Le cri de l'oie blanche

Lire ebook Le cri de l'oie blanche
Le cri de l'oie blanche
rêches. Ils
reprirent leur souffle, puis Paul s’avança le nez pour voir si leur mère ne les
suivait pas. Il fit signe que non. Jeanne et Alice se chamaillèrent pour une
coccinelle, mais Marie-Ange les rappela à l’ordre. Ils devaient être le plus
silencieux possible. Rose ferma les yeux et s’assoupit. Personne ne la
réveilla. Blanche et Paul commencèrent à jouer aux devinettes, ce qui tenta les
autres et bientôt tous les enfants compliquèrent le jeu en mimant des métiers.
Alice se désintéressa rapidement, se leva et alla cueillir d’autres fleurs en
faisant bien attention de ne pas se faire voir depuis les fenêtres de la
maison. Jeanne la suivit. Émilien arracha un brin d’herbe, le tint solidement à
l’intérieur de ses mains et souffla. Le brin d’herbe vibra et cria. Rose
renâcla, ce qui fit rire Blanche au moment où justement elle commençait à se
tirailler avec Clément. Paul, chagriné, cessa de jouer.
    Le brin d’herbe qu’Émilien chatouillait de son
souffle émit un son clair. Marie-Ange, Blanche et Clément chantonnèrent sur la
note qu’Émilien venait de leur donner.
    Paul se réfugia à côté de Rose qui ne
s’éveilla pas, appuya sa tête sur l’épaule de sa sœur et, une moue accrochée au
cœur, lança qu’elle, au moins, ne faisait jamais de chagrin à personne.
    Le temps semblait s’être arrêté depuis le
départ de leur mère. Ils se demandèrent combien de temps les grandes personnes
mettaient à se fermer les yeux et à se boucher les oreilles. Émilien mâchouilla
son brin d’herbe pendant que Marie-Ange chantonnait toujours, que les cinq plus
jeunes s’amusaient à flatter les agneaux et que Rose dormait encore
profondément.
    Leur grand-mère apparut enfin et vint se
planter devant eux, les bras grands ouverts.
    – Ho ! mes enfants ! Mes
pauvres enfants.
    Les enfants se regardèrent sans comprendre le
sens de ses paroles. Ils éveillèrent Rose, dont le visage s’épanouit aussitôt
d’un beau sourire. Alice courut chercher la gerbe de fleurs qui avait déjà
commencé à se flétrir. Leur oncle Ovide arriva à son tour, ahanant, suivi
d’Edmond, d’Émile et de sa toute nouvelle femme, la tante Héléna. Félicité
embrassa chacun des enfants. Aussitôt libérée de l’étreinte de sa grand-mère,
Blanche courut se réfugier dans les bras de son oncle Ovide. Elle avait
toujours adoré son oncle Ovide parce qu’il la berçait avec lui dans son hamac
en lui racontant des histoires qu’il jurait être vraies. Il lui avait raconté
toutes les histoires de la comtesse de Ségur, insistant davantage sur la vie
extraordinaire que menait la comtesse. Il lui avait aussi déjà raconté
l’histoire de Marie-Antoinette – Blanche s’était toujours souvenue de son nom
parce que c’était le même que celui de la tante Antoinette, la femme d’Henri
Douville. Mais elle n’avait jamais cru l’histoire de Marie-Antoinette parce que
son oncle Ovide avait dit qu’elle n’avait

Lire des autres livres

Autremonde
(visuel : foule de gens portant des bougies allumées) COMM : Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées à Stuttgart en souvenir des vingt-trois SDF tués par la police allemande au cours d’une émeute. (visuel : jeune homme en larmes, le visage ensanglanté) TÉMOIN : « Ils avaient des gilets p... Puis...
Indigo
Tu as remarqué ? Il n'y a de télé dans aucun de ses deux appartements. Ni ici, ni à Chicago. qui n'a pas la télé, de nos jours ? -Il était contre. Et de toute façon, on est à Rome. qui pourrait bien vouloir regarder la télé ? (Elle se remit sur ses pieds.) Si on donnait dans la banalité la plus pré... Puis...
Monsieur Thorpe et autres nouvelles
Il entrait directement dans le bureau de M. Péronnet, sans même jeter un coup d’œil sur le guichet derrière lequel je me tenais. Les deux hommes ressortaient souvent ensemble, s’attardaient dans l’antichambre transformée en hall. Je les observais à travers le grillage et je me disais, chaque fois, q... Puis...
Power play
"Sorry to interrupt," she said with a quick smile for the distinguished, middle-aged man sitting across the desk from Talia, "but there's someone to see you, Talia." "A student?" Talia frowned slightly, glancing up from the sales figures she was going over with Harold Grayson, her boss. Harold was t... Puis...
Andromaque
Je lui veux bien encore accorder cette joie. Pylade va bientôt conduire ici ses pas ; Mais si je m’en croyais, je ne le verrais pas.   Cléone Et qu’est-ce que sa vue a pour vous de funeste ? Madame, n’est-ce pas toujours le même Oreste Dont vous avez cent fois souhaité le retour, Et dont vous regret... Puis...