Le cri de l'oie blanche

Lire ebook Le cri de l'oie blanche
Le cri de l'oie blanche
à trouver la maison, puis,
confiant Rolande à Marie-Ange, sortit avec une feinte nonchalance la clef de la
maison d’Alma. Elle ouvrit la porte et les enfants se précipitèrent à
l’intérieur. La maison vide décupla l’ampleur de leurs cris. Émilie ne les
rappela pas à l’ordre, préférant leur laisser le temps de s’amuser avant de
leur assigner un travail.
    Le voisin et son engagé commencèrent à entrer
les meubles. Émilie fut contrainte de demander aux enfants de se calmer. Ils le
firent difficilement, excités par leurs découvertes. Il n’y avait pas de
toilette dans la maison, ni de robinets. Simplement une pompe à eau. Émilie
cacha son étonnement devant la sobriété de la maison. Aima lui avait donné
l’impression d’être financièrement plus à l’aise. Elle sourit. Aima avait
probablement surestimé son indépendance à elle. Elle fut cependant
reconnaissante de trouver une maison propre, prête à être meublée et habitée
par elle et ses neuf enfants.
    Elle dirigea le travail des hommes, essayant
de leur faire installer les meubles aux bons endroits afin de ne pas être
forcée de les déplacer seule. Émilien, aidé des bras de Clément et de la bonne
volonté du chétif Paul, avait commencé à assembler les lits qu’ils avaient
défaits la veille. Marie-Ange trouva quelque chose pour faire taire l’estomac
affamé de Rolande pendant que Rose, Blanche et Jeanne ouvraient chacune des
taies d’oreiller avec empressement, s’extasiant devant leur contenu comme s’il
eût été une surprise. Alice, elle, était allée dehors chercher quelques fleurs
pour passer le temps, mais surtout pour empêcher ses sœurs de lui dire
d’enlever ses trois ans et demi de leur chemin.
    Les hommes partirent enfin, dans une pétarade
puante, après avoir empoch é les quinze dollars
qu’Émilie leur devait. Celle-ci entra alors dans sa nouvelle demeure, déjà
presque habitée, déjà presque vide de la présence d’Ovila. Elle sortit sa
montre de poche et soupira. Puis, accrochant un sourire à travers ses coulisses
de transpiration, elle invita les enfants à se laver.
    – On va aller chez mémère Pronovost. On va lui faire une surprise, se sentit-elle obligée d’ajouter.
    Les enfants se précipitèrent à la pompe,
l’actionnant avec énergie et s’amusant de se laver à l’eau si froide. Émilie
les invita à se donner un coup de brosse dans les cheveux. Ils le firent un peu
trop rapidement à son goût. Aussi s’arma-t-elle de son peigne de plus en plus
édenté et recommença-t-elle les raies et les tresses. Paul revint une seconde
fois faire replacer cette mèche rebelle qui pointait toujours inexorablement
vers le plafond. Émilie lui sourit, lui posa une bise sur le front et trempa
ses doigts dans l’eau avant de les passer sur un savon qu’Alma avait abandonné
près de la pompe. Elle colla ensuite la mèche de Paul.
    – Tu as la même couette folle que ton
grand-père Caleb. Mon père.
    Paul

Lire des autres livres

Headhunters
par Jo Nesbo
We have bizarre thoughts. The white queen was broken. She whom I had used to keep my father, my background, yes, the whole of my life in check. She who had said she loved me, and to whom I had vowed, even if it was a lie, that a part of me would always love her merely for saying that. She whom I had... Puis...
Le Jade Noir
Dans la chaleur du printemps qui s’épanouissait, nous nous régalions de bons plats nourrissants afin de préparer notre corps aux épreuves que nous rencontrerions bientôt. Nous nous efforcions également de renforcer notre âme et notre esprit. Maître Juwain passait des heures à la bibliothèque d... Puis...
Le vol des harpies
Il crépitait, comme pour faire signe à Ki dans l’obscurité montante. Vandien procédait maintenant avec assurance au milieu des affaires de Ki, sachant où trouver la bouilloire, les herbes à infuser, les tasses. Elle se dirigea vers la cabine pour aller chercher les ingrédients du ragoût, puis s’aper... Puis...
Stieg Larsson
En réalité, il avait fallu près de vingt heures pour arriver seulement à la frontière entre l'Allemagne et le Danemark. Le ciel était couvert de nuages orageux lourds comme du plomb, et le lundi, lorsque l'homme qui se faisait appeler Trinity franchissait le pont de l'0resund, la pluie se mit à tomb... Puis...
The Ragged Man
Despite the early hour and the dew seeping into his breeches, he found himself waiting with a handful of others to ambush a deranged dragon — it was so daft, it was hilarious. They lurked under a damaged roof in the ruined building nearest to the Byoran tunnel in the Library of Seasons. Next to him... Puis...