegang, il date du quatrième siècle de l’ère chrétienne. Gibbon le mentionne au passage, dans l’une des notes du chapitre quinze de son Histoire de la décadence. L’auteur anonyme dit ceci : … « La Secte ne fut jamais nombreuse et elle ne compte aujourd’hui que très peu d’adeptes. Décimés pa... Puis...
Le poing de Dieu: roman
A deux cents mètres, il aperçut enfin un homme à côté d'un chameau, et il était sur le point de poursuivre la recherche lorsqu'il vit l'homme faire de grands gestes. Le Blackhawk se mit en stationnaire et l'équipage examina le Bédouin d'un oeil méfiant. La frontière était bien proche. Pourtant, la p... Puis...
Le chat botté
demande Delalot au général. Ce sont des Autrichiens ? — Saisissez-vous de ce traître ! rugit le député Laporte, qui surveille Menou au nom de la Convention et chevauche à ses côtés. Personne ne bronche dans la ligne. Delalot se lance alors dans un sermon très fougueux au nom de la patrie et de la lo... Puis...